A Jewish man looks at an election poster of the independent centrist French presidential candidate Emmanuel Macron at the French consulate in Jerusalem, on May 7, 2017 during the second round of the French presidential vote. / AFP PHOTO / THOMAS COEX (Photo credit should read THOMAS COEX/AFP/Getty Images)

La France sévit contre l’islam radical – avec la bénédiction de sa minorité juive

JTA ) – Alors que le gouvernement français déploie un plan controversé qui équivaut à sa répression la plus vigoureuse contre l’activité religieuse depuis des décennies, il bénéficie d’un large soutien d’au moins une des communautés religieuses du pays: les Juifs français [NDLR : qui penseront même qu’on n’en fait pas assez].

Les dirigeants de la communauté juive ont applaudi les efforts du président Emmanuel Macron pour contrer ce qu’il appelle le «séparatisme islamiste» avec un plan qui obligerait les enfants à fréquenter des écoles reconnues par l’État dès l’âge de trois ans, interdisant effectivement la pratique de l’enseignement musulman à domicile, et un mandat sous forme de serment d’allégeance à l’État de la part des associations religieuses.

Le nouveau plan augmenterait également le niveau de surveillance du financement étranger des mosquées et mettrait fin à un programme permettant aux enfants d’immigrants de recevoir des cours subventionnés dans la langue maternelle de leurs parents. Alors que les nouvelles mesures ne visent pas explicitement les musulmans français, ce qui serait interdit par la constitution française, Macron a clairement indiqué qu’elles visent à «isoler l’islam radical».

« Nous devons reconquérir tout ce que la république a cédé et qui a conduit une partie de nos jeunes et citoyens à être attirés par cet islam radical », a déclaré Macron dans un discours prononcé le 2 octobre  près de Paris.

«Nous agirons dès aujourd’hui, avec beaucoup de force et de détermination sur le terrain. C’est en cours », a-t-il dit.

Le plan, qui devrait être présenté à l’Assemblée nationale plus tard cette année, a été largement condamné par les musulmans, en France et ailleurs, comme une attaque contre leur foi. À Gaza, des manifestants ont brûlé des affiches de Macron et en Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a décrit le plan comme faisant partie d’un héritage de crimes européens contre les minorités religieuses au titre desquels la Shoah. Le commentaire d’Erdogan la semaine dernière selon lequel Macron avait besoin d’un «traitement mental» a incité la France à rappeler son ambassadeur d’Ankara.

En France, certains Juifs d’extrême-gauche (pro-Hamas) s’opposent au plan pour des raisons similaires. Maxime Benatouil de l’Union judéo-française pour la paix, qui soutient  un boycott général d’Israël, a déclaré dans un  communiqué que le plan était motivé par la haine raciste, le juxtaposant à ce que les nazis et leurs collaborateurs ont fait aux Juifs français en 1940.

Mais parmi le courant dominant de la communauté juive française, le plan de Macron bénéficie d’un large soutien, qui n’a fait que croître après le meurtre horrible, le 16 octobre, d’un professeur d’histoire du secondaire qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mohammed publiées pour la première fois en France par le magazine satirique Charlie Hebdo – qui a également été la cible d’une attaque de 2015 par des jihadistes (frères Kouachi), qui ont assassiné 12 personnes dans les bureaux du magazine. Deux jours plus tard, un complice (A. Coulibaly) a assassiné quatre Juifs dans un supermarché casher.

«Bravo d’avoir eu le courage d’appeler les choses par leur nom et de tracer une voie pour assurer la force de la république, mère de tous ses enfants qui aiment et respectent les valeurs de la France», a déclaré sur Twitter Gil Taieb), le vice-président du CRIF organisation coordinatrice des communautés juives françaises [NDLR : -mais considérée comme peu représentative sur le terrain].

Le sentiment de Taieb reflète une crainte largement répandue selon laquelle la vague d’attaques djihadistes qui ont coûté la vie à des centaines de personnes en France depuis 2012 n’est que le symptôme d’un problème encore plus grand que le terrorisme : la cession de quartiers et de villes entiers vivant en parallèle de l’éducation, de la justice et de la morale. L’historien franco-juif Georges Bensoussan, dans un livre influent de 2002, a appelé ces zones «Les territoires perdus de la République».

Si la peur de l’islam radical s’explique d’elle-même, les Juifs français ont leurs propres associations religieuses et écoles. Ne craignent-ils pas de subir des dommages collatéraux alors que le pays sévit contre les groupes musulmans?

«Pas du tout», a déclaré Bruno Benjamin, le président de l’antenne du CRIF de Marseille, siège de la deuxième communauté juive de France.

«Les Juifs français en tant que communauté ont accepté les valeurs de la république. Leurs organisations communautaires respectent ses lois. Il n’y a donc aucune raison pour les Juifs de s’opposer à l’application de ces mêmes lois pour les musulmans », a-t-il déclaré à la Jewish Telegraphic Agency.

Benjamin est considéré comme un conservateur. Auparavant, il dirigeait la branche marseillaise du Consistoire, une organisation orthodoxe qui organise la vie religieuse juive en France. Mais son point de vue sur le plan Macron est une question de consensus pour les juifs traditionnels, selon Delphine Horvilleur, rabbin réformée de la congrégation MJLF Beaugrenelle de Paris .

Les Juifs français, qui figurent en haut de la liste des cibles des islamistes radicaux, ont beaucoup à gagner et peu à craindre du plan parce que leur système éducatif est conforme – et appartient pour la plupart – au système scolaire public, a déclaré Horvilleur.

«Les demandes formulées dans le plan sont en grande partie celles que la communauté juive a acceptées il y a très, très longtemps», a-t-elle déclaré.

