50 000 visites par an : Les Juifs se rendent de plus en plus sur le mont du Temple

À l’approche de Rosh HaShana, le groupe Beyadenu affirme que le nombre de visites a presque doublé l’an dernier ; la police se prépare à des fêtes de fin d’année sous tension

Les Juifs ont visité le mont du Temple plus de 50 000 fois l’an dernier, un record et près de deux fois plus que l’année précédente, a rapporté un groupe d’activistes jeudi dernier.

Le groupe de coordination des activistes du mont du Temple, Beyadenu, qui suit le nombre de visites « juives » du mont du Temple, a publié ces chiffres quelques jours avant le Nouvel an juif, Rosh HaShana, qui débutera dimanche soir.

Selon le groupe, les Juifs ont visité le lieu saint 50 000 fois au cours de l’année juive écoulée, à savoir depuis le 7 septembre 2021. On estime qu’ils seraient encore plus nombreux à effectuer ce pèlerinage avant la nouvelle année.

Il semble qu’il s’agisse du plus grand nombre de visites du mont du Temple par des Juifs depuis que le site est passé aux mains d’Israël dans le sillage de la guerre des Six Jours en 1967, et donc du plus grand nombre depuis la destruction du Second Temple en 70 de l’ère commune.

Cette hausse fulgurante représente un changement majeur et une victoire retentissante pour des groupes comme Beyadenu qui font pression pour que les Juifs soient non seulement autorisés à visiter ce site sensible, mais aussi à y prier.

Le mont du Temple est le lieu le plus saint du judaïsme et le troisième lieu le plus saint de l’islam, mais il revêt une signification nationale particulièrement forte pour les Palestiniens. C’est aussi un lieu fréquent de violence, principalement entre des civils musulmans et la police israélienne. Les non-musulmans sont autorisés à visiter le site à certaines heures, mais il leur est officiellement interdit d’y prier (bien que les prières silencieuses soient de plus en plus autorisées, au grand dam des musulmans).

Cette augmentation du nombre de visiteurs et la lente expansion de la prière juive sur le site – des développements qu’un petit groupe de militants juifs dévoués a cultivés au cours des trois dernières décennies environ – ont incité les autorités musulmanes à affirmer régulièrement qu’Israël modifie le statu quo sur le mont du Temple, et ont également donné lieu à des protestations souvent violentes, malgré les nombreux démentis officiels israéliens.

Les 50 000 visites représentent près de deux fois le nombre de l’année précédente, soit 25 582, et bien plus que le précédent record de 29 420, établi du 10 septembre 2018 au 30 septembre 2019.

Le chiffre marque le nombre de visites sur le Mont du Temple, et non de visiteurs ; il n’est donc pas clair si cette statistique représente une augmentation majeure du nombre de pèlerins ou si les mêmes fidèles reviennent plus fréquemment. Il semble que ce soit un amalgame des deux, car l’année dernière a connu un certain nombre de jours où le nombre de visiteurs discrets était beaucoup plus élevé que la normale, comme le mois dernier lors du jour de deuil de Tisha BeAv, au cours duquel seuls 2 200 Juifs sont montés sur le mont du Temple, selon Beyadenu.

La police israélienne a mis en garde dimanche contre des troubles potentiels à l’approche de la période des fêtes, qui débutera dimanche soir avec Rosh HaShana et se poursuivra jusqu’au milieu du mois prochain avec la fête de Simhat Torah, le 17 octobre.

Pour se préparer à cette période de tension, la police a déployé quelque 2 000 agents autour de la capitale et a également émis des injonctions contre un certain nombre de Musulmans et de Juifs considérés comme des instigateurs potentiels de violence et de troubles à Jérusalem.

S’adressant aux journalistes dimanche, le commandant du district de Jérusalem, Doron Turgeman, a déclaré que les visites sur le mont du Temple se poursuivraient comme d’habitude pendant la période des fêtes et que la police expulserait toute personne qui violerait les règles du site.

« Les pratiques régulières en place sur le mont du Temple depuis des années seront maintenues. Les dates des visites ne seront pas modifiées. Quiconque enfreindra les règles sera expulsé du site », a déclaré Turgeman.

La police a déclaré qu’elle travaillait en collaboration avec le Waqf – une instance religieuse dirigée et financée par la Jordanie qui administre le site – pour éviter toute escalade des violences.

Source : fr.timesofisrael.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.