Le Hamas perdure et exige le retrait de Tsahal de Gaza et l’augmentation de l’aide pour accepter un nouvel accord concernant les otages

Par Rav Henri Kahn

Le Hamas a annoncé ce soir qu’il n’était pas prêt à renoncer à son exigence que Tsahal se retire de Gaza afin d’en arriver à rendre des otages. En outre, le Hamas insiste sur l’introduction d’une aide dans toute la bande de Gaza, y compris dans la région nord de Gaza. En Israël, on n’est pas optimiste quant à la perspective d’un accord prochain.

Le Hamas rejette les résultats obtenus au sommet de Paris, ce soir (lundi), le conseiller média du chef du bureau politique du Hamas, Taher al-Nono, a annoncé que « tout accord doit inclure un retrait complet de l’occupation de la bande de Gaza ». L’aide doit parvenir à toutes les zones de la bande de Gaza. Il s’agit d’un droit fondamental qui ne peut être considéré comme un point de négociation. »

Il a ajouté : « Ce que fait l’occupation dépasse l’imagination humaine et toutes les limites humanitaires. »

En Israël, ils restent sceptiques quant à la possibilité d’un accord pour la libération des personnes enlevées dans un avenir proche. L’armée israélienne se prépare à l’occupation de Rafah et hier soir, le plan a été présenté aux membres du cabinet.

lors de la discussion du cabinet de guerre, la question de l’introduction de l’aide humanitaire dans le nord de la bande de Gaza selon le même projet pilote que celui souhaité par le ministre de la Défense et l’establishment de la défense a été soulevée. Cette décision a été critiquée par les négociateurs, principalement au sein de l’armée israélienne, mais le chef du Mossad, Dedi Barnea, a déclaré au cours de la même discussion : « Si l’aide n’entre pas maintenant dans le nord de la bande de Gaza, les chances d’un accord seront éliminées ».

Allocution du chef du Mossad lors du conseil des ministres (Photo : Moshe Shai, Flash 90)L’avertissement du chef du Mossad à Barnea au cabinet de guerre Photo : Moshe Shay, Flash 90

En d’autres termes, Barnea dit: Israël devrait éviter tout obstacle éventuel, si cela dépend de nous. Si nous envisagions d’attendre encore deux ou trois semaines – nous devons démarrer ce projet pilote maintenant et nous ne mettrons pas d’obstacles de notre côté – en espérant que les autres parties de l’équation fonctionneront.

Le chef de la CIA, William Burns (photo : Reuters)Le chef de la CIA, William Burns Photo : Reuters

La proposition du chef de la CIA repose sur trois éléments principaux : une augmentation significative de l’aide humanitaire à la bande de Gaza, le retour progressif des Palestiniens dans leurs foyers et un accord sur les modalités de la libération des prisonniers palestiniens en échange des personnes enlevées. L’une des principales questions à l’ordre du jour, selon le Washington Post, concerne la possible libération du terroriste condamné Marwan Barghouti.

Auparavant, il avait été annoncé que le chef d’état-major et le chef du Shin Bet s’étaient rendus secrètement au Caire afin de coordonner l’entrée de Tsahal à Rafah et d’empêcher l’afflux de Gazaouis vers l’Égypte.

JForum.fr avec www.kountrass.com et www.mako.co.il

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
victor nizard

prions pour qu’il n’y ait pas d’accord. Combien de vie a couté l’accord Chalit ???

Patrick Lévy

J’ espère, qu’Israël, neutralisera le groupe de terroristes islamiques du Hamas.

Merci

Il faut détruire totalement le Hamas comme le monde a détruit le nazisme, on ne discute pas , il faut foncer car c’est une perte de temps pour les otages et surtout pour la sécurité d’israël allez go pas de pitié pour détruire ces inhumains islamistes….

Asher Cohen

Ce type de négociation est voué à l’échec. Le hamas essaie de prendre par la négociation ce qu’il ne peut pas obtenir par la guerre : se maintenir à gaza. Or, qu’il rende les otages ou les exécute, dans les 2 cas il est condamné. Ses appels à la loyauté et la moralité des Juifs, pour avancer ses positions, sont du vent. La négociation c’est manœuvrer pour le pouvoir et le placement, et chacun voit ses intérêts en premier. Israël cherche l’éradication du hamas, tandis que celui-ci essaie à tout prix de se maintenir sur Gaza, pour ne pas disparaître. Les intérêts sont donc contradictoires. Le problème est que les Juifs continuent à avancer, créant une pression constante qui va amener le hamas à discuter selon les termes des Juifs : la reddition ou la mort. Comme Netanyahou reste dur et refuse tout compromis, le hamas est déjà à genoux. Dans quelques semaines, il sera dans les poubelles de l’Histoire.

Ratfucker

Toujours aucune preuve de vie des otages. S’il s’avère qu’ils ont tous été assassinés, on négocie quoi?