Accepter ces demandes revient au cœur de ce que signifie être juif en France, a-t-elle ajouté.

« En gros, en Amérique, les gens sont assurés de la liberté de religion, alors qu’en France, les gens sont assurés de ne pas avoir trop de religion », a déclaré Horvilleur. «C’est pourquoi la plupart des Français, y compris ses Juifs, soutiennent le plan du président.

Les dirigeants de la communauté juive française ont parfois fait preuve de tolérance pour les mesures visant à freiner l’islam radical, même si cela porte atteinte à la vie religieuse juive. En 2016, Moshe Sebbag, un rabbin senior de la Grande Synagogue de la Victoire à Paris, s’est prononcé en faveur d’une interdiction controversée – largement abrogée plus tard devant le tribunal – de porter le maillot de bain complet connu sous le nom de burkini en public. Même si les religieuses juives portent des vêtements similaires, il soutenait l’interdiction parce que la variante musulmane était «une déclaration quant à qui régnera ici demain», avait-t-il déclaré à JTA à l’époque.

Mais dans le cas des réformes scolaires de Macron, qui visent à éliminer un réseau d’écoles islamiques clandestines qui fournissent peu d’éducation laïque, les institutions juives ne seraient probablement pas très affectées. Seules une cinquantaine d’écoles juives sur les quelque 200 de France fonctionnent en privé sous la tutelle du ministère français de l’Éducation, selon un rapport de 2018 de la municipalité de Lyon. Les écoles clandestines, du type qui, selon Macron, endoctrinent des milliers d’enfants musulmans, sont pratiquement inexistantes parmi les Juifs, ont déclaré Benjamin et d’autres personnes interrogées pour cet article.

«En règle générale, lorsque vous entrez dans une école juive française, il y a un drapeau français à l’entrée et une plaque indiquant« liberté, égalité, fraternité », parce que les Juifs français non seulement respectent ces principes, mais les aiment», a déclaré Benjamin.

L’adoption des valeurs républicaines par les écoles juives françaises a été un tel succès que certaines des écoles orthodoxes les plus strictes du pays ont été classées parmi les meilleurs établissements d’enseignement secondaire de France.

L’un d’eux, le lycée sioniste orthodoxe Lucien de Hirsch de Paris, une école privée financée par le gouvernement, a été classé par Le Parisien comme le meilleur de la ville l’année dernière, avec un score d’inscription parfait parmi ses diplômés. Un autre lycée juif orthodoxe, Yabne, est classé cinquième. Ozar Hatorah, une école affiliée à Habad, a été classée huitième.

C’est le cas même si le programme national obligatoire exige l’enseignement de l’évolution, de l’éducation sexuelle et de la diversité – y compris le genre – qui sont souvent en contradiction avec les enseignements juifs traditionnels. Mais dans les écoles juives financées par l’État, les études juives et laïques sont séparées par un pare-feu.

«Il y a des professeurs pour les études laïques et il y a des professeurs pour les études juives. Ils ont lieu à des heures différentes et correspondent à des facultés sollicitées différentes. Mais ils ont tous deux lieu », a déclaré Benjamin.

Les écoles juives en France ont également contourné nombre des défis qui ont tourmenté les écoles juives financées par l’État dans d’autres pays européens ces dernières années.

Au Royaume-Uni, plusieurs écoles juives ont été recalées par les inspections gouvernementales parce qu’elles séparent les garçons et les filles ou à cause de leur prétendu échec à enseigner la «tolérance». En Belgique, le gouvernement a introduit en 2013 une réforme qui menaçait de fermer les écoles juives si elles refusaient d’enseigner certaines matières. Et aux Pays-Bas, les écoles juives ont perdu le mois dernier des subventions publiques parce qu’elles collectaient de l’argent auprès des parents pour des besoins communautaires spécifiques.

Pourtant, les mesures croissantes contre l’isolationnisme musulman en France entrent parfois les Juifs dans l’équation, ce qui met certains Juifs français mal à l’aise.

Un exemple s’est produit le 20 octobre, lorsque le ministre de l’Intérieur, Gerald Darmanin, s’est dit «choqué» par les rayons des supermarchés consacrés aux aliments ethniques, suggérant que les commerçants les suppriment «pour être patriotiques». Il a ajouté qu’il soutenait néanmoins le droit d’exploiter des supermarchés casher ou halal.

Philippe Meyer, président de la section France du B’nai B’rith, a déclaré que le commentaire de Darmanin était «stupéfiant».

Le ministre ne doit «pas confondre l’isolationnisme communautaire, que nous devons combattre, et la liberté de culte que nous devons garantir», a écrit Meyer sur Twitter.

Un autre exemple s’est présenté en 2016, lorsque François Fillon, ancien candidat à la présidence des républicains de centre-droit, a assimilé la lutte contre l’extrémisme islamique aux efforts passés pour résister au confessionnalisme juif et catholique. Il s’est excusé plus tard.

«Il y a ces transgressions qui se produisent de temps en temps», a déclaré Horvilleur. «Mais ils sont mineurs et surtout verbaux. Dans l’ensemble, les Juifs français ont confiance dans leur contrat avec l’État français. Et ils craignent bien plus l’islam radical qu’ils ne craignent ce genre de retombées. »

France is cracking down on radical Islam – with the blessing of its Jewish minority

1 COMMENTAIRE

  1. « Union judéo-française pour la paix, »

    hahahaha! rire méprisant !

    surtout ne pas confondre avec l’ union des patrons juifs de France

    UPJF

    les traitres vendus a l’ islamo gauchisme c’est UJFP, un sigle bien choisi pour tromper les populations, en créant la confusion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.