LE PRINCIPE D’AUTODÉTERMINATION EN DROIT INTERNATIONAL.

La Russie vient d’annexer quatre provinces auparavant considérées comme faisant partie de l’Ukraine. L’annexion de la terre d’un autre pays acquise par la guerre est illégale selon le droit international… ou du moins c’est ce qu’on dit.

Mais si les habitants de ces terres décident par référendum de faire sécession et de déclarer leur indépendance, avant d’être annexés par un autre pays, comme ce qui s’est passé en ce qui concerne la Crimée en 2014 et maintenant et les quatre provinces orientales qui faisaient autrefois partie de l’Ukraine, cela rend-il l’annexion juridique? Peut-être. Tout dépend si les résidents avaient le droit de faire sécession et si le référendum a été correctement exécuté. Israël évite cette controverse en étendant la loi israélienne à la terre plutôt qu’en l’annexant.

La Crimée et les quatre provinces

En mars 2014, la Russie a annexé la péninsule de Crimée, qui faisait partie de l’Ukraine depuis 1991 et administre désormais le territoire comme deux entités fédérales : la République de Crimée et la ville fédérale de Sébastopol.

La Russie rejette l’idée qu’il s’agissait d’une annexion et la considère comme une adhésion à la Russie et considère qu’il s’agit d’une sécession résultant d’un irrédentisme. Un terme souvent utilisé en Russie pour décrire ces événements est «réunification» pour souligner le fait que la Crimée faisait partie de l’Empire russe de 1783 à 1917 et faisait partie de la République socialiste fédérative soviétique de Russie de 1921 à 1954. Peu d’États reconnaissent ce point de vue.

L’Ukraine considère la Crimée et Sébastopol comme son propre territoire. Il convient de noter que la Crimée diffère des quatre provinces en ce que :

« Dans la nouvelle Constitution de l’Ukraine, la Crimée a été déclarée « République autonome de Crimée », mais aussi « partie constitutive inséparable de l’Ukraine ». Étant une « république autonome », on pourrait affirmer qu’elle avait le droit de faire sécession, ce qu’elle prétendait faire. »

L’irrédentisme est la doctrine des mouvements politiques ou populaires qui revendiquent et cherchent à occuper (généralement au nom de la nation de leurs membres) un territoire considéré comme « perdu » (ou « non racheté ») pour la nation, sur la base de l’histoire ou de la légende. La portée est parfois sujette à des différends sur les revendications sous-jacentes de l’expansionnisme, en raison du manque de clarté sur les limites historiques des nations ou des peuples putatifs.

Ce terme fait aussi souvent référence au revanchisme, bien que la différence entre les deux soit, selon Merriam-Webster, que le revanchisme signifie la récupération d’un territoire perdu, tandis que l’irrédentisme est la réunion d’un territoire politiquement ou ethniquement déplacé, avec une population ayant le même identité nationale.

Sécession démocratique : le droit de sécession, variante du droit à l’autodétermination, est dévolu à une « communauté territoriale » qui souhaite faire sécession de « sa communauté politique existante » ; le groupe souhaitant faire sécession procède alors à la délimitation de « son » territoire à la majorité. En conséquence, les quatre provinces et la Crimée ont le droit de faire sécession.

Force est de constater que dans les deux cas, les régions séparatistes ont décidé par référendum de déclarer leur indépendance avant d’être annexées par la Russie. Bien sûr, l’Ukraine affirme que ces régions n’avaient pas le droit de faire sécession et que chaque référendum était une « imposture ».

Pourtant, la possession, comme on dit, est 9/10 de la loi et la Russie est clairement « en possession » en ce moment.

Un autre exemple de sécession est la déclaration d’indépendance du Kosovo en 2008. Le Kosovo n’est pas reconnu par la Serbie et 76 des 193 pays du monde. Reste à savoir combien de pays reconnaîtront les quatre provinces et la Crimée comme territoire russe.

Les hauteurs du Golan

En 1981, Israël a adopté la loi du Golan, qui étendait la loi israélienne aux hauteurs du Golan, capturées à la Syrie en 1967. Bien que la loi n’ait pas utilisé le terme, il a été considéré par la communauté internationale, comme une «annexion» de les hauteurs du Golan.

