Les Forces terrestres joueront un rôle prépondérant au cours de la prochaine guerre

Tsahal prévoit un risque élevé de guerre en 2018, et affiche des innovations qui se produiront sur le champ de bataille moderne, à commencer par l’amélioration de la flotte  des drones à la disposition des officiers de terrain et de leur besoin de renseignements précis, de nouvelles mini-roquettes, des mortiers, des canons d’artillerie semi-automatiques.

Le commandement des forces terrestres de Tsahal a développé de nouveaux systèmes d’armement qui refaçonneront le champ de bataille de l’infanterie, du corps des blindés, des unités de combat et des forces d’artillerie, alors que les troupes devraient affronter une nouvelle série de menaces terrestres, souterraines et aériennes.

Le Commandement a révélé cette semaine un certain nombre de  nouvelles armes qui sont déjà intégrées dans les unités avancées de Tsahal, et d’autres qui seront encore en développement et qui seront intégrées progressivement, dans les années à venir.

Par exemple, les forces en manœuvre seront équipées d’un « Dôme de Fer» mobile qui pourra identifier, prévenir et même détourner les menaces dirigées par le Hamas ou le Hezbollah, contre des groupes concentrés de forces de Tsahal.

Corps blindé de la FID (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

Corps des blindés de Tsahal (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

 

Les menaces identifiées comportent des drones multicoptères piégés, des «drones kamikazes» et des roquettes à courte portée pouvant contenir une demi-tonne d’explosifs. L’interception de telles menaces sera effectuée de plusieurs façons, y compris grâce à des roquettes interceptives (d’interception), des faisceaux laser et des brouillages radioélectriques utilisant les moyens de la guerre électronique.

On n’a pas encore décidé si les unités anti-aériennes modernes feront partie des bataillons d’infanterie de reconnaissance, qui sont généralement en première ligne de la bataille, ou intégrées dans le cadre d’une nouvelle brigade s’appuyant sur des unités d’artillerie conventionnelles.

De plus, les forces de combat intégrées bénéficieront d’une puissance de tir tactique meurtrière : les commandants des compagnies, bataillons et brigades recevront des munitions rôdeuses (errantes) sous forme de petits drones (UAV), transportant des explosifs capables d’attaquer une cible proche avec une précision pouvant atteindre un mètre.

Drones unitaires

unité de Drones de l’infanterie

 

Les forces disposeront également d’obus de mortier précis, des douzaine de drones Skylark-III, similaires mais plus gros que les drones Skylark-I existants, des douzaines de drones pouvant effectuer des missions de sauvetage ou de ravitaillement, et surtout un centre de commandement aérien au sein des brigades ou corps d’armée qui vont pouvoir manœuvrer les drones et les ramener à terre pour dégager les cieux et faire place à un hélicoptère de sauvetage, par exemple.

Le Commandement des Forces terrestres discute avec l’Armée de l’Air de la compétence aérienne entre les deux unités. Actuellement, les discussions portent sur une limite de 3.000 pieds d’altitude pour les forces terrestres.

Avant l’achat des avions pour la prochaine décennie, le Commandement des forces terrestres prévoit de recommander aux Forces Aériennes, l’hélicoptère américain Boeing CH-47 «Chinook» à rotor tandem, au lieu de l’hélicoptère Sikorsky CH-53 Sea Stallion à six pales.

Chinook, en bas à droite; Sikorsky, à gauche (Photo: Getty Images)

Chinook, en bas à droite; Sikorsky, à gauche (Photo: Getty Images)

 

Dans le domaine de la robotique, les bulldozers d’ingénierie télécommandés seront utilisés contre les forces antichars et les IED (engins explosifs improvisés) ennemis, en plus des systèmes de tir et d’observation sans pilote qui dirigeront les forces.

La prochaine génération de canons d’artillerie, qui existe déjà à l’état de prototype, sera plus rapide et plus précise à des distances de 40 km. Sa capacité de tir par canon va rivaliser avec celle d’une batterie entière. Une équipe de 3 à 5 hommes maniera les canons, par opposition à l’équipe actuelle de 11 hommes nécessaires, et le mécanisme de chargement sera semi-automatique. Les 100 premiers canons seront sur roues, pas sur des chenilles, ce qui permettra à Tsahal de retirer entre 25 et 40% de son arsenal actuel.

Le domaine des munitions est également en plein mouvement d’innovation, avec des drones kamikazes et des drones pour la collecte de renseignements et l’attaque. Certains existent déjà dans les unités des forces spéciales relevant des forces terrestres et sont utilisés pour prendre pour cible les structures ennemies.

