Les rebelles revendiquent l’élimination du colonel des gardes du corps de la Première Dame de Syrie, Asma Assad

Liwa al-Adiyat revendique 6 assassinats contre les officiers de la sécurité du régime à Damas

Asma al-Assad. (AFP/Miguel Gutierrez)

BEYROUTH – Un groupe rebelle de l’ombre opérant en plein Damas a revendiqué l’assassinat de l’un des plus importants gardes du corps de la Première Dame de Syrie, Asma al-Assad.

Liwa al-Adiyat annoncé mercredi avoir tué le Colonel Hussam Abboud Shalish, que le groupe clandestin désigne comme « un criminel responsable de la protection d’Asma al-Assad » et de deux autres de ses gardes du corps « en plein coeur de la Capitale ». 

Le groupe- qui a revendiqué une série d’éliminations à Damas – déclare avoir mené l’opération aux côtés de la « Brigade des Missions Secrètes » de la Salle de Commandement des opérations de Damas, une petite faction associée à l’Armée Syrienne Libre.

 

la vidéo du communiqué de Liwa al-Adiyat revendiquant l’assassinat de Shalish. (YouTube)

Liwa al-Adiyat n’entre pas dans les détails opérationnels de cette élimination, comme il a pu le faire dans des meurtres précédents qu’il a revendiqués avoir mené dans et autour de la capitale syrienne. 

Le groupe rebelle qui a pris pour cibles les officiers de la sécurité intérieure du régime – dontla plupart sont alaouites – depuis le début de l’année, a annoncé le 29 janvier avoir tué Firdous Ismail, un lieutenant de l’appareil de la sécurité militaire. 

Le jour suivant, Liwa al-Adiyat a revendiqué l’assassinat de Naseem Taref Nayyas, que le groupe a identifié comme officier des « Forces Spéciales » du régime. 

Le 9 février, les rebelles ont revendiqué l’élimination du Lieutenant Ahmad Jamaa, sen disant l’avoir poignardé dans le cou alors qu’il se promenait à travers la ville en soirée, une bouteille de vin à la main, alors qu’il raccompagnait une prostituée.

Le Liwa al-Adiyat a déclaré avoir frappé à nouveau qautre jours plus tard, ses tueurs tirant sur le Capitaine Ali allouch, un pilote des forces aériennes en le blessant mortellement – alors qu’il se trouvait dans sa voiture sur une parking.

Le 19 février, Liwa al-Adiyat a revendiqué que ses membres ont poignardé le Lieutenant Hussein Dalaos dans sa propre maison, en pleine capitale. Le groupe a aussi posté une vidéo horrible sur sa page Facebook, montrant le corps de l’officier gisant dans son propre sang. 

 

« Nous demeurerons l’épée qui démembre les articulations du régime et secoue sa présence en plein coeur de la capitale » a averti le groupe dans un communiqué de la mi-février. 

Amin Nasr a traduit les sources en arabe.

now.mmedia.me

Adaptation : Marc Brzustowski

2 Commentaires

  1. « Nous demeurerons l’épée qui démembre les articulations du régime et secoue sa présence en plein coeur de la capitale »
    Le fait d’utiliser le terme démembrer démontre
    simplement que ce sont des extrémistes islamistes,
    qui l’ont fait !!!

    Quand certains choisissent le côté obscur et « sataniste » qui existe dans l’Islam,
    ils ne servent plus dieu !

    • Ils font le ménage dans les arcanes d’un régime corrompu et totalement inféodé à l’Iran, que cela vous plaise ou non, JD le superstitieux grand admirateur du Hezbollah et autres « antéchrist » à la petite semaine

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.