Quel est l’avenir de l’armée de l’air israélienne?

Avions de combat, hélicoptères, ravitailleurs, drones, lasers et armes de précision : à quoi ressemblera la pointe de la lance de Tsahal dans 10 à 20 ans?

L'armée de l'air israélienne a ouvert une nouvelle escadre des forces spéciales (escadre 7) à la mi-juillet pour accroître l'efficacité opérationnelle de l'IAF (crédit photo: AMIT AGRONOV / ISRAEL AIR FORCE)
L’armée de l’air israélienne a ouvert une nouvelle escadre des forces spéciales (escadre 7) à la mi-juillet pour accroître l’efficacité opérationnelle de l’IAF (crédit photo: AMIT AGRONOV / ISRAEL AIR FORCE)

Il est parfois difficile d’imaginer l’avenir, surtout dans 10 ou 20 ans. Mais pour l’armée de l’air israélienne (IAF), elle y est déjà prête!

Comme le reste de l’armée israélienne, l’IAF examine les menaces futures, à la fois régionales et mondiales, et propose des idées et des plates-formes pour mieux faire face à ces défis.
Sous les ordres du chef d’état-major, le lieutenant-général Aviv Kochavi, l’armée israélienne a construit son plan Élan (Momentum) pluriannuel avec de nouveaux concepts et méthodes de guerre adaptés aux défis d’un futur champ de bataille urbain saturé de tirs ennemis.
Avec des fronts plus actifs et explosifs aux frontières d’Israël, avec des arsenaux ennemis transformant des groupes terroristes comme le Hezbollah en armées terroristes, l’armée de l’air israélienne est active dans des opérations défensives et offensives, à la fois, près de chez elle et profondément derrière les lignes ennemies.

L’armée de l’air – longtemps considérée comme la pointe de la lance de Tsahal – joue un rôle important dans le concept opérationnel et gagnant de l’armée et, après des années de discussions et de travail en profondeur, elle prend maintenant ses conceptions et les transforme en projets concrets et en plans d’actions. Bon nombre des décisions prises ont déjà eu un impact sur les opérations. Ces changements sont grands et petits – allant des nouvelles plates-formes et armes aux nouvelles ailes, escadrons et stratégies.

Un pilote de l'IAF pose fièrement à côté d'un F-35. (Crédit: Marc Israel Sellem)Un pilote de l’IAF pose fièrement à côté d’un F-35. (Crédit: Marc Israel Sellem)

