LE SENS CACHÉ DES LETTRES HÉBRAÏQUES

GHIMEL

Le son Ghimel vient du palais.

La lettre Ghimel a l’allure d’un chameau se dressant la tête haute, dessin d’un chamillon venant d’être sevré, qui recherche encore le sein maternel et qui, pour la première fois, se dresse sur son séant. Ce chameau est un animal sobre qui vient de faire un long voyage au Sud, dans la direction de la chaleur et de l’amour maternel.

Présentant trois branches, cette lettre semble en équilibre statique, à l’image d’une équerre. En fait, elle est prête au mouvement, un pied en avant.

Le signe Ghimel a de nombreux sens. En plus du sens de chameau dérivant de son dessin, il a aussi le sens de mouvement ou de changement de direction à travers l’angle qu’il suggère: ghé , origine du « gué » en français et du « go » anglo-saxon, est un mouvement pour aller, traverser mais aussi pour retourner: le va-et-vient incessant le long de l’échelle de Jacob qui relie la terre au ciel et inversement, la pulsion, la vibration qui mobilise l’âme vers autrui. Ghimel se dépêche de rejoindre la lettre suivante Dalet qui signifie la pauvreté pour la compléter, l’aider à former le mot « gad », la chance de demain, dans un élan de solidarité.

Ghimel est aussi le mouvement vers l’intérieur de soi « gow » ou ghimel-waw: Ghimel a ici le sens de maturité, de libération du joug de la dualité et enfin de beauté. C’est l’instant fugace de plénitude où, sur la colonne du milieu de l’Arbre de Vie, on retrouve l’équilibre, après avoir longtemps vibré entre la Sagesse et le Discernement, entre la miséricorde et la rigueur.

La valeur du signe Ghimel est trois, formant dans l’espace un triangle et scandant dans le temps le rythme des activités agricoles, semailles, moissons et labours, devenues les trois « montées » spirituelles vers Jérusalem, dans le calendrier hébraïque.

Ghimel est ainsi la beauté du geste, le complément, la compensation qui va au secours du pauvre, pour lui permettre de s’exprimer, d’évoluer dans l’espace et dans le temps, d’exister, mais aussi le mouvement de libération du giron maternel pour mûrir et trouver une certaine plénitude à travers la vibration d’amour.

DALET

Le son « Dalet » vient du bout de la langue.

Le dessin originel de cette lettre suggère la tête de poisson, un delta, un partage des eaux. Le point Yod fondamental (voir ci-dessous la lettre Yod), origine de toutes les lettres, se dirige dans deux directions à angle droit, et trace deux traits, deux cheminements. Précédée de la lettre Ghimel, cette lettre donne « gad », la chance, le destin. Suivie de la même lettre, elle donne « dag », le poisson, symbole de la connaissance primordiale (voir ci-dessous la lettre Noun).

En forme d’équerre, ce signe porte encore en lui son origine. L’équerre vérifie la rectitude d’une construction matérielle, la taille d’une pierre, mais ne suffit pas pour obtenir un édifice solide.

Cette quatrième lettre a le sens de porte et de pauvreté: elle est liée à l’âpreté de la vie et à la nécessité du quotidien, mais aussi à la pauvreté de tout ce qui est matériel. Une porte peut être ouverte ou fermée: elle s’ouvre à celui qui est dans le besoin et reste fermée à la convoitise ou à la curiosité malsaine.

La double porte « dad » a aussi pour sens mamelon, provenant sans doute du babillage du nourrisson qui tête tantôt à droite, tantôt à gauche. L’équilibre de l’âme et sa santé ne proviennent que d’un lent dosage entre la droite miséricordieuse et la gauche rigoureuse. Le roi David a ainsi dans son nom le double Dalet, la double porte, comme un sas nécessaire pour passer d’un univers à un autre ou comme un lien entre ces deux univers. David a du sang sur les mains mais il s’est repenti et a conçu le Temple de Jérusalem.

Les portes s’ouvrent à l’affamé de Connaissance pour laisser s’écouler la nourriture nécessaire au cheminement secret, à travers les sentiers de l’Arbre de Vie. Elles s’ouvrent à l’exilé de la Communauté d’Israël qui se repentit et qui amorce un retour, pour s’amender, se remettre en question, et se connaître soi-même. Le dessin du signe Dalet qui se plie à angle droit est la manifestation de la volonté de changement et de l’humilité nécessaire au retour.

La valeur quatre de la lettre Dalet est liée aux éléments de la création, l’eau, le feu, l’air et la terre, au partage de la lumière initiale, aux directions de l’espace terrestre, aux saisons…Mais quatre est essentiellement le nombre de lettres du nom divin, prononcé dans le secret du Saint des Saints et oublié, le chiffre de la création de l’univers qui porte l’empreinte du divin dans ses recoins.

Alef-bet-ghimel-dalet

Les quatre premières lettres de l’alphabet hébraïque peuvent être ainsi résumées: ayant pris conscience de l’unité, l’homme amorce un retour sur soi pour mieux se connaître à la recherche d’une plénitude, franchit le pas de la maison de la dualité quotidienne, pour tendre la main au pauvre, celui qui a faim ou celui qui ne sait pas. Il est alors sur la voie à angle droit de la Rédemption, allant à la rencontre du souffle Hé de la lettre suivante, richesse du Dalet.

A suivre   les lettres hé et waw
Albert SOUED – symbole.chez.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.