Les troupes américaines vont lancer l’Opération de Raqqa avec les Rangers et marines en fer de lance

EXCLUSIF :  Les sources des renseignements militaires de Debkafile dévoilent que des éléments du 3ème bataillon du 75ème Régiment de Rangers* sont arrivés en Syrie pour la première opération militaire directe menée par l’Administration Trump en Syrie : l’offensive longtemps reportée afin de reconquérir Raqqa encore aux mains de l’Etat Islamique. Ce plan a été exposé devant les chefs d’Etats-Major Russe Turc par celui des Etats-Unis, le Général Joseph Dunford, qui se réunissaient pour la première fois mardi 7 mars,dans la ville turque d’Antalya.

Les Rangers ont été spécifiquement entraînés  pour mener les combats rapprochés au cours des six mois passés, sur la Base de Benning, et au Centre National d’entraînement de Californie, où d’autres unités spéciales simulaient le rôle des djihadistes.

Comme le souligne le journal russe des Izvestiya, de telles tactiques ont été activement utilisées par les Rangers en Afghanistan entre 2006 et 2008. Ils atterrissaient dans les profondeurs du territoire contrôlé par les Talibans et créaient des points forts sur place, où tout simplement, l’ennemi devait les attaquer. Les Talibans ont ainsi perdu des centaines de combattants. Du fait qu’il y aurait également eu des pertes collatérales civiles, le Commandement a fait des choix plus proches de façons plus traditionnelles de combattre et de mener les opérations militaires…

Les hommes de troupe du Régiment des Rangers, qui seront le fer de lance de l’attaque sur Raqqa, ont été transportés par voie aérienne depuis la Base aérienne de Fort Lewis, dans l’Etat de Washington jusque sur l’installation aérienne américaine de Rmeilan, près de la ville kurde syrienne d’Hasaka, équipés de petits tanks très mobiles Striker. D’autres tanks et de l’équipement lourd ont atterri sur la base syrienne par voie terrestre à partir du Kurdistan irakien. Selon nos sources,le Président Donald Trump a décidé, après avoir consulté son Secrétaire à la Défense, James Mattis et son Conseiller à Sécurité Nationale H.R McMaster, que l’Armée américaine, mènerait seule l’offensive sur Raqqa ensemble avec l’unique force locale : les Forces Démocratiques Syriennes dirigées par les YPG Kurdes

Les FDS sont composées de 45.000 combattants, membres des YPG kurdes syriennes et de 10.000 membres des tribus arabes, la plupart appartenant à la branche syrienne du nord des Shamar.

Le Général Joseph Dunford, Président des Chefs d’Etat-Majors conjoints américains, le Général Valery Gerasimov, le chef d’Etat-Major russe et le Général Hulusi Akar, étaient en train de discuter en conférence à Antalya, alors que les Rangers atterrissaient en Syrie. Debkafile fournira les facteurs déterminants qui débouchent sur la décision du Président américain de lancer l’opération de libération de Raqqa.

Les Rangers : Ce régiment constitue une unité d’infanterie légère dédiée aux opérations spéciales flexible, très entraînée et rapidement déployable. Cette unité est riche de son héritage et de ses traditions. Le 75th Ranger Regiment est la seule unité de rangers existant actuellement dans les Forces armées des États-Unis.

DEBKAfile Reportage Exclusif 8 mars 2017, 7:46 PM (IDT)

Des unités supplémentaires de marines appartenant à la Force d’Intervention amphibie ont été expédiées en Syrie dans le but de participer à la libération de la ville de Raqqa. 

Photo: AP / US Army / Paul Sale

Les Etats-Unis ont expédié des unités supplémentaires de marines appartenant à la Force d’Intervention amphibie, en Syrie, afin de participer à la libération de la ville de Raqqa, considérée comme la capitale du groupe terroriste de l’Etat Islamique (Daesh), selon le journal le Washington Post de mercredi, citant des sources du Département américain de la Défense.

Auparavant, on estimait à 500 environ les hommes des forces spéciales américaines présentes en Syrie, conseillant les unités notamment kurdes qui combattent les terroristes.

Selon des sources anonymes du journal, ces nouvelles unités du Corps des Marines US, déployées en Syria, comprennent des batteries d’artillerie et obusiers M777 155mm, qui peuvent fournir un appui aérien aux troupes au cours de l’assaut de Raqqa. En outre, des unités supplémentaires de marines garantiront la sécurité des hommes de troupes des Etats-Unis, et ils deviendront partie intégrante du schéma global de logisitique visant à appuyer et approvisionner les forces expéditionnaires.

Mardi, l’agence de presse de l’AP a aussi rapporté, en citant ses propres sources anonymes, que plusiuers centaines de marines US sont déployés en Syrie dans le cadre de la préparation de cette opération de libération de la ville syrienne de Raqqa, aux mains de Daesh.

L’agence de presse souligne que la présence de marines américains en Syrie sera temporaire. Selon l’AP, de l’artillerie lourde, dont des obusiers M777, ont aussi été déployés dans le pays aux côtés de l’armée américaine.

Selon RIA Novosti, le Pentagone a déclaré que, pour des raisons de sécurité, les Etats-Unis ne feront aucun commentaire sur le déploiement de troupes en cours en Syrie.

