A man rides a motorbike past a picture of Lebanon's Hezbollah leader Sayyed Hassan Nasrallah, near Sidon, Lebanon July 7, 2020. REUTERS/Ali Hashisho
Les pourparlers directs sur la frontière avec le Liban revêtent une importance plus large

Analyse: Les négociations sur l’emplacement de la frontière maritime partagée prouvent que la normalisation est réalisable; cela pourrait être de bon augure pour les relations avec la bande de Gaza dirigée par le Hamas et rendre la vie plus difficile à un Hezbollah hostile

Giora Eiland|
Publié le: 10.10.20, 18:43
Nous avons tous été récemment informés qu’Israël et le Liban mèneraient des négociations directes concernant leur frontière maritime commune.
Il y a environ 20 ans, Israël a décidé de se retirer du Liban vers une frontière internationalement reconnue. L’enjeu réside dans le fait qu’une frontière internationalement reconnue n’est reconnue comme telle que si les deux pays qui la partagent s’entendent sur ses coordonnées précises.

Troupes et chars de Tsahal à Beyrouth pendant la première guerre du Liban de 1982

Troupes et chars de Tsahal à Beyrouth pendant la première guerre du Liban de 1982
( Photo: David Rubinger )
Le Liban ayant refusé avec véhémence d’engager un dialogue direct avec Israël, le Premier ministre de l’époque Ehud Barak a réussi à persuader les Nations Unies que pour le retrait, Israël négocierait avec l’ONU et que la ligne convenue entre les deux parties sera considérée comme la frontière.
C’est en effet ce qui s’est finalement produit. Israël et l’ONU se sont mis d’accord sur la «Ligne bleue», une frontière terrestre temporaire devant être reconnue par la communauté internationale.
Mais qu’en est-il de la frontière maritime qui est maintenant sous surveillance? Il existe trois méthodes courantes pour marquer une telle bordure.
Israël a choisi de marquer sa frontière avec une ligne à 90 degrés par rapport au rivage. Ainsi, la frontière maritime avec le Liban est celle qui fait face au nord-ouest vers le pays levantin.

Des soldats de Tsahal surveillent la frontière avec le Liban

Des soldats de Tsahal patrouillant à la frontière avec le Liban
( Photo: AFP )
Le Liban (naturellement) a choisi une méthode différente, qui affirme que la frontière maritime est le prolongement de la frontière terrestre. Selon cette méthode, la frontière est une ligne droite faisant face juste à l’ouest de Rosh Hanikra, qui est située au coin le plus au nord-ouest d’Israël.
Une polémique est ainsi née concernant la décision israélienne et la décision libanaise sur la frontière. En 2000, l’ONU a décidé de ne pas se prononcer sur la question, créant ainsi un état de désaccord permanent.
Des années plus tard, lorsque de grandes réserves de gaz ont été découvertes dans la région, le problème est devenu plus pressant.
Des négociations indirectes secrètes et instables entre les deux États à ce sujet se poursuivent depuis plusieurs années.
Le fait même que des négociations aient lieu entre Israël et le Liban a des implications positives qui vont au-delà de la nécessité de résoudre le conflit.
Premièrement, pour la première fois depuis les années 90, des négociations directes sont en cours entre les deux nations en guerre.

Des combattants du Hezbollah défilent au Liban

Des combattants du Hezbollah défilent au Liban
( Photo: Reuters )
Deuxièmement, la résolution de ce différend permettra aux deux pays de rechercher des poches supplémentaires de gaz dans la région.
Troisièmement, les négociations sont une perte évidente pour le groupe terroriste Hezbollah basé au Liban, qui a, jusqu’à présent, empêché les négociations. Non seulement parce qu’il s’oppose à tout dialogue direct avec Israël, mais aussi parce que son chef, Hassan Nasrallah, s’est rendu compte depuis longtemps que s’il voulait lancer une campagne militaire contre Israël, il devrait faire valoir que c’était pour la défense des intérêts nationaux libanais.
Tant que le différend sur la frontière maritime subsistera, l’organisation pourra continuer à prétendre qu’Israël vole les ressources naturelles du Liban et que c’est une raison justifiée de faire la guerre.
Si les négociations entre le Liban et Israël portent effectivement leurs fruits, elles tireront le tapis sous les pieds de Nasrallah.