L’un des changements qui sera bientôt décidé sera la composition future de l’IAF, qui a cruellement besoin de mettre à jour ses avions de combat et ses hélicoptères de transport vieillissants. Selon des sources, l’IAF fait pression pour un mélange de forces, avec plus de F-35 ainsi que les derniers F-15IA de Boeing (IA est l’acronyme de «Israel Advanced»), ce qui permettrait à l’IAF de mener un certain nombre d’opérations complexes, y compris toute éventuelle confrontation avec l’Iran.
« Ce n’est pas une compétition entre le F-35 et le F-15IA », a déclaré une source au Magazine. «Vous ne pouvez pas compter et construire les escadrons de l’armée de l’air sur un seul type d’avion. Vous avez besoin de quelque chose qui complète la furtivité du F-35. »
Israël a commencé à piloter le F-15 à la fin des années 1970. L’avion reste l’épine dorsale de l’IAF, qui veut la nouvelle version IA pour une certaine gamme de missions. Mais les F-35 ont une longueur d’avance sur le F-15: leur capacité de furtivité, qui leur permet de minimiser leur signature radar, ce qui facilite les opérations dans l’espace aérien hostile. Israël a été le premier à utiliser le F-35 au combat en 2018, quelques mois seulement après avoir déclaré sa capacité opérationnelle. Depuis lors, des sources étrangères ont rapporté qu’il jouait un rôle central dans la campagne de guerre entre les guerres d’Israël contre l’Iran, de la conduite de frappes à la collecte de renseignements.
Et alors que les États-Unis ont gardé la plupart des capacités de leurs jets avancés confidentielles, des sources ont déclaré au Magazine qu’il y a des choses qu’Israël sait sur l’avion que même Washington ne sait pas. Mais comme le F-35, les derniers jets Boeing seront plus «israéliens» avec plus de technologie bleu et blanc placée sur l’avion, ce qui lui donnera une valeur ajoutée et une synergie avec les capacités existantes à égalité avec le chasseur furtif de Lockheed.
Le F-15IA peut également transporter plus de munitions et, selon des sources, pourra également intercepter des missiles de croisière qui pourraient cibler Israël – ce que le F-35 pourrait également faire – et faire face aux essaims de drones, une menace croissante pour les armées autour du monde. Alors que le premier F-15 qui a atterri en Israël a été conçu pour le combat air-air ainsi que le combat air-sol, avec la disparition presque complète des combats aériens, le jet est maintenant principalement utilisé pour les frappes aériennes contre des cibles ennemies – à la fois proches et lointains.
Le nouveau modèle F-15IA que l’IAF souhaite acheter connaît des améliorations considérables par rapport aux modèles précédents, y compris la capacité de transporter une charge utile de quelque 13 380 kilos, comme 12 missiles air-air ainsi que 15 air-sol ou armes de frappe air-mer équipées pour engager plusieurs cibles simultanément. Plusieurs sociétés de défense israéliennes se sont également réunies pour construire des systèmes d’armes israéliens indigènes pour l’IAF et le F-15IA en particulier.
Gideon Weiss, vice-président du marketing et du développement commercial pour les systèmes aériens et C4I de Rafael Advanced Defense Systems, a déclaré au magazine que « lorsque vous prenez tous les systèmes simultanément, la suite globale avec les systèmes ELTA et ELBIT (l’IAF peut les assembler pour les autres plates-formes), vous pouvez prendre un avion de quatrième génération et l’amener très près des capacités de la cinquième génération, en intégrant les modules de reconnaissance de Rafael, les capacités radio avancées et centrées sur le réseau ainsi que les armes de précision air-sol et plus.

Avec les deux plates-formes avancées dotées d’une technologie indigène de pointe et de munitions agissant comme des avions de combat à longue portée nécessaires pour dissuader et détruire les menaces, Israël peut garantir sa supériorité aérienne dans la région pour les décennies à venir.

ISRAELI F-35 décolle d'une base aérienne dans le sud d'Israël. (Crédit: Amit Agronov / Force aérienne israélienne)Le F-35 israélien décolle d’une base aérienne dans le sud d’Israël. (Crédit: Amit Agronov / Force aérienne israélienne)

