Le Liban glisse dans l’abîme d’un «État en faillite»

Lorsqu’il a démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères du Liban le lundi 3 juillet, Nasser Hitti a déclaré que son pays était sur le point de devenir un «État en faillite» en raison d’«intérêts contradictoires» et de ses liens affaiblis avec la «communauté arabe» – une pique lancée au Hezbollah chiite, qui maintient une poigne de fer sur le gouvernement comme un simple instrument de l’Iran.

Les malheurs du Liban sont le résultat d’un répertoire de troubles : la distance prise par les amis sunnites riches en pétrole, une économie qui s’effondrée, un mécontentement populaire qui transcende les divisions sectaires, la corruption et l’ineptie du gouvernement, et les retombées désastreuses de la guerre civile syrienne – le tout aggravé par l’épidémie de coronavirus. L’année dernière, alors que le Liban était profondément endetté, les combattants du Hezbollah sont rentrés chez eux après une campagne réussie pour le compte de l’Iran en faveur du président syrien Bashar Assad. Son chef Hassan Nasrallah, haut perché, a approfondi son emprise sur le gouvernement et le parlement, après avoir noué une alliance avec le président Michel Aoun.

Les liens autrefois forts du Liban avec les pays arabes ont rapidement déraillé, en particulier avec l’Arabie saoudite. Les sunnites ressentent vivement le rôle croissant du supplétif libanais iranien dans la poursuite des ambitions de Téhéran au sein de son propre pays et de la région, par l’ingérence dans ses conflits.

L’influence accrue du Hezbollah à Beyrouth a également fait pencher la balance du fragile accord de partage du pouvoir entre les trois principales confessions du pays, basé sur le modèle d’un président chrétien, un premier ministre musulman sunnite et un président du parlement musulman chiite. Ils forment l’élite qui manœuvre sans relâche pour les postes importants de Beyrouth et les emplois en or pour leurs copains.

Il n’y a pas si longtemps, Beyrouth était le terrain de jeu gratuit et facile des Arabes bien nantis qui maintenaient la ville bourdonnante et ses banques nageant sur des liasses de dollars abondants. Aujourd’hui, le ratio de la dette publique au produit intérieur brut du Liban est le troisième plus élevé au monde, le chômage sévit et un tiers de la population est tombé sous le seuil de pauvreté. Les transferts de la grande diaspora libanaise se sont taris. La baisse des envois de fonds des ressortissants libanais du Golfe et la baisse des prix du pétrole continuent de pousser le Liban plus profondément dans l’endettement et d’élargir l’écart entre la livre libanaise et le dollar, dans un marché noir florissant.

La faiblesse du pays est encore exacerbée par le fardeau supplémentaire de 1,5 million de réfugiés syriens déplacés au Liban au plus fort de la guerre.

Les manifestations furieuses qui ont débuté l’année dernière contre la pénurie des services de base – coupures de courant, pénuries d’eau potable et de soins de santé publics – se sont répandues en octobre lorsque le gouvernement a prélevé une taxe sur le tabac, l’essence et le service de messagerie Whatsapp. Ce plan a été abandonné mais les manifestations se sont poursuivies contre l’élite dirigeante, qui continue d’être accusée de s’être constitué un nid douillet tout en échouant à mener à bien les réformes essentielles. Des dizaines de milliers de Libanais en colère ont forcé le Premier ministre sunnite soutenu par l’Occident Saad Hariri à démissionner et son gouvernement d’unité à tomber, ce qui a paralysé le pays.

Les manifestants n’auront pas oublié ni pardonné aux sbires du Hezbollah d’avoir brandi des bâtons pour interrompre leurs manifestations l’année dernière.

L’actuel Premier ministre Hassan Diab a par la suite annoncé que le Liban ferait défaut sur sa dette extérieure pour la première fois de son histoire, affirmant que ses réserves de devises avaient atteint un niveau «critique et dangereux» et que celles qui restaient étaient nécessaires pour payer les importations vitales.

Au moment où les restrictions à cause du coronavirus ont commencé à être levées en mai, les prix de certaines denrées alimentaires ont doublé et le Liban était menacé d’une crise alimentaire majeure. À une époque d’hyperinflation, la viande, les fruits et les légumes sont devenus un luxe inaccessible pour la plupart des Libanais; certains ne peuvent même pas acheter de pain.

Quelques heures après la démission de Hitti, le président Michel Aoun et Diab ont signé un décret nommant Charbel Wehbe comme nouveau ministre des Affaires étrangères.

La démission de Hitti a été le plus gros coup porté à ce jour au gouvernement de Diab, âgé d’à peine six mois, qui a eu du mal à tenir ses promesses de mettre en œuvre des réformes de grande envergure, à la suite des manifestations massives contre l’establishment l’année dernière. Le cabinet de Diab a déjà assisté à deux démissions très médiatisées d’une équipe négociant avec le Fonds monétaire international pour un hypothétique sauvetage. Tous deux avaient cité le même manque de volonté de réforme en raison des intérêts de l’élite politico-financière du pays.

La prédiction de Hitti selon laquelle «S’ils ne se réunissent pas, le navire coulera avec tout le monde à bord». est en passe de se réaliser. «Tout le monde» comprend également le Hezbollah, dont la réponse à cette terrible fatalité est attentivement observée depuis Israël voisin.

Lebanon is sliding into the abyss of a “failed state”

4 Commentaires

  1. Monsieur Macron va rencontrer aujourd’hui le général Aoun et lui assurer que
    au cas ou il est chassé du Liban qu’il pourra revenir en France pour un exil définitif
    Il pourrait meme remplacer Monsieur Le Drian?

  2. Le sort de libanais est entre les mains des libanais. Une guerre civile paraît HELAS inévitable. Soit le Hezbollah la gagne, et alors ce sera un régime islamique obscurantiste et belliqueux qui entraînera le Liban dans une situation comme à Gaza. Soit c’est le peuple anti-Hezbollah qui la gagne, et ce sera la fin du Hezbollah et le retour à la situation d’antan et peut-être aussi un traité de paix avec Israel.
    Mais cette seconde hypothèse suppose une intervention massive des forces israéliennes et aussi d’autres pays, qui pourront ainsi choisir l’occasion de stopper l’avancée iranienne et rompre le fameux arc chiite.
    Et la France dans tout cela, la grande amie du Liban ? Elle fait dans son froc avec Macron et Le Drain au PQ.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.