Contrebalancement : le règlement de comptes en Libye se rapproche des frontières de la Turquie

L’intervention de la Turquie dans la guerre libyenne pousse ses adversaires à riposter au-delà de la Libye, dans les zones de conflit le long de ses propres frontières.

al-monitor Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) et le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj (à gauche) tiennent une conférence de presse conjointe au complexe présidentiel d’Ankara le 4 juin 2020. Photo de ADEM ALTAN / AFP via Getty Images.

Fehim Tastekin

Fehim Tastekin

@fehimtastekin

influence saoudienne, eau, relations égypto-libyennes, relations égypto-turques, guerres par procuration, guerre civile libyenne, intervention turque, implication turque en libye

3 août 2020

Les rivaux régionaux de la Turquie vont bien au-delà de la Libye pour répliquer à l’intervention militaire turque à grande échelle dans ce pays d’Afrique du Nord. Après avoir déclaré une ligne rouge à Syrte et al-Jufra sur le champ de bataille libyen, l’Égypte et ses partenaires intensifient leurs efforts pour entraver les avancées de la Turquie sur le front diplomatique ainsi qu’en Syrie et en Irak.

Tout en forgeant des liens plus étroits avec Damas, l’Égypte s’est en même temps concentrée sur les Kurdes syriens, suivant les traces des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite. Selon l’agence de presse officielle turque Anadolu, l’Égypte a maintenant envoyé des troupes à Idlib, la province tenue par les rebelles où la Turquie a établi une présence militaire pour empêcher l’armée syrienne de progresser. Citant «des sources militaires fiables», Anadolu a rapporté le 30 juillet qu’environ 150 soldats égyptiens, arrivant via l’aéroport militaire de Hama, avaient été déployés sur les lignes de front à Khan al-Asal dans la campagne occidentale d’Alep et autour de Saraqib dans le sud d’Idlib, armés avec des armes légères et en coordination avec le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran et les milices soutenues par l’Iran.

Kamal Amer, président du Comité de la défense et de la sécurité nationale du Parlement égyptien, a démenti ce reportage et l’Observatoire syrien des droits de l’homme a déclaré que ses sources locales n’avaient pas confirmé le déploiement.

La véracité du rapport peut être contestée, mais une telle assistance égyptienne à Damas ne serait guère une surprise, étant donné le cours des événements. De nombreux signes sont déjà apparus que l’axe Egypte-Emirati-Saoudien suit une stratégie pour contenir et distraire la Turquie dans les zones de conflit à proximité de ses propres frontières. Les mouvements que les trois pays ont entrepris et les liens qu’ils cherchent à développer sont en grande partie une réponse à la Turquie et, malgré quelques lacunes et discordances, ils se sont complétés en termes d’objectifs.

Les efforts de l’Égypte pour entraver la Turquie ont commencé il y a plusieurs années, le patronage d’Ankara envers les Frères musulmans sous-tendant l’échauffement des esprits entre les deux. En novembre 2016, par exemple, le journal libanais As-Safir a affirmé que l’Égypte avait dépêché 18 pilotes d’hélicoptère pour aider l’armée syrienne et planifié un déploiement militaire plus important en chemin. Le rapport faisait suite à une visite au Caire du chef des renseignements syriens, Ali Mamlouk, le mois précédent. Une fois que les chefs du renseignement de deux acteurs clés du Moyen-Orient montent sur scène, il est clair qu’une coopération ouverte ou secrète est dans les cartons.

Depuis un certain temps déjà, l’Égypte tente de préparer le terrain pour le retour de la Syrie dans la Ligue arabe tout en travaillant en relation avec les acteurs kurdes. Il a permis aux Forces démocratiques syriennes dirigées par les Kurdes d’ouvrir un bureau au Caire, facilité le dialogue entre les Kurdes et les opposants syriens basés au Caire et cherché à être un pont entre les Kurdes et Damas.

L’automne dernier, le commandant des FDS, Mazlum Abdi – également connu sous le nom de Mazlum Kobane – a  publiquement salué les critiques du Caire sur l’opération Printemps de la paix de la Turquie qui visait les combattants kurdes à l’est de l’Euphrate. L’offensive a constitué un revers diplomatique majeur pour Ankara, Riyad, Abu Dhabi et Le Caire recevant des représentants des FDS. Les délégations qui se sont rendues à Riyad et à Abu Dhabi auraient été dirigées par Kobane lui-même.