LOCKHEED MARTIN et Boeing sont également confrontés à l’acquisition par Israël de ses nouveaux hélicoptères de transport lourd. Alors que les hélicoptères CH-53 Yasur de l’IAF approchent de l’âge de 50 ans – dont plusieurs ont eu des accidents au cours de l’année écoulée – son remplacement est une question des plus urgentes pour l’armée de l’air. Utilisé pour la première fois par l’IAF en 1969, le Yasur est le principal hélicoptère de l’armée de l’air utilisé pour transporter des soldats et du matériel. Ils ont également participé à une grande variété de missions, y compris des opérations secrètes ainsi que des missions de recherche et de sauvetage.
Mais personne ne s’attendait à ce que le CH-53 vole aussi longtemps.
En 2019, le rapport du contrôleur de l’État recommandait à l’IAF de remplacer l’avion vieillissant dès que possible, car «prolonger la durée de vie du Yasur est susceptible de mettre en danger la vie humaine et peut avoir des implications opérationnelles importantes et des coûts de maintenance substantiels. L’armée de l’air devrait «envisager d’acheter l’option de remplacement de Yasur au plus tôt afin qu’elle soit aussi proche que possible de la date à laquelle le protocole d’accord avec les États-Unis est mis en œuvre», ajoute le rapport.
Face à une grave pénurie de pièces de rechange, le ministère de la Défense a acheté plus tôt cette année cinq CH-53 excédentaires de la marine américaine pour « cannibaliser » et être utilisés comme pièces de rechange pour la flotte israélienne de Yasurs. L’IAF prévoit d’acheter une vingtaine de nouveaux hélicoptères de transport lourd – en d’autres termes, un escadron – pour remplacer l’actuel escadron de Yasur à la base de Tel Nof.
Sikorsky CH-53K King Stallion
CH-47F Chinook de Boeing
Les deux options en lice sont le Sikorsky CH-53K King Stallion de Lockheed Martin, une version entièrement repensée du Yasur, et l’hélicoptère CH-47F Chinook de Boeing. Les pilotes et les équipes de techniciens de l’IAF ont pratiqué les deux types de remplacements possibles et ont préparé des rapports complets sur leurs capacités, la disponibilité prévue et les coûts du cycle de vie. Selon des sources, l’armée de l’air et l’état-major sont bien conscients de la nécessité de choisir un remplaçant pour le Yasur et devraient porter leur recommandation à l’échelon politique dans les semaines ou les mois à venir.
L’IAF cherche également à remplacer son avion ravitailleur Ram (Boeing 707) (nécessaire pour les missions à longue portée et approchant l’âge de 60 ans) par des pétroliers Boeing KC-46. La flotte israélienne d’avions Ram, dont le nombre reste confidentiel, sont d’anciens avions civils adaptés à des usages militaires tels que le ravitaillement en vol d’avions de combat, ainsi que sa flotte d’avions de transport. Avec une autonomie de 11 830 km et une capacité de déchargement de quelque 207 000 livres de carburant, le KC-46 peut ravitailler en carburant plus de 64 types d’avions différents, dont le F-35 et le F-15.
L’accord pour les futurs ravitailleurs-pétroliers, avions de combat et hélicoptères de transport lourd de l’IAF sera financé par quelque 38 milliards de dollars d’aide américaine à la défense au cours de la prochaine décennie. Mais Israël hésite depuis plusieurs années sur la manière exacte d’acheter les nouveaux systèmes – et le temps presse. Israël n’a pas eu de gouvernement opérationnel pendant plus d’un an, et bien que Jérusalem ait enfin un gouvernement opérationnel, il est difficile de savoir combien de temps cela va durer. Avec l’ancien chef d’état-major, le lieutenant-général (à la retraite) Benny Gantz en tant que ministre de la Défense et l’ancien commandant de l’IAF, le major-général. (à la retraite) Amir Eshel en tant que directeur général du ministère de la Défense, il y a une fenêtre d’opportunité pour prendre les décisions tant attendues.
Le protocole d’accord actuel est en vigueur jusqu’en 2028 et des sources ont souligné l’urgence de faire les achats «dès maintenant» avant qu’il ne soit trop tard.

«Vous avez 38 milliards de dollars. Utilisez-le et achetez-en autant que vous le pouvez dès maintenant pour que les dispositifs soient dans les tuyaux », a déclaré une source, ajoutant que même si les États-Unis et Israël sont de proches alliés,« rien n’est jamais certain à 100% ».