 (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

(Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

 

« Dans la guerre moderne, le commandant du bataillon ou le commandant de division ne peut pas faire larguer une bombe JDAM (Munition ou missile d’Attaque Directe et Conjointe guidée par GPS) d’un avion de chasse sur chaque cible », a expliqué un officier des forces terrestres. « C’est pourquoi nous avons développé une série de munitions précises, telles que le mortier de 120mm, qui est précis jusqu’à cinq mètres de la cible, et des missiles guidés tels que les futurs missiles Lahav. Nous allons également incorporer un système de capteurs pour scanner la zone en utilisant différentes mesures de repérage, telles que des radars, et localiser les forces ennemies cachées jusqu’à 10 km « .

« L’ennemi lancera des milliers de roquettes par jour »

Dans un point de presse aux journalistes mardi, un officier supérieur a déclaré que, lors de la prochaine guerre, il n’y aura pas d’autre choix que de déployer des forces terrestres pour effectuer une pénétration rapide et profonde afin de conquérir le territoire ennemi, l’éliminer (plutôt que de « le neutraliser »), et de détruire ses arsenaux d’armes, en particulier les lance-roquettes, afin de réduire les tirs de roquettes et de missiles contre le front intérieur.

 (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

(Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

 

« L’ennemi lancera des milliers de roquettes tous les jours sur les centres de population. Dans une telle guerre à fronts démultipliés, nous allons mobiliser l’ensemble des forces terrestres, y compris les bataillons de réserve territoriale de la Division Judée-Samarie et de la frontière du Sinaï « , a déclaré l’officier. « Si la guerre éclate demain, nous serons à la hauteur du défi.

« Il y a un accord tacite, parmi les officiers supérieurs de l’armée, qui dit que durant la prochaine guerre, qu’à cause des pluies de missiles lancées sur les centres de population du centre du pays, la situation exigera du commandement de l’armée qu’il déploie rapidement les Forces Terrestres et qu’il les mette presque immédiatement en mouvement sur leurs objectifs désignés », a t-il poursuivi.

 (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

(Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

 

L’officier a ajouté que «l’armée permanente peut travailler avec les forces de réserve ; la guerre peut durer quelques semaines jusqu’à ce que nous portions un coup décisif, mais  elle ne doit pas durer des mois. Les citoyens n’ont pas à se préparer à une autre guerre du Yom Kippour. Durant la prochaine guerre, nous devront traiter de grands immeubles situés dans les zones urbaines, et contre un ennemi expérimenté comme le Hezbollah, qui tirera avantage de la nuit, en se dotant d’un équipement de vision nocturne.

« Nous avons renforcé l’intégration inter-armées du commandement. Ce ne sera plus l’infanterie seule ou le corps blindé seul. Lors de l’exercice de brigade mené la semaine dernière, le colonel du corps de blindés avait plus d’unités d’infanterie sous son commandement que de compagnies de chars », a-t-il dit.

L’officier n’a pas hésité à parler de victoire décisive, un terme vague à l’époque de la guerre asymétrique entre les groupes terroristes para-militaires et les armées des États-nations. « Personne n’a une définition claire de ce qu’est la victoire. La victoire est un mélange de gains tactiques et de réalisations d’objectifs définis par le commandement, comme l’assassinat de (du dirigeant du Hezbollah Hassan) Nasrallah », a-t-il expliqué.

Maj Général Kobi Barak (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

Maj Général Kobi Barak (Photo: unité de porte-parole de Tsahal)

 

L’officier a admis que les principaux désavantages dans les forces terrestres sont liés à la mobilité et à l’équipement. Les forces spéciales ont les meilleures capacités de mobilité tandis que de nombreuses unités doivent conduire des camions qui sont très anciens. 300 nouveaux camions sont attendus d’ici la fin de l’année.

Le commandant des forces terrestres, le général de division Kobi Barak, a déclaré que les risques de guerre ont augmenté en 2018, mais cela ne signifie pas qu’Israël a un intérêt à plonger (trop vite) dans un nouveau cycle de combats.

L’officier a également fait le point sur le statut des femmes intégrées dans le corps des blindés pour protéger les frontières. Le premier groupe a déjà terminé sa formation et est posté à la frontière sud et trois autres sont à l’école des commandants de char, dans une formation qui sera séparée de celle des hommes.

 

Première publication le 28/02 18, 23:35

Yoav Zitun | Publié le: 28/02 18, 23:35

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 Commentaires

  1. J’en reste au titre: un rôle prédominant aux forces terrestres est relatif à un force offensive plutôt que défensive. C’est le principe de l’essaim Ce fut appliqué par les stratèges américains lors de la Seconde guerre du Golfe comme pour la troisième. L’ennemi doit être éliminé, anéanti. Or, force est de constater que le résultat en Irak n’a pas été à la hauteur de ce qui était prévu. Les causes sont multiples. Maintenant, j’imagine que les décideurs savent ce qu’ils font et disposent d’informations que nous n’avons pas. En l’espèce, il est certain que les arguments présentés par le Hezb pour affirmer qu’ils l’emporteront sur Israël sont pitoyables. Sont-ils plus intelligents que nous pouvons le penser?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.