Les Gazaouis privés de fêtes de Noël par le Hamas

Par Michèle Mazel

 

 Les temps sont durs dans pour les habitants de la Bande de Gaza. Le Covid19 y fait des ravages et les services de santé n’arrivent pas à endiguer sa propagation. On le sait, le Hamas n’a jamais accordé à ces services la moindre priorité dans la répartition des sommes considérables qu’il reçoit de l’étranger ; ces sommes assurent d’abord le bien-être des dirigeants et de leurs familles et ensuite le développement de leurs industries militaires, la fabrication de missiles et le percement de tunnels d’attaque. Des hôpitaux vétustes manquent d’équipement ; régulièrement mais sans publicité des équipes israéliennes bénévoles, souvent composées de personnel médical arabe, se rendent sur place pour de brefs séjours. Elles apportent le matériel de pointe qui fait si cruellement défaut, notamment des respirateurs.  Les autorités de Gaza ont tardé à se mettre en quête de vaccins ; elles auraient parait-il obtenu de la Russie plusieurs millions de doses qui sont censées arriver courant janvier.

Tout de même, Noël est proche et les Chrétiens de Gaza s’apprêtent à le fêter de leur mieux. – Ils ne sont plus qu’un millier environ aujourd’hui – le reste d’une petite communauté naguère florissante mais qui a rétréci comme une peau de chagrin depuis la prise du pouvoir par le Hamas. Pas question cette année de se rendre à Bethléhem du fait des restrictions imposées à cause du virus. Heureusement restent les sapins enguirlandés et les réunions familiales. Sans oublier les fastueux réveillons organisés dans les grands hôtels de la ville à l’intention de la bourgeoisie fortunée un peu passée sous silence par les médias occidentaux. S’y retrouvaient chaque année Chrétiens et Musulmans se côtoyant en bonne intelligence. N’en sera-t-il rien cette année ?

Ce qui passe pour le ministère des affaires religieuses du Hamas a publié le 15 décembre un texte ordonnant que soient limitées au maximum « les interactions entre Chrétiens et Musulmans » à l’occasion de Noël et plus spécifiquement « recommandant » aux Musulmans d’éviter de participer aux festivités.

Les dispositions prévues pour en assurer l’application comprennent une fatwa spéciale et une campagne de mobilisation par l’intermédiaire des médias et des prédicateurs pour rappeler aux musulmans la nécessité de s’abstenir de participer directement aux rites et célébrations non musulmans.

Ce rigorisme ne devrait pas tellement étonner venant du Hamas, une émanation des Frères musulmans dont on connait le fanatisme religieux. Il a tout de même embarrassé les dirigeants de Gaza et provoqué l’indignation, non seulement, de la hiérarchie chrétienne palestinienne, pourtant peu prompte a critiqué les autorités, mais aussi d’une partie de la population.

On se demande d’ailleurs comment réagiront les gazaouis toutes religions confondues en regardant la messe de minuit retransmises comme chaque année de l’église de la Nativité à Bethléhem, et les gros plans sur le président Abou Mazen et ses caciques assis au premier rang. L’Autorité palestinienne fait depuis des années des efforts méritoires pour accréditer l’idée d’un Jésus palestinien, précurseur ou même prophète de l’Islam comme il est présenté dans le Coran.

On attend  toujours impatiemment les commentaires de la presse française.

Michèle Mazel

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.