Les États-Unis ont reconnu les hauteurs du Golan comme faisant partie d’Israël par une proclamation présidentielle signée par le président Trump le 25 mars 2019. La proclamation citait « les actes d’agression de l’Iran et des groupes terroristes, y compris le Hezbollah dans le sud de la Syrie » comme justification pour qu’Israël maintienne sa souveraineté sur sur les hauteurs du Golan car Israël a « besoin de se protéger de la Syrie et d’autres menaces régionales ».

En réfutant un supposé double standard en reconnaissant l’annexion par Israël des hauteurs du Golan mais en imposant des sanctions à la Russie pour avoir annexé la Crimée en 2014, le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré : « Ce que le président a fait avec les hauteurs du Golan, c’est reconnaître la réalité sur le terrain et la sécurité situation nécessaire à la protection de l’État israélien. C’est ça – c’est aussi simple que ça. Un porte-parole du Département d’État a affirmé le lendemain de la proclamation qu' »Israël a pris le contrôle du Golan grâce à sa réponse légitime à l’agression syrienne visant à la destruction d’Israël ».

Un responsable israélien anonyme a fait écho aux affirmations de Netanyahu, déclarant au Washington Post que la reconnaissance des hauteurs du Golan était justifiée puisque le territoire occupé a été gagné dans une « guerre défensive »

« « Pour Israël, la décision de Trump sur les hauteurs du Golan est une évidence : elle dit que l’occupation d’un territoire gagné dans une guerre défensive est justifiable » »

Bien sûr, cela contredit la résolution 242 du CSNU, qui commençait par le préambule «Soulignant l’inadmissibilité de l’acquisition de territoire par la guerre…» et à juste titre.

Le droit international reconnaît le droit de conserver un territoire occupé dans une guerre défensive. C’est pour cette raison que Res 242 n’exigeait pas d’Israël qu’il restitue toute la terre conquise.

Judée et Samarie , Cisjordanie

Les journalistes et les politiciens parlent souvent du désir d’Israël d’annexer la Judée et la Samarie. Ils ont tort de le faire parce que ce qu’Israël parle de faire, c’est d’étendre la loi israélienne à ces terres de la même manière qu’il l’a fait dans la loi sur les hauteurs du Golan.

Cette distinction est très importante car la Judée et la Samarie ne sont pas la terre d’un autre pays. Tout ce qui est nécessaire est d’étendre la loi israélienne au territoire qui étend en fait la souveraineté israélienne à ces terres.

La Quatrième Convention de Genève (FGC) (1949) prétend protéger les civils en temps de guerre. Article 49. Les transferts forcés individuels ou collectifs, ainsi que les déportations de personnes protégées du territoire occupé vers le territoire de la Puissance occupante ou vers celui de tout autre pays, occupé ou non, sont interdits, quel qu’en soit le motif.

– La Puissance occupante ne doit pas déporter ou transférer des parties de sa propre population civile dans le territoire qu’elle occupe.

Conformément à cet article, la communauté internationale considère les colonies israéliennes comme illégales parce qu’Israël transfère une partie de sa population vers ces territoires. Mais cela ne tient pas compte du fait qu’il couvre les « transferts forcés ». Israël ne transfère personne de force ou autrement. Le mouvement des implantations est entièrement volontaire.

Tout aussi pertinent est le fait que la FGC (Frontière GlobalCenter) ne s’applique pas à ces terres.

ART. 2. — Outre les dispositions qui seront appliquées en temps de paix, la présente Convention s’appliquera à tous les cas de guerre déclarée ou de tout autre conflit armé qui pourrait s’élever entre deux ou plusieurs des Hautes Parties contractantes, même si l’état de la guerre n’est pas reconnue par l’un d’eux.

Étant donné que l’annexion de ces terres par la Jordanie n’a été reconnue que par 3 pays, ces terres ne sont pas des terres d’une Haute Partie contractante. Pour cette raison, Israël n’a pas ratifié le traité et n’est donc pas lié par celui-ci.

Néanmoins, Israël a accepté de respecter les dispositions humanitaires. Israël a une autre option. Il pourrait organiser un référendum parmi les habitants de la zone C et décider de faire sécession. Israël serait libre d’étendre la loi israélienne à la zone C, ce qui en ferait un territoire souverain israélien.

Le principe d’autodétermination en droit international

La Charte des Nations Unies est entrée en vigueur en 1945, dans laquelle l’article 1 inclut une référence à l’autodétermination. [9] Cela signifiait, pour la première fois, que l’autodétermination était reconnue dans un document juridique international officiel, affirmant qu’il s’agissait d’un droit existant. Cependant, l’absence de définition et de détails sur ce qu’implique l’autodétermination prévu dans la Charte laissait peu de possibilités d’application du droit, notamment en matière de sécession. Mais, les Pactes internationaux de 1966 ont transformé cela, en fournissant une définition substantielle de ce qui est englobé dans le droit à l’autodétermination ; « Tous les peuples ont le droit à l’autodétermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel ». [dix]

Jérusalem-Est

Le 27 juin 1967, Israël a élargi les limites municipales de Jérusalem-Ouest afin d’inclure environ 70 km2 (27,0 milles carrés) de territoire de Cisjordanie aujourd’hui appelé Jérusalem-Est. Le 30 juillet 1980, la Knesset a officiellement approuvé la loi de Jérusalem, qui qualifiait la ville de capitale complète et unie.

Bien que la loi n’ait pas utilisé ce terme, la Cour suprême d’Israël a interprété la loi comme une annexion effective de Jérusalem-Est. Le CSNU a condamné la tentative de changement de statut de Jérusalem et a déclaré la loi « nulle et non avenue » dans la résolution 478 du CSNU :

Il convient de noter que le Conseil de sécurité n’est pas un tribunal et cette résolution n’est qu’une recommandation.

En 1995, le Congrès a adopté la loi sur l’ambassade de Jérusalem, affirmant que :

(1) Jérusalem reste une ville indivisée dans laquelle les droits de chaque
groupe ethnique religieux sont protégés ;

(2) que Jérusalem soit reconnue comme la capitale de l’État d’Israël ; et

(3) l’ambassade des États-Unis en Israël soit établie à Jérusalem

Cette loi a été adoptée par le Congrès à une écrasante majorité bipartite et a été réaffirmée par un vote unanime du Sénat seulement six mois plus tard.

Conformément à cette loi, le président Trump, le 6 décembre 2020, a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël. Cependant il a ajouté :

« Nous ne prenons position sur aucune question de statut final, y compris les frontières spécifiques de la souveraineté israélienne à Jérusalem, ou la résolution des frontières contestées. Ces questions relèvent des parties concernées.

Le Congrès ne l’a pas stipulé. En fait, il faisait référence à Jérusalem comme à la ville indivisée et c’était 15 ans après qu’Israël eut adopté la loi de Jérusalem élargissant les frontières de Jérusalem pour inclure, entre autres, la partie orientale. La réserve de Trump était donc injustifiée, du moins par le Congrès.

La Cour internationale de Justice (CIJ) identifie les sources du droit international dans le Statut de la CIJ. L’Organisation des Nations Unies n’en fait pas partie, mais est un forum pour l’adoption de traités multilatéraux. De nombreux traités multilatéraux sont en effet adoptés par l’Assemblée générale puis ouverts à la signature et à la ratification. Mais ces traités ne lient que les parties qui les signent.

Voilà pour le droit international.

JForum.fr et Israël Unwired

1 COMMENTAIRE

  1. La Russie a annexé les territoires ukrainiens en commettant une agression et c’est également ce qu’elle a fait avec la Pologne et les états baltes au sortir de la 2e guerre mondiale. A l’époque, cela n’a dérangé personne, le droit international » était différent, il n’y avait pas d’intangibilité des frontières. Tous les états ont annexé des territoires appartenant à d’autres états ou éliminé d’autres états à un moment ou à un autre, et la plupart du temps suite à des agressions, et ce n’est que lorsque le nouvel Etat Juif est réapparu dans l’histoire avec ses victoires militaires que la « loi internationale » a subitement changé (on se demande pourquoi ?) et que les frontières sont devenues bizarrement intangibles. Le vaincu d’une guerre a toujours était sanctionné par la perte de territoire ou même par sa disparition pure et simple qu’il soit agressé ou agresseur et raison de plus si c’est lui l’agresseur. La Russie a tort ou à raison, avec cette guerre, nous a ramené à la réalité et nous à sorti de ce mythe d’intangibilité des frontières qui n’est qu’un concept fallacieux et irréaliste. Il est évident que maintenant les règles ont changé et cela va déranger plus d’un, ceux qui pensaient avoir fixé leurs frontières et voulaient empêcher un état en particulier à fixer les siennes même suite à des guerres défensives. Conclusion, le droit international se fixe se fixe à la tête du « client ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.