WING 7 comprendra diverses unités, dont Shaldag, l'unité 669, une unité des forces de débarquement avant, une unité de renseignement dédiée et une école de formation pour les troupes. (Crédit: Amit Agronov / Force aérienne israélienne)L’aile (WING) 7 comprendra diverses unités, dont Shaldag, l’unité 669, une unité des forces de débarquement d’avant-garde, une unité de renseignement dédiée et une école de formation pour les troupes. (Crédit: Amit Agronov / Force aérienne israélienne)

Avec un besoin de garder une longueur d’avance sur les changements régionaux et les menaces croissantes au Moyen-Orient, l’armée de l’air israélienne aura besoin de plus que de nouveaux avions et hélicoptères de combat.
L’IAF a déjà commencé le passage des pilotes aux drones, avec une forte majorité d’heures de vol exécutées par des avions sans pilote – les yeux dans le ciel d’Israël – qui, il y a quelques années à peine, étaient effectuées par des avions pilotés. Les militaires utilisent de plus en plus des drones. Mais ils continuent à faire face à des problèmes moraux et ne peuvent pas remplacer les pilotes humains dans le cockpit. Il y a encore trop d’incertitudes concernant l’intelligence artificielle (IA) et les aéronefs sans pilote pour les laisser fonctionner de manière autonome. C’est l’homme ou la femme sur le terrain qui prend encore les décisions finales sur les frappes aériennes.
De l’autre côté de l’étang, l’US Air Force repousse les limites de ce que l’armée peut construire et est actuellement en train de concevoir un avion de combat sans pilote piloté par l’IA dans l’espoir de l’opposer à un avion de combat habité en combat aérien en juillet 2021. L’avion sans pilote Skyborg travaillerait avec l’IA aux côtés d’aéronefs pilotés, qui donneraient au drone l’ordre de voler de l’avant pour la reconnaissance ou d’effectuer des frappes aériennes sans mettre en danger les pilotes des avions pilotés. L’USAF espère disposer d’un prototype qui deviendrait opérationnel d’ici 2023, dans le but de passer à 386 escadrons de tels avions, a rapporté Air Force Magazine en mai.
Une autre source de haut niveau de la défense connaissant les systèmes de drones a déclaré au magazine qu’il ne faudrait pas avant au moins 2040, que les drones aient suffisamment d’IA pour agir en tant qu’avions entièrement autonomes – comme ce sur quoi la division australienne de Boeing travaille, faisant référence au Loyal Wingman – qui peut transporter plus d’armes et servir d’appât pour les avions ou les missiles ennemis.
«Je peux dire avec certitude que ces types d’avions ne seront pas mis en service dans les dix prochaines années», a-t-il dit, ajoutant qu’il était également peu probable que les véhicules sans pilote soient les seuls systèmes à sortir de la chaîne de montage au cours de la prochaine décennie ou de deux décennies.
Alors que l’IAF avance vers l’avenir, elle n’essaie pas encore d’extraire les pilotes du cockpit.
« Certaines personnes disent que le F-35 sera le dernier avion habité, mais qui sait », a déclaré une autre source de haut niveau de la défense, ajoutant que les véhicules sans pilote ne remplaceront pas seulement les pilotes dans le cockpit, mais changeront tout le concept de la guerre aérienne. « Comme Jamais pensé avant. »