Plus remarquable encore, l’Égypte a vivement critiqué les opérations militaires en cours de la Turquie dans le nord de l’Irak et a cherché à tirer parti du malaise de Bagdad pour renforcer les relations bilatérales et attirer autant que possible l’Irak dans le giron arabe. Les opérations de la Turquie visent le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), interdit depuis longtemps, qui utilise depuis longtemps des bases au Kurdistan irakien pour soutenir son insurrection armée contre Ankara.

En Syrie, les liens du Caire avec les Kurdes ne reposent pas sur un double agenda, contrairement aux Saoudiens, dont l’agenda recoupe dans une certaine mesure celui des États-Unis. Depuis le renversement du gouvernement des Frères musulmans en 2013, le Caire a évité un programme de changement de régime en Syrie. Contrairement à la Libye, il a poursuivi une approche plus individuelle qui lui permet d’ajouter des dimensions militaires et de renseignement à sa relation avec Damas. Fait révélateur, les Égyptiens étaient absents d’une délégation de responsables militaires saoudiens, émiratis et jordaniens qui ont rencontré des dirigeants des FDS dans le nord-est de la Syrie en mai 2018.

Il convient de noter que le chef du renseignement égyptien, Abbas Kamel, a intensifié ses contacts avec ses homologues arabes dans toute la région. En février, il s’est rendu dans l’est de la Libye, en Tunisie et en Algérie dans le cadre de ce qui aurait été un effort pour renforcer la collaboration des services de renseignement contre l’influence croissante de la Turquie dans la région. Début mars, Kamel s’est rendu à Damas, où il a rencontré Mamlouk – vice-président depuis l’année dernière – pour discuter de «la guerre contre le terrorisme en Syrie» ainsi que des développements régionaux, selon les médias locaux. En visite à Damas au même moment, une délégation de haut niveau de l’est de la Libye a signé des dizaines de protocoles avec le gouvernement syrien et a rouvert l’ambassade de Libye dans la ville. Le terrain de la visite a été posé par l’Égypte et les Libyens ont parlé de coopération contre les ambitions «expansionnistes» d’Ankara dans la région.

Le 21 juillet, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a mené un appel téléphonique avec le roi saoudien, suivi d’une vague d’activités diplomatiques saoudiennes dans la région. Le ministre saoudien des Affaires étrangères Faisal bin Farhan s’est rendu en Algérie, en Tunisie et au Maroc après une visite au Caire le 27 juillet, où il a réaffirmé le soutien de l’Arabie saoudite à l’Égypte dans la tourmente libyenne. En somme, Riyad tente de renforcer la main de l’Égypte en Libye et d’affaiblir l’axe Turquie-Qatar, mais se garde de ne pas sembler encourager une guerre menée par l’Égypte dans le pays.

Sissi et le roi ont pris la parole un jour après que le Parlement égyptien a autorisé un déploiement militaire transfrontalier sur «un front occidental» – une référence à la Libye – pour contrer «les milices armées criminelles et les éléments terroristes étrangers», après l’appel du Caire du 6 juin à un cessez – le feu et les négociations en Libye ont échoué.

Le risque d’une confrontation turco-égyptienne à Syrte est peut-être gelé pour l’instant, mais les tensions prennent de nouvelles dimensions alors que la Turquie devient la cible d’une sorte de stratégie de confinement. Les manœuvres de l’axe Egypto-Emirati-Saoudien pourraient éventuellement échouer à changer l’équilibre multifactoriel en Libye, mais le trio pourrait créer de graves problèmes pour Ankara en pénétrant dans des zones agitées le long des frontières de la Turquie, principalement à travers des liens avec les Kurdes. Jusqu’à l’accord d’Adana de 1998, qui évitait la menace d’une action militaire turque contre la Syrie parce qu’elle abritait le PKK, les questions régionales liées à la dynamique interne de la Turquie n’intéressaient guère les autres acteurs arabes. Cette politique évolue progressivement.

al-monitor.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour cet excellent article, qui nous aide à y voir plus clair dans ce sac de noeuds !!!
    Encore et toujours des guerres de religion finalement…
    Rien de nouveau sous le soleil

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.