Liban : l chef d’Etat-Major-adjoint Yassin en pourparlers avec Steinitz

L’Israélien Yuval Steinitz affrontera deux généraux libanais dans le cadre des pourparlers sur la frontière maritime, avec la médiation américaine, qui doivent s’ouvrir le 14 octobre à Naqoura, au siège de la FINUL. Des sources libanaises révèlent qu’il s’agit du chef d’état-major adjoint des Forces armées libanaises pour les opérations, le général de Brigade et pilote Bassam Yassin et le colonel de la marine Mazen Basbous. Ils seront accompagnés de l’expert des frontières maritimes Najib Msihi et du membre du conseil d’administration de l’Administration libanaise du pétrole (LPA), Wissam Chbat.

David Schenker, secrétaire d’État adjoint américain aux Affaires du Proche-Orient, abordera les derniers détails et modalités lors de sa visite à Beyrouth le 12 octobre.

Les deux délégations siégeront dans la même salle, mais ne se parleront pas directement, car le Liban refuse de traiter l’événement comme un pas vers la paix après 30 ans dans un état d’hostilités. Le Hezbollah l’a montré clairement. Les délégations feront donc semblant de communiquer par l’intermédiaire du chef de la mission de la FINUL et commandant de la force, le général de division Stefano Del Col, et le coordonnateur spécial des Nations Unies pour le Liban Jan Kubis.

Le président Michel Aoun a choisi l’équipe de négociation en l’absence d’un gouvernement opérationnel. Beyrouth est toujours en proie à une crise politique paralysante.

Le cœur du différend entre le Liban et Israël est un triangle étroit d’environ 860 km² de la mer Méditerranée (bloc 9), où les revendications des deux parties se chevauchent. Les deux pays affirment qu’il devrait faire partie de leurs propres zones économiques exclusives (ZEE) dans l’intérêt de l’exploitation des champs d’énergie sous-marine. Avec son économie en lambeaux et sa capitale ravagée par une énorme explosion en août, le Liban espère désespérément que des négociations fructueuses avec Israël ouvriront le pays aux investissements étrangers et à une chance de reprise.

Ses négociateurs se concentreront sur deux clés maritimes : le point B1, qui représente le dernier point de transition entre la terre et la mer et est la clé du processus de démarcation, et le point de trijonction reliant les eaux du Liban, d’Israël et de Chypre, qui a déclenché une différend en 2010.

Lebanon’s Dep C-of-S Brig, Yassin to lead maritime talks with Israel

4 Commentaires

  1. Jean Perre Vion je ne suis pas méprisante. Je suis juste réaliste.
    Pensez-vous qu’Israël à besoin de Macron pour négocier avec le Liban?
    Ce type qui pense que le hezbollah n’est pas une organisation terroriste. Allons allons ce n’est pas sérieux. Il y a déjà pas mal de temps qu’Israël négocie avec le Liban.
    ROSA

  2. Israël va directement négocier avec le Liban avec la médiation américaine.
    Le minable de l’Elysée qui proposait son aide. Il y a vraiment de quoi rire. Le roi du monde se croit indispensable.
    ROSA

    • Pourquoi êtes vous méprisante ? Je ne suis pas macronien mais êtes vous certaine d’avoir
      raison ? D’habitude, dans ce genre d’affaire, toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.