חסן נסראללה

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah
( Photo: EPA )
Quatrièmement, les négociations ont créé un précédent. Des discussions directes sur un sujet pourraient mener à davantage d’autres questions. Les pays voisins, ennemis ou non, partagent inévitablement des intérêts communs.
Un accord de paix entre Israël et le Liban est encore loin. Mais tout accord allant dans le sens d’une forme de normalisation entre les deux États est un bon signe.
Quoi qu’il arrive, le traitement de la question par Israël mérite des éloges, en particulier le ministre de l’Énergie Yuval Steinitz, qui tente depuis des années de parvenir à un accord sur la frontière maritime avec le Liban.
Le cinquième et dernier avantage de ces négociations ne concerne pas le Liban, mais la bande de Gaza. Si Israël peut montrer qu’il est possible de parvenir à un règlement basé sur des intérêts communs avec le Liban, il sera peut-être possible de faire preuve de plus de créativité encore concernant un règlement avec l’enclave dirigée par le Hamas.
 
Le major général (à la retraite) Giora Eiland est un ancien chef du Conseil de sécurité nationale d’Israël
ynetnews.com
——

Le Hezbollah et Amal critiquent l’équipe du Liban lancée dans les pourparlers sur la frontière israélienne

Le groupe terroriste soutenu par l’Iran et son allié politique chiite exigent que les équipes de négociation ne comprennent que des responsables militaires «  pour refléter l’accord-cadre  », et ont déclaré que les pourparlers ne signalaient pas la paix

Le Hezbollah libanais et son allié Amal ont critiqué mercredi la délégation négociant avec Israël sur leur frontière maritime contestée, appelant à changer l’équipe quelques heures avant la première réunion.
Formellement toujours en guerre après des décennies de conflit, le Liban et Israël ont convenu de lancer des pourparlers via la médiation américaine sur une frontière maritime traversant des eaux méditerranéennes potentiellement riches en gaz.

Des combattants du Hezbollah défilent au Liban

Des combattants du Hezbollah défilent au Liban
( Photo: Reuters )
Cela fait suite à trois ans de diplomatie de Washington et quelques semaines après le renforcement des sanctions contre les alliés politiques du Hezbollah soutenu par l’Iran au Liban, un pays profondément en crise financière.
Dans une brusque déclaration, le Hezbollah et Amal, les deux principaux partis chiites du Liban, ont déclaré que l’équipe de négociation ne devait inclure que des responsables militaires, sans aucun civil ni aucun politicien.
« Les deux exigent immédiatement de revenir sur cette décision et de reformer la délégation conformément à l’accord-cadre », a-t-il déclaré.

Président du Liban Michel Aoun

Président du Liban Michel Aoun
( Photo: EPA )
Il n’y a eu aucun commentaire immédiat du bureau du président libanais Michel Aoun, un allié politique du Hezbollah, qui a pris en charge la formation de l’équipe. La présidence a déclaré mardi que les négociations seraient exclusivement techniques.
Le Hezbollah a déclaré que les pourparlers ne signalaient pas l’établissement de la paix avec l’ennemi de longue date qu’est Israël. Ces deux derniers ont mené une guerre meurtrière de plus d’un mois en 2006.
La réunion de mercredi doit être accueillie par la force de maintien de la paix de l’ONU qui surveille la frontière terrestre également contestée depuis le retrait d’Israël du sud du Liban en 2000, mettant fin à une occupation de 22 ans.
ynetnews.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.