Le Conflit de Gaza S’étend en Mer : Un Risque Majeur pour le Commerce International

La montée des tensions au Moyen-Orient prend une tournure maritime, avec le conflit de Gaza s’étendant en mer et présentant un risque économique significatif. L’amiral Oudot de Dainville, ancien chef d’état-major de la Marine, met en lumière la complexité de la situation.

En Méditerranée, le porte-avions USS Gerald-Ford et le sous-marin Ohio surveillent les eaux syriennes et libanaises pour contrer les menaces potentielles, tandis que dans le golfe Persique, l’USS Eisenhower fait face à l’Iran et à l’Irak. Des forces navales chinoises, françaises et britanniques sont également présentes dans la région, soulignant l’ampleur internationale de la crise.

Le Yémen, déjà en proie à des conflits, déclare la guerre à Israël, élargissant le conflit avec des attaques de missiles et de drones. Les rebelles houthistes menacent de cibler tout navire israélien dans la mer Rouge, créant un environnement hostile pour la navigation.

Les forces iraniennes, bien que niant leur implication, sont suspectées d’orchestrer des actions contre la navigation commerciale israélienne depuis 2020. En visant l’économie, ils cherchent à affaiblir leur adversaire, exploitant la mer en tant que principal corridor du commerce international.

La crise s’étend également au Bab Al-Mandab, un détroit crucial par lequel transite un quart du trafic mondial de conteneurs. L’instabilité dans cette région met en péril les flux commerciaux mondiaux, dépassant même les préoccupations liées au détroit d’Ormuz.

Les conséquences économiques sont déjà tangibles, avec une augmentation des coûts d’acheminement des conteneurs vers le port israélien d’Ashdod. Les retards et les incertitudes perturbent le trafic, incitant certaines compagnies à contourner le Bab Al-Mandab par le cap de Bonne-Espérance, entraînant des retards importants.

Les répercussions ne se limitent pas à la sphère économique. Les tensions en mer Rouge ont déjà conduit à des incidents, notamment des attaques de drones, des captures de navires, et des échanges de tirs entre les forces en présence. Les coalitions internationales antipiraterie ne sont pas autorisées à intervenir dans un conflit, ajoutant une complexité supplémentaire à la situation.

L’extension du conflit de Gaza en mer crée une toile d’enjeux politiques, économiques et sécuritaires, mettant à l’épreuve la stabilité régionale et le commerce international. La situation nécessite une gestion prudente pour éviter un embrasement encore plus grave.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires