La Chine coupe tous les ponts avec Israël et le Hamas se renforce en Judée-Samarie

 A quoi ressemblera l’Iran après la mort de Raïssi, la relation entre Israël et la Chine en crise et pourquoi le Hamas se renforce en Judée-Samarie.

Comment la mort de Raïssi affectera-t-elle l’avenir de l’Iran ?

« La mort de Raïssi a mis fin à une période courte mais transformatrice de la politique iranienne, qui a vu le pays évoluer dans une direction conservatrice et a menacé d’amener le Moyen-Orient au bord d’une guerre régionale », a écrit ce soir Foran Polisi dans un article intitulé «  Comment la mort de Raïssi affectera-t-elle l’avenir de l’Iran ? »

Il est écrit que « les experts estiment que la stratégie de l’Iran ne changera pas même après la mort de Raïssi, car elle est fermement ancrée dans la direction du pays. Selon Behanem Ben Tablo, de la Fondation pour la défense des démocraties, le régime est assez satisfait de la manière dont le Moyen-Orient est ébranlé depuis le 7 octobre, avec des attaques directes et ponctuelles contre les États-Unis et Israël, tout en maintenant une stratégie de pression progressive. « Elle a réussi à poursuivre sa stratégie, les attaques progressives et continues contre les Etats-Unis et Israël par procuration et parfois directement, comme en avril, et semble quand même avoir gagné la manche », a-t-il déclaré.

Il indique également qu’« au-delà de l’horizon des élections anticipées et des élections présidentielles prévues l’année prochaine, il existe un potentiel de changement au sommet de la classe dirigeante en Iran. « Le vieux Khamenei, à l’exception du fils du chef de l’Etat, Mujtaba Khamenei, la mort de Raïssi pourrait entraîner l’avenir politique du pays dans une nouvelle tempête. » Il a été noté que « le Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), la plus grande force des forces armées iraniennes qui contrôle une grande partie de l’économie du pays, pourrait également profiter de ce bouleversement pour renforcer son influence ».

« Ce qui est vraiment intéressant, c’est de voir si les Gardiens de la révolution parviendront réellement à réaliser un coup d’État progressif », a déclaré David de Roche, professeur au Centre d’études stratégiques de l’Université de la Défense nationale et colonel à la retraite de l’armée américaine..

La Chine coupe les ponts avec Israël

« La Chine est en train de couper tous ses ponts avec Israël », déclare le titre d’un article d’opinion publié sur le site d’information Nikkei Asia par Derek Grossman, analyste principal en sécurité au groupe de réflexion RAND Corp. à Santa Monica, en Californie, qui était auparavant un conseiller en renseignement du Pentagone.

« Au cours des trois dernières décennies, les deux pays ont développé des relations économiques, technologiques, sécuritaires et diplomatiques étroites. » Mais « la réponse surprenante de Pékin aux horribles attaques du Hamas contre des civils israéliens le 7 octobre et la réponse israélienne ont complètement changé la donne. Malgré ses vastes campagnes officielles contre les groupes et les individus liés au terrorisme islamiste intérieur, Pékin n’a pas condamné l’attaque meurtrière du Hamas et a même accueilli le mois dernier une délégation du Hamas », a-t-il ajouté.

De même, lorsque l’Iran a envoyé une volée sans précédent de missiles et de drones vers Israël le mois dernier, Pékin l’a qualifié d’« acte d’auto-défense » en réponse à une frappe israélienne contre un complexe diplomatique iranien à Damas. S’adressant à son homologue iranien après l’attaque contre Israël, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré : « L’Iran peut bien gérer la situation ».

La position de la Chine semble refléter à la fois son désir de se positionner comme une alternative viable aux États-Unis, à l’ordre jusqu’ici dirigé par les États-Unis et à ses intérêts économiques en tant que plus grand importateur mondial de pétrole. L’influence croissante de la Chine au Moyen-Orient comprend non seulement un partenariat stratégique renforcé avec l’Iran, mais aussi des liens étroits avec l’Arabie saoudite et d’autres États du golfe Persique.

Durant les combats depuis octobre, Pékin a rejeté toute la responsabilité sur Israël, tandis que les plateformes de médias sociaux chinoises telles que Weibo et WeChat se sont soudainement remplies d’expressions antisémites.

