Les Pasdaran recrutent pour leur guerre anti-Kurdes©

1
654

C’est officiel : Les gardiens de la Révolution iranienne lancent leur campagne de recrutement en préparation de leur guerre contre le Kurdistan irakien, s’il proclame son Indépendance (une deuxième guerre de 1948 version kurde)

 

ARA News

 

Les forces des Gardiens de la Révolution iranienne présentes au Kurdistan iranienne et leurs centres de recrutement, connus pour être tenus par les Basijs, ont reçu l’ordre de lancer une campagne de recrutement en préparation d’une possible guerre contre la région autonome du Kurdistan d’Irak, dans l’éventualité de la proclamation de soin Indépendance, à l’issue d’un référendum prévu le 25 septembre 2017.

Mercredi, le journaliste kurde d’Iran Azad Mustovi a cité une source bien informée au Kurdistan Iranien, disant qu’au cours de ces derniers jours, les quartiers-généraux des Gardiens de la Révolution et les forces de mobilisation “ont lancé une campagne de recrutement pour envoyer des troupes envahir le Kurdistan irakien si nécessaire”, en cas de guerre probable contre les Peshmergas kurdes de la région autonome d’Irak, si jamais les Kurdes s’aventuraient à déclarer l’Indépendance du Kurdistan, qui est prévue à l’issue du référendum du 25 septembre.

Selon cette source interne aux Pasdaran, s’exprimant sous condition d’anonymat, certains éléments des Gardiens de la Révolution Iranienne qui sont d’origine kurde ont catégoriquement déclaré leur refus de se battre contre les Kurdes d’Irak, mais disent être prêts à combattre Daesh.

Mustovi a déclaré à Al-Arabiya que : “Depuis que le Président de la région autonome du Kurdistan d’Irak, Masoud Barzani, a annoncé l’organisation d’un référendum sur l’Indépendance à l’égard de l’Irak, le 25 septembre, le régime iranien tente de l’empêcher par tous les moyens et à n’importe quel prix”.

En juin, le gouvernement iranien a condamné cette orientation des Kurdes vers l’indépendance du nord de l’Irak, exhortant toutes les parties à “respecter la constitution irakienne et à maintenir l’unité”.

“Ce geste unilatéral d’Erbil (la capitale du Kurdistan d’Irak) est inacceptable” avait alors déclaré Bahram Qasimi, le porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères.

“La région du Kurdistan fait partie de l’Irak et elle ne peut pas se séparer du reste du pays”, avait insisté Qassim, désignant le “référendum sur l’Indépendance du Kurdistan”, un “geste irresponsable”.

Le Président du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK) Massoud Barzani, a annoncé que le 25 septembre serait le jour du référendum sur l’Indépendance du Kurdistan.

Aussi bien l’Iran que la Turquie sont totalement opposés à ce référendum pour l’indépendance, mais les Kurdes d’Irak rappellent qu’aucun pays de la région n’a le droit de s’ingérer dans leurs affaires internes.

“Quand nous parlons de référendum, nous parlons du Kurdistan en Irak uniquement”, avait répliqué le chef du service des Relations extérieures du GRK Falah Mustafa Bakir, à tous ces pays voisins qui ont une population kurde qui leur est propre et qui craignent que l’indépendance irréversible du Kurdistan n’inspire directement leurs propres Kurdes à rechercher de plus en plus d’autonomie ou/et carrément l’indépendance.

 

   

aranews.net

Adaptation : Marc Brzustowski

 

1 COMMENT

  1. Encore un peuple et un pays libre et démocratique menacé par les ayatollahs iraniens.
    Ces islamistes va-t-en guerre qui ne font que créer le chaos dans cette région sont une vraie plaie et leur ingérence en Irak est inadmissible.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.