Rappel : le 22 octobre 2017, nous mentionnions la visite d’un Ministre saoudien des Affaires du Golfe à Raqqa auprès des Américains et des forces kurdes libératrices : 

Un Ministre saoudien à Raqqa avec le Conseil Civil©

« Brett McGurk, s’est rendu en visite dans la ville d’Ayn Issa, dans l’arrière-pays au nord de Raqqa, auprès des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), entraînant avec lui le Ministre d’Etat saoudien des Affaires du Golfe Arabe, Thamer al-Sabhan »

Arabie : contribution de 100 millions de dollars pour le nord-est de la Syrie (contrôlé par les Kurdes)

Le roi d’Arabie Saoudite Salmane ben Abdelaziz Al Saoud, à Ryad le 21 m
BANDAR AL-JALOUD (Saudi Royal Palace/AFP/Archives)

L’Arabie saoudite a annoncé vendredi avoir contribué à hauteur de 100 millions de dollars à des « projets de stabilisation » de la Coalition internationale dans des régions du nord-est de la Syrie autrefois occupées par le groupe Etat islamique (EI).

Il s’agit de la contribution la plus importante à ce jour pour ces zones désormais contrôlées par des forces soutenues par les Etats-Unis et la coalition, souligne un communiqué officiel saoudien en précisant qu’elle fait suite à un engagement pris par Ryad lors d’une réunion internationale le 12 juillet à Bruxelles.

« Cette contribution substantielle jouera un rôle crucial dans les efforts de la coalition internationale pour revitaliser des communautés, notamment à Raqa, qui ont été dévastées par les terroristes de l’EI », explique le texte en évoquant des projets liés à la santé, à l’agriculture, à l’électricité, à l’eau, à l’éducation et au transport.

BULENT KILIC (AFP/File)The Islamic State group was flushed out of the Syria’s Raqa in October, but much of the city was left in tatters
BULENT KILIC (AFP/File)

 

Cette contribution supplémentaire saoudienne confirme l’engagement permanent du royaume saoudien au sein de la Coalition antidjihadistes et l’importance du partenariat avec Washington, conclut le communiqué.

L’EI a perdu le contrôle de la plupart de son « califat » autoproclamé, notamment après avoir été chassé en 2017 de Mossoul et de Raqa, les deux places fortes du groupe djihadiste sunnite en Irak et en Syrie.

Cependant, dans un rapport présenté lundi, des observateurs de l’ONU ont affirmé qu’entre 20.000 et 30.000 combattants de l’EI, dont des étrangers, sont encore présents en Irak et en Syrie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.