La coalition conduite par les Etats-Unis refuse d’appuyer les milices chiites près de Kirkouk, et fait l’éloge du rôle des Peshmergas dans la campagne contre Daesh. 

ARA News 

QAMISHLO – Des tensions croissantes se font sentir entre Bagdad et Washington, quant au rôle des milices chiites, selon ce que suggèrent les analystes américains. Au cours de la dernière opération pour la prise du village chiite turkmène d’al-Bachir, au début mai, les Etats-Unis n’ont soutenu uniquement que les Peshmergas.

NDLR : Il convient d’envisager ce durcissement du rapport de force entre les Etats-Unis et l’Irak à la lumière des heurts qui se produisent actuellement à Bagdad et où les partisans du leader chiite pro-iranien Moqtada al-Sadr se sont emparés de certains quartiers, mais aussi d’institutions à Bagdad, dans ce qui ressemble à un coup d’Etat dirigé en sous-main par l’Iran, conformément à des informations diffusées par les Emirats du Golfe et l’Arabie Saoudite, il y a quelques semaines, lors de la visite du Président américain Barack Obama dans le Golfe. 

« Les Peshmergas, avec l’assistance des frappes de la coalition, se sont emparés de Bashir, qui était aux mains de Daesh (Etat Islamique), dans une opération qui a duré moins de 24 h. Bashir était une importe zone de soutien logistique pour cet ennemi », a déclaré le Colonel Steve Warren, le porte-parole de l’Opération Résolution Absolue.

La déclaration du responsable de la coalition américaine a mis en colère les Unités de Mobilisation Populaires (UMP ou PMU) chiites turkmènes, qui a échoué pendant près de plus de deux ans à reprendre le village de Bashir sans le soutien des Peshmergas et qui ont prétendu que ce sont les Unités de Mobilisation du PMU qui auraient joué le rôle central dans l’opération.

Les unités locales turkmènes du PMU n’ont pas réussi à progresser dans Bashir, manquant de l’appui aérien de la coalition américaine.

Cependant, le Colonel Christopher Garver, Officier chargé des affaires publiques de la Coalition, a déclaré, dans une déclaration exclusive au site ARA News, que ce sont les Kurdes qui ont joué ce rôle majeur dans la libération d’al-Bashir des mains de Deash, bien que le PMU les ait assistés.

« Les Peshmergas, avec l’assistance des frappes de la coalition, ont libéré Bashir. Les forces de Mobilisation Populaire étaient présentes dans la région, dan un rôle de soutien, mais ce sont les Peshmergas qui ont conduits l’opération », a déclaré à ARA News l’officier supérieur de la coalition.

Des analystes américains suggèrent l’existence de nettes tensions entre les Etats-Unis et Bagdad quant au rôle des unités de Mobilisation Populaire, qu’on connaît aussi sous le nom arabe d’Hashd Sha’abi.

S’expliquant à ARA News, Nicholas Heras, un chercheur sur les questions du Moyen-Orient du Centre pour une Nouvelle Sécurité américaine, basé à Washington, affirme que les inquiétudes vont croissantes à Washington, concernant ces forces de Mobilisation Populaire chiites.

« Ces tensions sont très plapables, et ne font qu’augmenter, entre les Etats-Unis et Bagdad, sur le rôle propre des Hashd Sha’abi », selon Heras.

« Les Etats-Unis se sont entendus dire carrément par les Sunnites irakiens qui veulent travailler avec la Coalition anti-Daesh, que l’implication des Hashd Sha’abi dans la reconquête de terrain abandonné à Daesh est vouée à l’échec. Les partenaires sunnites irakiens des Etats-Unis ne soutiendront aucun effort qui implique les Hashd Sha’abi, même dans un simple rôle symbolique, ou de pion sur l’échiquier », a t-il ajouté.

Reportage de : Wladimir van Wilgenburg 

Source: ARA News 

Adaptation : Marc Brzustowski.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.