Le 4 mars, rapporte le Washington Post, en citant des sources à la Maison Blanche, le Pentagone aurait proposé un nouveau plan en vue de l’offensive contre la ville syrienne de Raqqa. Come l’affirment les sources du journal, le plan envisage de renforcer rapidement le contingent américain présent sur le territoire du pays.

En particulier, cela signifie l’abolition de la limitation (fixée par Obama) du nombre de militaires et de conseillers, ainsi que de soldats des Forces Spéciales américaines. Le plan du Pentagone les mettra bien plus près de ligne de front, mais ils ne sont pas censés prendre directement part aux combats (en réalité c’est rarement le cas). En outre, selon les sources, le Département de la Défense a proposé d’envoyer des armes supplémentaires, dont des hélicoptères d’attaque et de l’artillerie lourde aux troupes kurdes et des Forces Démocratiques Syriennes.

southfront.org


La Maison Blanche expédie plus de 2.500 hommes de troupes de réserve au Koweit dans le but de combattre le groupe Etat Islamique en Syrie et en Irak. 

L’armée américaine envoie un supplément de 2.500 hommes de troupes de combat en zone de transit au Koweit,d’où ils pourront à tout moment être appelés pour aller appuyer les forces de la coalition combattant l’Etat Islamique en Irak et en Syrie et dans toute autre localisation (comme au Yémen ou en Libye au besoin). Ces troupes comprennent des éléments de la 2ème Brigade d’équipe de combat de la 82ème Division Airborne (Aéroportée), qui est basée à Fort Bragg en Caroline du Nord.

Environ 1700 soldats de la même unité sont en opérations extérieures actuellement, qui s’étendent entre l’Irak et le Koweit. Ces nouveaux personnels présents seront « postés là pour faire tout ce qui doit l’être à Mossoul, Raqqa et entre ces deux villes », a déclaré le Lieutenant-Général Joseph Anderson, adjoint au chef d’Etat-Major de l’armée pour les opérations, devant les Députés de la Chambre, mercredi. « Aussi la totalité de la Brigade sera à l’avant-garde, dorénavant », a affirmé Anderson.

En ce moment, il y a environ 6.000 hommes de troupes des forces spéciales américaines entre l’Irak et la Syrie, où, cette semaine, les équipages d’artillerie du Corps des Marine ont établi une base  de tirs d’où les forces américaines ont l’intention d’attaquer des cilbes de Daesh dans et autour de Raqqa. En supplément, une équipe de Rangers de l’armée a été envoyée vers la  ville de Manbij pour empêcher les torupes turques et les milices kurdes syriennes de poursuivre les hostilités entre elles. Des éléments de l’armée russe et de l’armée syrienne sont aussi présents dans les faubourgs de la ville.

Photo: Flickr / Expert Infantry

L’Administration du Président américain Donald Trump envisageait la possibilité d’expédier plus de 1.000 soldats au Koweit en tant que troupes de réserve afin de combattre le groupe terroriste l’Etat Islamique (Daesh) en Syrie et en Irak,selon l’agence d’information Reutersmercredi, citant plusieurs sources officielles américaines. Elles sont, d’ores et déjà passées à 2500 hommes de troupes.

Les partisans de cette décision, quant à l’éventualité de son adoption, disent que cela va permettre aux commandants américains de réagir bien plus rapidement en cas de circonstances imprévues sur le champ de bataille. « Il s’agit de penser à fournir des options adaptatives », explique l’agence de presse en rapportant les paroles des responsables américains, s’exprimant sous couvert de l’anonymat. Selon les responsables, le déploiement différera des forces américaines déjà présentes au Koweit.

On s’attend aussi à ce que cette décision sur l’utilisation de ces forces directement en Syrie et en Irak soit prise par les Commandants sur le terrain selon les besoins (non par l’Etat-Major en haut-lieu, ou en coordination avec lui), remarque l’agence de presse.

On mentionne aussi que le possible déploiement de ces forces de réserve représente une dérogation par rapport aux pratiques normalisées suivies par l’Administration de Barack Obama. Précédemment, le Commandement sur le terrain ne pouvait pas prendre de décision finale sur l’expédition de contingents basés au Koweit, vers les territoires de la Syrie et de l’Irak.

Les détracteurs de la mollesse d’Obama ont souvent accusé cette administration de contrôle politique excessif sur des détails tactiques même mineurs dans le combat contre Daesh. En outre, comme le souligne l’agence de presse, la stratégie de la précédente Administration consistait à accroître lentement et progressivement le contingent militaire américain, dans le but d’éviter de reporter une opération et d’empêcher de prendre des mesures qui auraient pu être victorieuses sur le plan militaire, mais en même temps, qui auraient pu mener potentiellement à des conséquences diplomatiques et politiques considérées comme négatives par Obama [comme de fâcher l’Iran].

Selon l’agence de presse, la position du Secrétaire américain à la Défense, Jim « Mad Dog » Mattis concernant ces questions n’est pas encore tout-à-fait claire ou couverte par le secret-Défense dont on lit les grandes lignes par le constat sur le terrain, au fur et à mesure. Le Pentagone refuse de commenter précisément ce type de reportages sur le possible déploiement d’hommes de la réserve au Koweit.

Adaptation : Marc Brzustowski

 


Photos de la présence russe dans les faubourgs sud-ouest de Manbij

7

8

2

3

4

1

5

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.