An Iron Dome launcher fires an interceptor rocket in the southern Israeli city of Ashdod July 9, 2014. At least two rockets fired from the Gaza Strip at Tel Aviv on Wednesday were shot down mid-air by Israel's Iron Dome defense system, the Israeli military said. REUTERS/Baz Ratner (ISRAEL - Tags: POLITICS MILITARY CIVIL UNREST CONFLICT TPX IMAGES OF THE DAY) - RTR3XQYZ

Le Maroc est intéressé par l’achat du dôme de fer israélien

Selon le site d’information francophone Le Desk, Rabat a manifesté son intérêt pour le système produit par Rafael Advanced Defense Systems pour intercepter les obus de mortier, les roquettes et les drones. Le système « assurerait une meilleure défense du mur de sable au Sahara, mais aussi des zones civiles et militaires à caractère sensible », précise le rapport.

Le Maroc a construit son mur de 2 700 kilomètres dans ses provinces du sud dans les années 1980 afin de défendre le pays contre le Polisario, un groupe militant soutenu par l’Algérie qui lutte pour l’indépendance de Rabat. Construit en sable bordé de mines terrestres, la hauteur du mur varie, mais il dépasse rarement trois mètres.

Le front Polisario cherche à obtenir l’indépendance totale du Sahara occidental et a déclaré en novembre une trêve de 1991 « nulle et non avenue » après que les forces marocaines ont rompu le blocus d’une autoroute vers la Mauritanie qui, selon le groupe, avait violé l’accord de cessez-le-feu.

Les tensions se sont récemment intensifiées avec l’Algérie, qui a rompu ses relations diplomatiques en août en invoquant des « actions hostiles » du Maroc, qui a nié les accusations.
Le dôme de fer transporte 24 livres d’explosifs et peut intercepter un projectile entrant à une distance de quatre à 70 kilomètres. Il peut calculer si les roquettes atterriront dans des zones ouvertes ou des centres civils, et ainsi choisir de les intercepter.

Conçu pour abattre des roquettes à courte portée, le Dôme de fer fait partie intégrante du système de défense multicouche d’Israël et a été utilisé dans plusieurs guerres et des dizaines de séries de conflits entre Israël et des groupes terroristes dans la bande de Gaza.

Mais la vente d’un tel système à Rabat est « peu probable pour le moment », ont déclaré des sources au Post, et ni le ministère israélien de la Défense ni Rafael n’ont fait de commentaire sur le rapport.

En dehors d’Israël, qui est le seul pays au monde à utiliser le Dôme de fer à un niveau opérationnel, l’armée américaine a récemment déployé deux batteries sur l’île pacifique de Guam pour poursuivre la formation et affiner les capacités de déploiement des troupes qui équiperont le système.

L’armée américaine a acheté les deux batteries standard à Rafael en août 2019.
Il a également été rapporté que l’Arabie saoudite était intéressée par le système de fabrication israélienne, après que les Américains eurent retiré leurs batteries THAAD et Patriot du royaume.

Mais le Maroc, contrairement à l’Arabie saoudite, entretient des relations économiques, diplomatiques et militaires étroites avec Israël depuis des années, et les deux pays ont récemment rétabli leurs liens dans le cadre des accords d’Abraham avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’est rendu au Maroc en août et a inauguré la mission du pays à Rabat. Au cours de sa visite de deux jours, Lapid a rencontré son homologue Nasser Bourita et lui a remis une invitation du président Isaac Herzog pour que le roi Mohammed VI se rende en Israël.

En octobre, le Post a rapporté que le ministre de la Défense Benny Gantz devait se rendre dans cet État nord-africain alors que les relations s’intensifient après la normalisation des deux relations en décembre dernier.

Bien qu’aucune date n’ait encore été fixée, Gantz signera, selon des rapports étrangers, des accords de coopération en matière de défense, notamment des plans pour développer une industrie nationale pour produire des munitions flottantes – des drones qui peuvent rester en vol au-dessus d’une cible.

Selon Defence News et la publication française Africa Intelligence, les deux pays travaillent actuellement au développement d’un projet de fabrication de drones pour renforcer la puissance aérienne du Maroc.

Rabat, selon le rapport, s’est intéressé à l’utilisation de munitions flottantes après qu’Israel Aerospace Industries ait « mis en évidence » dans un argumentaire de vente l’utilisation intensive des drones suicides Harop de la société par l’Azerbaïdjan pendant la guerre de deux mois avec l’Arménie l’année dernière.

Selon un rapport de Haaretz, les relations militaires entre Israël et le Maroc impliquent principalement la coopération en matière de renseignement et le commerce d’armes.

En juin, un C-130 marocain a atterri en Israël pour participer à un exercice international, la première fois qu’une plate-forme de l’armée de l’air marocaine atterrissait dans l’État juif.

En janvier 2020, l’armée marocaine a reçu trois drones de reconnaissance israéliens dans le cadre d’un contrat d’une valeur de 48 millions de dollars. L’accord entre les deux pays a été signé en 2014 et clôturé via la société française Dassault.

nfos-israel.news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.