« Jérusalem a discrètement manifesté son mécontentement face à l’approche de Pékin », a-t-il ajouté. « Fin octobre, Israël a signé une déclaration commune avec plus de 50 autres gouvernements concernant les crimes contre l’humanité présumés par la Chine dans sa région musulmane du Xinjiang. »

Il a également été noté que « les enquêtes menées avant l’attaque du 7 octobre ont montré que les Israéliens étaient également divisés sur la question de savoir s’ils considéraient la Chine d’un bon œil. Aujourd’hui, il est probable que les résultats seront beaucoup moins favorables. Certains boycottent les magasins gérés par les Chinois, les sites, et la communauté des affaires israélienne déplace son attention de la Chine vers l’Inde et les États du Golfe ».

Il indique également que « si les relations entre Israël et la Chine continuent de se refroidir, Israël pourrait annuler la concession qui permet au groupe public international du port international de Shanghai d’exploiter un terminal essentiel de stockage et de déchargement dans le plus grand port de fret du pays, comme le proposent les États-Unis. Israël peut également limiter l’accès de la Chine aux technologies pouvant être utilisées à des fins militaires, telles que les cybercapacités, les satellites et les équipements électroniques. »

La Chine ne se considère pas comme un allié d’Israël, a déclaré Harel Manshari, un expert israélien en cyberguerre, directeur du département cyber à l’Institut de technologie de Holon et maître de conférences à l’Université Bar-Ilan, ainsi que chercheur à l’Université de Bar-Ilan. Institut de lutte contre le terrorisme (TIC). En janvier, Manshari a envoyé une lettre à Yuli Edelstein, président de la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, dans laquelle il mettait en garde contre le risque que la Chine représente pour les infrastructures israéliennes :

« Malgré les avertissements des responsables de la sécurité, au cours de la dernière décennie, le gouvernement chinois a investi massivement dans des actifs stratégiques en Israël… Nous constatons clairement une conduite plus extrême de la part de la Chine à l’égard d’Israël… Je crois qu’Israël doit se préparer et diminuer l’implication chinoise dans les infrastructures israéliennes… si vous mettez en place des systèmes dotés de technologies pour les infrastructures critiques, comme l’électricité, l’énergie, l’eau, les transports, ceux-ci sont liés les uns aux autres. »

La Chine a récemment accueilli des délégations du Hamas et du Fatah, la faction au pouvoir de l’Autorité palestinienne, apparemment pour faciliter « l’unité » entre les deux factions, tout en prétendant être un médiateur neutre intéressé par la paix dans la région.

Toutes les actions de la Chine montrent que la réalité est tout autre. La Chine, tout en étant profondément impliquée dans les infrastructures, les affaires et la technologie israéliennes, travaille activement contre Israël.

JForum.fr avec www.globes.co.il et www.jforum.fr/la-chine-nouvelle-
Extrait du site d’information Nikkei Asia, par Derek Grossman.

Port de Haïfa

 

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Benichou

Et dorénavant nous allons boycotter toutes marchandises et nous ne commanderons plus rien concernant la chine

Chesnel

Les Ouighours apprécieront.

Yaacov

La chine n’a jamais été un partenaire de quiconque. C’est simplement un espion au sourire hypocrite pour glaner des informations sensibles de tous pays “partenaires “

Merci

La Chine un serpent un animal qui zigzague fait pas de bruit mais son venin est dangereux…..

Davidex

l nous met rudement a l’épreuve Hachem ! chinoiseries, gauloiseries et autres s…..eries…
Am Israel haî

victor nizard

il faut couper tous les ponts avec la chine, économiques, financiers, universitaires.
Surveiller attentivement tous les vols industriels dont ils sont spécialistes

Asher Cohen

La Chine, premier importateur de pétrole au monde a besoin d’utiliser le pétrole iranien pour développer son industrie. Elle doit voir ses intérêts en premier, et entre Israël et l’Iran, elle choisit celle-ci et ses mandataires, hamas, hezbollah, houthis, milices syriennes, etc..C’est tout simple, Israël ne lui offre pas suffisamment en technologie par rapport au pétrole iranien. Messieurs les diplomates travaillez un peu vos dossiers, vous justifierez ainsi votre salaire public.

KIGEM

ISRAËL doit impérativement interrompre tout accord portuaire avec la Chine il ne faut pas faire rentrer le loup dans la bergerie.