Alors qu’Israël n’en est peut-être pas encore tout à fait là, tout le monde du renseignement visuel et par signaux (VISINT / SIGNINT) et une gamme d’autres techniques de collecte de renseignements ont déjà été repris par des drones. Et contrairement aux avions qui ont un nombre limité d’heures où ils peuvent rester en vol, les véhicules aériens sans pilote peuvent rester actifs pendant des heures sans se soucier de la sécurité des pilotes. Les drones pilotés par l’IAF peuvent être déployés dans un large éventail de missions, allant de la surveillance de cibles dans les pays ennemis à la traque de contrebande d’armes jusqu’à – selon des sources étrangères – détruire des cibles ennemies représentant une menace imminente pour le front intérieur.
Il y a des dizaines de drones dans les hangars de l’IAF à travers le pays, des drones DJI commerciaux aux Skylarks (qui sont connus pour s’être écrasés à Gaza ou dans le nord) en passant par le plus grand Shoval, connu dans le monde entier sous le nom de Heron. Le Shoval peut voler pendant 45 heures à la fois jusqu’à 35 000 pieds (10 668 m). Avec une portée opérationnelle limitée uniquement par la disponibilité du carburant, l’avion télépiloté a une portée opérationnelle de plus de 1000 km, des missions de reconnaissance en vol et de soutien au combat.
Équipé de liaisons de données satellitaires et de capteurs infrarouges électro-optiques, le Heron 1 est capable de fournir différents types de services de reconnaissance aux forces terrestres. Il peut également traquer les explosifs aériens.
Selon des rapports étrangers, le Shoval est également capable de détruire des cibles ennemies avec ses systèmes d’armes. Ses grands capteurs plus avancés fournissent également au Shoval une capacité révolutionnaire pour faire du sur-place, permettant à Israël de recueillir des renseignements sur une cible spécifique à des dizaines de kilomètres de distance.
Tsahal et IAF ont internalisé le potentiel illimité et la tendance croissante à utiliser des aéronefs sans pilote. Les petits drones et quadricoptères de fabrication israélienne recueillent des renseignements de haute précision 24 heures sur 24, volant des milliers d’heures. L’utilisation de drones et de quadricoptères plus petits augmentera probablement dans les années à venir pour les missions de reconnaissance et de combat.
«C’est une tendance mondiale», a noté la source.
Abordant le sujet des essaims de drones, il a expliqué que la capacité de communiquer avec un essaim «montre simplement la maturité de la technologie, qui permet la communication et l’interopérabilité». Et s’il y a eu des utilisations civiles d’essaims de drones et d’exercices par les marines iranienne et américaine, rien ne s’est concrétisé du côté militaire.
Faisant référence au concept d’essaims de drones, une autre source de haut niveau a déclaré que de telles attaques par «des véhicules aériens moins chers et plus petits peuvent causer autant de dégâts, voire plus de dégâts, qu’un F-35» ou d’autres avions de combat qui opèrent dans diverses formations pour mener des missions.
Mais l’IAF comprend les menaces posées par les drones et les essaims de drones, opérant avec la conviction qu’une attaque comme celle perpétrée contre Aramco en Arabie saoudite en septembre est également pertinente pour Israël. Le Hamas et le Hezbollah ont déjà utilisé des drones contre des cibles de Tsahal et Israël a développé des concepts et des plates-formes défensives pour les identifier et les éliminer avant qu’ils ne puissent mener des attaques contre des troupes ou des civils.
Les drones jouant un rôle de plus en plus central, le commandant de l’IAF, le major-général. Amikam Norkin a déclaré récemment qu’il ne serait pas surpris si un jour l’armée de l’air était dirigée par un général qui gravirait les échelons grâce aux unités de drones.
«Ce sont des changements qui prennent du temps», a-t-il ajouté.

