Le Hamas a épuisé tout son crédit

2
3389

Le Hamas a épuisé tout son crédit

L’armée israélienne a fini de laisser au Hamas une marge de manœuvre et est prête à répondre à toute provocation en quelques minutes. Alors qu’Israël est au seuil des élections générales, le Hamas ne devrait pas s’inspirer des paroles des dirigeants israéliens, mais de l’humeur du public. Le temps d’élections déclenche des pyrotechnies militaires, et pas seulement sur le front de Gaza.

Le Hamas est à court de crédit. Du moins, en ce qui concerne les hauts responsables de Tsahal. Et si le Hamas choisit de poursuivre l’escalade sécuritaire à la frontière de Gaza pour quelque raison que ce soit, l’armée israélienne est prête à riposter en quelques minutes, plutôt que le délai de réaction ne se décompte en plusieurs jours ou heures. En outre, Israël ne tiendra plus d’enquêtes prolongées sur tel ou tel incident mineur. Le plan de l’armée, qui a déjà été présenté au Cabinet de la sécurité, sera mis en œuvre.

Telles sont les instructions que les plus hautes autorités de Tsahal transmettent aux troupes, et ce sont probablement aussi les recommandations qu’elle adresse à l’échelon politique.

Yahya Sinwar, dirigeant du Hamas (Photo: AP)

Yahya Sinwar, dirigeant du Hamas (Photo: AP)

 

Pendant ce temps, le Hamas peut continuer à rire, car il a déjà été menacé de destruction à plusieurs reprises. Et même Avigdor Lieberman a démissionné de son poste de ministre de la Défense, parce qu’il ne croyait pas qu’un plan similaire – qu’il a présenté au Cabinet de la sécurité – serait approuvé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Cependant, cette fois, le Hamas ferait mieux de ne pas écouter les dirigeants israéliens mais les souhaits du public israélien. Les règles ont changé, non pas parce que les intérêts ont changé, mais depuis qu’Israël est sur le point de convoquer des élections générales. Le temps des élections déclenche non seulement des joutes verbales incendiaires, mais aussi des risques d’explosion militaire – et pas seulement sur le front de Gaza.

Lorsque le Premier ministre laisse entendre qu’il a accepté le récent accord de cessez- le -feu conclu avec le Hamas en raison de problèmes stratégiques rencontrés ailleurs, il convient de se demander à quel point ces problèmes stratégiques sont urgents et s’ils peuvent causer des problèmes sans raison. Lieberman a défini que les insinuations de Netanyahu n’étaient que des “excuses pour ne rien faire”. Il serait dommage que quelqu’un insiste pour lui prouver qu’il a tort.

 

Lieberman (à gauche) et le Premier ministre Netanyahu (Photo: Haim Horenstein)

Lieberman (à gauche) et le Premier ministre Netanyahu (Photo: Haim Horenstein)

 

L’armée a conseillé aux dirigeants politiques d’accepter la demande du cessez-le-feu formulée par le Hamas pour des raisons stratégiques (ce que Netanyahu a laissé entendre), mais également pour des raisons tactiques et opérationnelles.

Dans le but de se différencier de l’échelon politique – qui a transformé Gaza en un argument politique plutôt que de traiter la question de manière professionnelle -, Tsahal tente de montrer au public que ses recommandations sont strictement professionnelles.

Lorsque des solutions iprovisoires sont discutées, allant du bombardement des atouts du Hamas au lancement d’une guerre totale, la question des éliminations ciblées de dirigeants du Hamas se pose immédiatement. Lors de réunions gouvernementales, Tsahal a recommandé de mettre un terme aux éliminations ciblées. Parce que si les dirigeants politiques veulent qu’un Hamas affaibli continue de diriger la bande de Gaza, à quoi servirait-il de liquider ses dirigeants et de risquer l’anarchie? Cette question a conduit l’armée israélienne à conseiller au gouvernement de suspendre les éliminations ciblées, qui constituent non seulement un acte de dissuasion, mais également une invitation à une confrontation totale.

Emeutes à la frontière de Gaza (Photo: Reuters)

Emeutes à la frontière de Gaza (Photo: Reuters)

 

En ce qui concerne le Hamas, la mort de sept de ses hommes au cours d’une opération ratée de l’armée israélienne la semaine dernière représente une élimination ciblée. Selon le chef du Hamas, Yahya Sinwar, l’arme de Tsahal qu’il a brandie lors des funérailles des sept hommes tués est celle qui a tué le plus grand nombre d’entre eux. Contrairement aux Israéliens, les Gazaouis sont certains que les assassinats se poursuivent.

Le Hamas continue de jouer avec le feu – ce week-end dernier, quelque 13 000 émeutiers ont manifesté le long de la frontière avec Gaza, et cinq engins explosifs ont été lancés sur des soldats de Tsahal. C’est moins qu’avant, mais la mèche est toujours allumée. L’organisation terroriste ne s’est pas engagée à mettre fin aux émeutes, mais à éviter de s’approcher à moins de 100 m de la frontière.

Israël dit que la direction est positive, expliquant pourquoi les points de passage des frontières restent ouverts, que le carburant continue d’entrer dans la bande et que l’argent qatari est toujours transféré à Gaza. Puisque le Qatar s’est engagé à continuer à envoyer de l’argent sur la bande de Gaza au cours des six prochains mois, le maintien du calme au moins pendant cette période est une bonne chose pour le Hamas.

Aviv Cochavi, nouveau chef de cabinet (Photo: Roee Idan)

Aviv Cochavi, nouveau chef de cabinet (Photo: Roee Idan)

 

Alors qu’est ce qui est censé se produire ensuite? Personne ne le sait. Le nouveau chef d’Etat-Major, Aviv Kochavi, est rentré de l’étranger et est déjà en phase avec tous ces éléments. Partagera t-il le point de vue actuel de Tsahal selon lequel le crédit du Hamas est épuisé? Comment va-t-il faire face à la pression publique et politique en période électorale?

Lieberman ne lâchera pas. L’ancien ministre de la Défense continuera à affirmer que l’argent et le carburant qataris sont utilisés par l’aile militaire de l’organisation terroriste et que le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, trompe le gouvernement en lui expliquant qu’il existe des mécanismes pour l’en empêcher.

Alex Fishman | Publié: 11.21.18, 15:29

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

2 COMMENTS

  1. Qui a les moyens aujourd’hui de donner des leçons à Bibi ?

    Son expérience et son amour pour son pays et son Peuple sont ses meilleurs atouts .

    Il ne sacrifiera rien contre la sécurité et le bonheur des générations futures .

    Il est l’homme de la situation .

    J’en reste persuadé .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.