Les Kurdes syriens n’ont jamais compté sur les seuls USA

1
552

Les Kurdes syriens ne se sont jamais appuyés uniquement sur les Etats-Unis

Le 3 janvier 2019

Les Kurdes syriens ne se sont jamais appuyés uniquement sur les Etats-Unis

Des véhicules blindés américains à l’ouest de la ville syrienne de Manbij, dans le nord de la Syrie, où la Turquie a menacé d’attaquer à plusieurs reprises, le 10 février 2018. (Photo: Kurdistan 24 / Redwan Bezar)

ERBIL (Kurdistan 24) – Un responsable d’une administration du nord-est de la Syrie a  déclaré à Kurdistan 24 que les Kurdes syriens n’ont jamais compté exclusivement sur les États-Unis pour résoudre la crise syrienne. Ces commentaires sont faits à la suite d’un voyage de la délégation à Moscou pour discuter des menaces turques d’action militaire sur les zones situées à l’est de l’Euphrate.

Dans une interview accordée à Kurdistan 24, M. Abdulkarim Omar, coprésident de la Commission des relations extérieures de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (NES), a donné des détails sur le moment où des responsables de l’administration se sont rendus à Moscou en décembre et ont rencontré de hauts responsables russes, y compris de hauts responsables du ministère russe des Affaires étrangères.

“Nous avons discuté de la question syrienne et des menaces turques et nous avons confirmé que nous ne comptions pas uniquement sur les États-Unis pour trouver une solution politique”, a-t-il déclaré.

“Nous n’avons même jamais coupé les liens avec le gouvernement [syrien] quand il était faible”, a-t-il déclaré, ajoutant : “Nous avons toujours dit que le régime n’était pas sérieux pour que les négociations aboutissent à un accord.”

Il a également confirmé avoir eu plusieurs entretiens avec des Russes à la base de Hmeimim, située près de la côte ouest de la Syrie.

Au cours de l’été, le gouvernement syrien et le Conseil démocratique syrien (DDC) soutenu par les Kurdes ont également tenu des pourparlers, qui n’ont toutefois pas abouti à des résultats significatifs, apparemment parce que Damas n’était pas disposé à faire de concessions.

Après des menaces turques répétées d’envoyer des troupes à travers la frontière, les unités de protection du peuple (YPG) ont appelé la semaine dernière le gouvernement syrien à protéger Manbij et la frontière turque contre l’invasion. Lorsque la Turquie a attaqué Afrin en janvier 2018, les YPG ont présenté des demandes similaires à Damas, mais en vain.

Omar a ajouté que son parti était toujours ouvert à des relations renouvelées avec le gouvernement syrien, en déclarant : «À l’avenir, nous poursuivrons nos tentatives de reprise du dialogue avec le régime, et nous sommes prêts à le faire. Pas seulement entre nous et le régime syrien, mais tous les partis syriens ».

En outre, il a ajouté que l’administration locale partageait un plan pour une solution potentielle aux hostilités en cours en Syrie avec Moscou.

“Nous avons présenté aux Russes une feuille de route indiquant quels sont nos objectifs et nos principes, et comment l’administration syrienne du nord et de l’est pourrait participer à la constitution et comment l’intégrer dans une solution syrienne intégrant les droits des Kurdes“, a-t-il déclaré.

En outre, il a ajouté que la Russie reconnaissait également le rôle crucial joué par les Forces démocratiques syriennes (SDF) dans la lutte contre le terrorisme.

En janvier 2018, les relations entre les Kurdes syriens et la Russie se sont détériorées après que l’on a appris que la Russie avait donné à la Turquie le feu vert pour attaquer la région kurde d’Afrin. La visite de Moscou en décembre est un signe que les relations des Kurdes syriens avec la Russie sont probablement en train de changer à nouveau à la suite de la décision du président américain Donald Trump de retirer les troupes américaines de Syrie.

Des responsables turcs se sont également rendus à Moscou le 29 décembre, mais l’issue des réunions n’est pas claire.

Omar a affirmé que la Turquie avait passé un accord avec la Russie leur permettant d’envahir le nord d’Alep et d’Afrin par le passé. “Nous ne pensons pas que la Turquie à elle seule est capable d’envahir le nord-est de l’Euphrate”, a-t-il déclaré, “car il existe d’autres acteurs qui pourraient être critiques pour la Turquie.”

Dans le passé, a-t-il déclaré, la Turquie a occupé Jarabulus, Al-Bab, Afrin et d’autres villes «par le biais d’un accord avec la Russie et du silence de la communauté internationale».

Il a conclu en disant que la Turquie dépendait maintenant du retrait américain et s’apprêtait à attaquer.

«Étant donné que les choses changent en ce qui concerne le retrait des États-Unis et que cela prendra maintenant du temps. Les États-Unis ne se retireront jamais d’une manière qui mène au chaos. ”

Édité par John J. Catherine

Mis à jour il y a un jour (3 janvier 2019)

1 COMMENT

  1. […] Dans une interview accordée à Kurdistan 24, M. Abdulkarim Omar, coprésident de la Commission des relations extérieures de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (NES), a donné des détails sur le moment où des responsables de l’administration se sont rendus à Moscou en décembre et ont rencontré de hauts responsables russes, y compris de hauts responsables du ministère russe des Affaires étrangères.Lire la suite sur jforum.fr […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.