Selon une source de la défense, il n’est «pas impossible que le futur chef de l’IAF puisse provenir d’une unité de drones. Vous ne savez pas vraiment qui fait voler quoi. Peu importe d’où vous venez ou qui vous êtes – un opérateur de drone, un pilote de combat ou un navigateur. Si vous comprenez la situation dans son ensemble et que vous pouvez générer la puissance nécessaire à l’IAF, alors cette route est pavée pour vous.

L'un des nombreux drones de l'arsenal de l'IAF. (Crédit: Unité du porte-parole de la FID)L’un des nombreux drones de l’arsenal de l’IAF. (Crédit: Unité du porte-parole de Tsahal)

L’AVANCE de l’armée de l’air et des missiles à longue portée ont rendu les guerres très différentes, a déclaré une source de haut niveau de la défense au Magazine, ajoutant que la portée des systèmes et des armes donne à l’IAF la capacité d’atteindre des endroits et des cibles qu’il n’était pas possible d’atteindre auparavant. Et non seulement, ils peuvent atteindre des destinations éloignées des frontières d’Israël, mais ils peuvent également continuer leur mission lorsque l’ennemi tente d’empêcher les avions de l’IAF de frapper leurs cibles.
Grâce à la domination du spectre fournie par la famille de bombes intelligentes Rafael Advanced Defense Systems Spice, l’IAF peut effectuer des frappes de précision dans un environnement complètement brouillé, à partir d’une distance de sécurité en utilisant des munitions basées sur l’IA et fondées sur des capacités électro-optiques passives. Selon Weiss, Israël a la capacité de mener des frappes avec de faibles dommages collatéraux depuis des années, et des munitions comme Spike et Spice «ont la capacité de prévoir de faibles dommages collatéraux avec le type d’ogive utilisée et sa précision.
Weiss a expliqué que Rafael fournit des armes avancées aux jets de l’IAF qui peuvent effectuer des frappes de précision «lorsque toute l’arène est bloquée» et qu’il n’y a pas de signaux GPS.
«Nous avons beaucoup d’outils dans la boîte pour que l’IAF élimine des objectifs», a-t-il déclaré.
Mais il ne s’agit pas seulement d’éliminer les cibles ennemies. L’IAF est également chargée de défendre le ciel d’Israël contre les attaques de roquettes et de missiles. Israël dispose d’un parapluie protecteur complet capable de contrer les menaces croissantes de missiles de ses ennemis, et améliore continuellement la technologie derrière les systèmes anti-missiles du pays.
Le Dôme de Fer est conçu pour abattre des roquettes à courte portée, le système Arrow (Arrow-2 et Arrow-3) intercepte les missiles balistiques en dehors de l’atmosphère terrestre, et le système de défense antimissile Fronde de David nouvellement opérationnel est conçu pour intercepter les missiles balistiques tactiques, des roquettes à moyenne et longue portée, ainsi que des missiles de croisière tirés à des distances de 40 à 300 km.
Israël dispose également de trois batteries du système Patriot ainsi que du missile naval sol-air à longue portée Barak-8ER (LRSAM) conçu pour défendre les navires contre une myriade de menaces aéroportées à courte et longue portée comme les missiles entrants, les avions et drones à basse ou haute altitude. Il a également vu sa portée étendue pour intercepter les missiles de croisière.
Mais ce n’est pas tout.
L’IAF veut encore plus de systèmes pour abattre les missiles ennemis et cette année, le ministère de la Défense a annoncé qu’il travaillait depuis dix ans au développement de lasers pour intercepter une variété de menaces aériennes, y compris contre les roquettes et les missiles guidés antichar. .
Alors que la plupart des développements au fil des ans – à la fois en Israël et à l’étranger – ont été inefficaces, des réalisations importantes ont été accomplies au cours de la dernière année et demie grâce à une collaboration entre le ministère et des sociétés de défense comme Rafael et Elbit Systems, ainsi que des institutions universitaires.
Une source de haut niveau de la défense a déclaré au Magazine que ces armes sont «beaucoup moins chères» et «moins inutiles» (une fois tirées) que les autres missiles utilisés par l’armée de l’air.
«Les armes d’aujourd’hui sont cinétiques. Lorsque nous voulons détruire une cible, nous envoyons un missile et nous pensons que de telles armes deviennent inutiles. Les armes à énergie, comme les lasers qui peuvent encore détruire des cibles, sont beaucoup moins chères », a-t-il déclaré. Bien que l’on ne sache pas quand un tel système sera opérationnel, la source pense que la technologie sur laquelle Israël travaille actuellement permettra d’utiliser le système dans quelques années seulement.
«Elbit est un leader mondial des systèmes laser», a déclaré Elad Aharonson, directeur général de la division ISTAR d’Elbit, ajoutant que la société «travaille maintenant à la fabrication d’un laser aéroporté de haute puissance afin d’abattre des cibles aériennes ennemies». Et même si cela prendra plusieurs années, «nous pensons que les armes laser sont très efficaces et efficientes».
Néanmoins, a déclaré Aharonson, «il y a un problème pour le moment: il ne peut pas traverser les nuages ​​et nous pensons donc que nous devons le placer au-dessus des nuages», sur des avions pour lui donner une portée accrue et, éventuellement, sur des satellites.

