Le blogueur Bassem Braiki violemment agressé par le rappeur Sadek, une enquête ouverte

L’agression, filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, a eu lieu dans la nuit de lundi à mardi. Le rappeur Sadek a reconnu son implication.

 Bassem Braiki, à gauche, est connu pour ses vidéos et interventions postées sur Internet (capture d’écran).
Bassem Braiki, à gauche, est connu pour ses vidéos et interventions postées sur Internet (capture d’écran). DR

Le 11 février 2020 à 13h44, modifié le 11 février 2020 à 19h22

Sur Twitter, son nom est devenu un hashtag, et son agression le sujet le plus commenté ce mardi matin. Le blogueur controversé Bassem Braiki a été passé à tabac dans la nuit de lundi à mardi à Vénissieux (Rhône) par plusieurs personnes qui ont filmé la scène et diffusé les images sur les réseaux sociaux.

Parmi ses agresseurs, le rappeur Sadek, qui a reconnu les faits dans plusieurs vidéos.

Selon nos informations, une enquête en flagrance a été ouverte pour violence avec arme et en réunion par le parquet de Lyon ce mardi matin.

La sûreté départementale du Rhône, en charge des investigations, devra déterminer l’enchaînement des faits. D’après les images mises en ligne la nuit dernière, Bassem Braiki a reçu des coups de poing et de matraque télescopique. Un temps hospitalisé, ses jours n’étaient toutefois pas en danger, selon nos informations.

Les excuses de Sadek

La rivalité entre les deux hommes pourrait être née samedi dernier. Alors que Sadek, originaire de Neuilly-Plaisance (Seine-Saint-Denis), devait se produire à Saint-Priest (Rhône), des appels à perturber son spectacle s’étaient multipliés sur les réseaux sociaux, contraignant les organisateurs à annuler l’événement, rapporte Le Progrès. Un échange véhément, toujours sur les réseaux sociaux, s’était alors engagé entre les deux hommes, Braiki invitant même le rappeur à venir le voir en personne à son domicile.

Dans la matinée, Sadek a finalement publié une vidéo sur Instagram dans laquelle il dit avoir « cédé comme un imbécile à la violence et à la haine ». « Je ne supportais plus les menaces », se justifie-t-il, tout en précisant qu’il va « payer pour ça » et qu’il assume ses responsabilités. À midi ce mardi, il était encore actif sur Twitter, répondant notamment à un message du président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, qui dénonçait l’agression de Bassem Braiki tout en diffusant la vidéo des faits.

Le blogueur, qui s’était fait remarquer après les attentats du 13 novembre 2015 en appelant à traquer les « terroristes », est connu pour ses vidéos polémiques et son implication dans plusieurs événements violents. En 2016, il avait notamment fait annuler un concert du rappeur Booba à Dardilly, près de Lyon, après avoir provoqué une bagarre. En 2018, il avait fait parler de lui en incitant un groupe de jeunes à déloger seize Roms qui squattaient un pavillon de Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise).

.leparisien.fr

Le blogueur admirateur de Youssouf Fofana, Bassem Braiki violemment agressé par le rappeur Sadek, une enquête ouverte

Bassem Braïki, né le 20 août 1980 à Vénissieux, dans l’agglomération lyonnaise, est un blogueur franco-tunisien. Actif sur les réseaux sociaux, anciennement sous le pseudonyme « Chronic 2 Bass », il publie de courtes vidéos où il commente l’actualité tout en prenant position sur divers sujets de société. Il bénéficie, en 2015, d’une certaine exposition médiatique en raison de sa dénonciation farouche des attentats du 13 novembre perpétrés par l’État islamique.

En 2018, plusieurs associations de défense des droits des LGBT entreprennent des actions en justice contre Bassem Braïki pour incitation au meurtre.

En 2019, il annonce par l’intermédiaire d’une vidéo postée sur son compte Snapchat, qu’il est incarcéré pour des faits (qui ne sont pas précisés) remontant à plusieurs années.

En juillet 2018, Bassem lance sa chaîne Youtube officielle, publiée en forme de direct live sur YouTube. La radio soulève souvent de nombreux débats variés.

Avec comme arrière plan le maillot du Maroc? de l’Algérie, de la Tunisie, de la Palestine et le drapeau Amazigh, la radio a pour objectif l’entraide au sein de la communauté maghrébine de France. Basée sur le partage d’expériences, de témoignages, elle constitue un foyer riche en débats autour de nombreux sujets : us et coutumes de la communauté, sciences et techniques, faits de société… Le média, initialement créé à destination de la communauté maghrébine, mobilise en réalité une audience plus large, il permet ainsi de dynamiser les échanges inter-communautaires. Au-delà de l’émission Bassem Braïki Official Street, l’entraide prend également forme par le biais de cagnottes à destination de personnes dans le besoin, fragilisées par des événements de vie.

BASSEM BRAIKI: APPELEZ MOI YOUSSOUF FOFANA, ON VA VOUS REFAIRE UNE ILAN HALIMI
« >

Le 25 mars 2016, Bassem Braïki fait annuler le concert du rappeur Booba à Lyon via un trouble à l’ordre public en organisant un rassemblement devant la discothèque. Il accuse celui-ci de dénigrer l’image des femmes maghrébines dans ses paroles telles que « Ma pute me fait du couscous ».

Suite à cette polémique, Gregory Chelli, un hackeur franco-israélien qui apprécie Booba lance plusieurs attaques contre Bassem Braïki et contre les membres de sa famille, notamment via des techniques de swatting. Suite à ce bras de fer, le blogueur est accusé d’antisémitisme après avoir dit « on va refaire une Ilan Halimi, appelez moi Youssouf Fofana » en référence à l’affaire criminelle lors de laquelle un jeune juif a été enlevé et assassiné en 2006. Il est par la suite entendu dans le cadre de violences volontaires sur personne handicapée après une vidéo diffusée sur Periscope, dans plusieurs affaires d’escroqueries, de violence sur de faux pédophiles, de menaces de mort notamment contre l’ancienne gendarme Seaad Besbiss. Il est finalement condamné en 2016 à 5 mois de prison ferme pour « insulte à caractère raciste » sur une affaire remontant à août 2015.

Bassem braiki. .le mytho devient parano il voit la LDJ partout
« >

Lire l’article de juillet 2016
liguedefensejuive.com/venissieux-le-blogueur-bassem-a-nouveau-condamne2016-07-01.html

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.