Le retour des éclats de rire, vidéo (7)

Humour en politique: qui succédera à Édouard Philippe en 2021 ?

Le lauréat du grand prix 2019, Edouard Philippe.

FLORILÈGE – La distinction, décernée par le Press Club, récompense les citations les plus drôles, y compris à leur insu. Six phrases ont été dévoilées par le jury, qui tranchera en fin d’année.

Depuis 19 ans, c’est l’occasion d’un panorama des meilleures punchlines. Le prix « Press club, humour et politique » distingue l’homme ou la femme politique auteur de « la phrase la plus hilarante de l’année, qu’il s’agisse indistinctement d’humour volontaire ou involontaire« . Les membres du jury, composé de journalistes de presse écrite, radio, télévision ou agence, ont dévoilé leur première sélection 2021.
Trois membres du gouvernement figurent dans la liste. Il y a d’abord cette maxime de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot (Le Monde, 11 février) : « Comme disait mon grand-père, mieux vaut avoir des gens dans sa tente et qui pissent dehors, que l’inverse. » Vient ensuite cette vérité énoncée par Jean Castex dans les pages du Figaro : « Moins nous alimentons les polémiques autoportées, mieux nous nous portons« , constatait le Premier ministre le 22 février. Puis un efficace « On ne va pas s’interdire les plans à trois« , lancé sur Radio J par Marlène Schiappa à propos d’un projet de loi pour lutter contre la polygamie.

https://www.lci.fr/politique/humour-en-politique-decouvrez-la-premiere-selection-du-prix-2021-2181574.html

Un jour de tempête, un bateau fait naufrage au large d’une petite île déserte du Pacifique. Un seul homme a survécu, c’est un Juif religieux.
Il s’organise une petite vie, observant le Chabbat, les fêtes, respectant les règles de l’alimentation cachère. Dix ans passent, et un autre malheureux jour de tempête, un autre bateau coule au large de la petite île. Une seule personne survie, une jeune femme. Apres avoir repris connaissance, le naufragé lui raconte son histoire, et elle en est très émue.
– Seul pendant dix longues années !
Elle commence à battre des cils, prend une pose coquette, et lui déclare d’un ton langoureux, sûre de sa séduction :
– je suis venue vous apporter ce qui vous a le plus manqué toutes ces années !
Lui, enthousiaste et ravit répond :
– Vous m’avez apporté des matsots !

Bonne semaine, et Pessah cacher vésaméah’ à tous.
Yossef

 

Un puissant empereur du Japon souhaite nommer un nouveau chef samouraï. Il le fait donc savoir à travers tout son empire.
Seuls trois candidats se manifestent : un samouraï chinois, un samouraï japonais, et un rabbin samouraï…
L’empereur demande aux trois postulants de démontrer leur aptitude à un tel poste.
Le samouraï chinois ouvre une boîte d’allumettes et un gros bourdon s’en échappe.
« Whoosh » fait le sabre du chinois, et le bourdon tombe mort, coupé en deux.
– Très impressionnant, dit l’empereur.
Il se tourne maintenant vers le samouraï japonais.
Celui-ci ouvre une boite d’allumette dont s’envole une guêpe.
« Whoosh Whoosh » fait le sabre du japonais, et la guêpe tombe, tranchée en quatre.
– Très très impressionnant, dit l’empereur en se tournant alors vers le rabbin samouraï.
Celui-ci ouvre une boite d’allumette dont s’envole un petit moucheron.
« Whoosh » fait le sabre du rabbin.
Mais le moucheron continue à voleter autour de lui.
L’empereur, désappointé, demande :
– Pourquoi ce moucheron est-il toujours vivant ?
Le rabbin sourit et répond :
– Circoncire ne veut pas dire tuer…

Un groupe d’immigrants juifs de Russie arrive à l’aéroport Ben Gourion. Des journalistes sont là pour les interroger. Parmi eux, on remarque un vénérable vieillard à la barbe patriarcale. Tout naturellement, les journalistes s’adressent à lui:
– Pouvez vous nous dire quelle est la situation économique en Russie ?
– Bah, fit le brave Juif en se caressant la barbe, on ne peut pas se plaindre.
– Et dans le domaine du logement ?
– Eh bien, on ne pas se plaindre.
– Et l’antisémitisme ?
– On ne peut pas se plaindre.
– Si c’est ainsi, lance un journaliste, pourquoi venez-vous ici ?
Et le vieux sage répond:
– Parce qu’ici, on peut se plaindre!

Une mère juive se précipite dans la chambre de son fils:
– Simon, tu dois te lever pour aller au lycée.
– Je ne veux pas aller au lycée.
– Tu dois y aller, lui répond sa mère.
– Non, je ne veux pas y aller. Les professeurs me haïssent et les enfants se moquent de moi.
– Simon tu n’as pas le choix, tu dois aller au lycée.
– Ouais? Donne-moi une seule raison, lui répond Simon.
– Tu as … 52 ans et tu es le principal du lycée!

 

 

Par Jforum le 26.03.21.2021

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.