«Peu importe que ce soit sur un drone ou un avion, ces systèmes pourront atteindre des cibles», a-t-il déclaré.

ISRAELI F-16 prend son envol. (Crédit: Unité du porte-parole de la FID)Un F-16 prend son envol. (Crédit: Unité du porte-parole de la FID)

AVEC l’évolution de Tsahal vers une armée plus multidimensionnelle axée sur l’interopérabilité des forces, Rafael et d’autres sociétés de défense israéliennes sont à l’avant-garde pour fournir à Tsahal et à l’IAF une technologie de pointe.
Avec des cibles sensibles au facteur temps intégrées profondément dans les zones urbaines, l’IAF comprend que les manœuvres multidimensionnelles s’accompagnent d’une puissance aérienne qui éliminera les cibles ennemies avant l’arrivée des soldats au sol.
La force multidimensionnelle que Kochavi envisage n’est pas si lointaine avant de parvenir à devenir opérationnelle. Le ministère de la Défense a déjà acquis le système Fire Weaver (Tisseur de feu) de Rafael, qui connecte les capteurs et le personnel, créant ainsi un «espace de combat numérisé» qui réduit les temps d’engagement avec les cibles et augmente les performances opérationnelles. Fire Weaver cartographie les emplacements, les points d’intérêt, le personnel ami et les cibles ennemies. Toutes les troupes, du soldat au sol au pilote dans les airs, sont connectées, regardant exactement les mêmes cibles, et sont aidées par l’IA, qui peut analyser toutes les informations en temps réel pour hiérarchiser l’allocation des tirs.
Fournir ces «capacités réseaucentriques » au guerrier est une solution qui peut être placée sur toutes les plates-formes et connecter des milliers d’utilisateurs sur un seul réseau», a déclaré Weiss. «Il s’agit d’une application flexible qui connecte tout le monde et permet à chacun de savoir où se trouve tout le monde et de partager des données comme jamais auparavant. C’est une révolution. »
Non seulement c’est une révolution, mais c’est efficace et dévastateur – exactement ce que le chef d’état-major veut pour ses militaires.
Tandis que l’armée israélienne peut être considérée comme l’une des plus fortes du Moyen-Orient, l’armée israélienne sait que le fossé entre elle et ses ennemis se resserre rapidement. Bien qu’Israël soit confronté à une crise économique profonde à la suite de la pandémie de coronavirus en cours, l’armée israélienne et son fer de lance, l’IAF, savent qu’elle doit profiter de cette opportunité stratégique pour garder une longueur d’avance sur l’ennemi.
Avec la fermeture d’un escadron à la base aérienne de Ramat David et l’immobilisation d’hélicoptères et de ravitailleurs vieillissants, l’IAF sait qu’elle doit se doter de suffisamment de dispositifs nouveaux et avancés pour faire le travail.
L’IAF a un rôle important à jouer dans la défense de l’Etat juif. Il doit causer suffisamment de dégâts à l’ennemi pour maintenir la dissuasion en place et défendre le ciel du pays contre des menaces dangereuses dont la portée ne cesse de croître.
Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. ce titre m’ a donné envie de parodier un dicton de Ibn Khaldoun, celui qui dit en parlant des Bédouins arabes pillards

    « rizqihoum fi dhôl rimatihoum » – leurs biens sont a l’ ombre de leurs lances-

    et avec la kheyl avir j’ ai appliqué la formule et ça donne

    انتصارهم في ظل طائراتهم
    intisaruhoum fi dhol tayiratuhoum – leurs victoires sont a l’ ombre de leurs avions-

    sympa, non ??

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.