Comme d’accoutumée toxique, en France et particulièrement dans les courants du PS, on préfère faire la guerre des petites phrases, mener des combats d’arrière-garde, plutôt que de prendre le taureau par les cornes et proposer un diagnostic qui se tienne pour définir un cap politique et des mesures. Ainsi est-on sûr que le problème sécuritaire se reposera dans quelques semaines ou mois. Il est regrettable de voir que ce puisse être des élus ou politiciens assimilés, issus de la communauté qui soient les premiers à ériger le déni de réalité comme postulat idéologique. 

Guerre de civilisation : Julien Dray (PS) fustige «l’amalgame idéologique» de Manuel Valls

Julien Dray, conseiller régional d'Ile-de-France

LE SCAN POLITIQUE – L’emploi de la notion de guerre de civilisation par Manuel Valls sur Europe 1, ce dimanche, fait craindre au secrétaire national du PS qu’elle encourage une division encore accrue de la société française.

Son retour sur le devant de la scène politique au PS après une longue traversée du désert n’a pas amené Julien Dray a garder sa langue dans sa poche. Invité ce dimanche de BFM Politique, il a dénoncé avec virulence les propos tenus par Manuel Valls sur Europe 1 au sujet de «la guerre de civilisation» qui oppose la France et les organisations terroristes? «Je suis là pour appeler chacun au travail qu’il doit mener au niveau de responsabilités où il est», prévient Julien Dray, qui accuse le premier ministre d’empêcher, par ses «amalgames», l’union du pays contre le terrorisme.

«Il faut éviter la peur. Parce que chacun va assimiler son voisin à un djihadiste présupposé, chacun va assimiler toute une communauté à une menace. Le moment aujourd’hui, implique de savoir raison garder. Parce que les première victimes du djihadisme, ce sont d’abord les communautés musulmanes dans différents pays», plaide d’abord l’ancien élu. Dans le collimateur de l’ex-député: l’emploi par Manuel Valls d’expressions à ses yeux inexactes et excessives comme «islamo-fascisme» et «guerre de civilisation». «C’est le plus grave des dangers. “Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde”, disait Camus», cite Julien Dray.

«L’utilisation des mots n’est pas neutre, l’utilisation des images n’est pas neutre», s’insurge-t-il. Et le socialiste de revenir sur la notion de «guerre de civilisation»: «Mais que l’on m’explique quelles sont les civilisations qui sont en guerre? J’ai un doute parce que je ne crois pas que la civilisation arabo-musulmane soit un risque pour la civilisation chrétienne (…) Je fais attention de ne pas tomber dans les amalgames. Pour combattre le salafisme, j’ai besoin des musulmans, et de toute la communauté française rassemblée», souligne-t-il. «Il y a des raccourcis idéologiques auxquels il faut faire attention», selon lui, au risque de ne pas parvenir à unir la société dans le combat contre le terrorisme.

Éviter les raccourcis historiques

Et Julien Dray n’hésite pas à enfoncer le clou en revenant sur une autre expression de Manuel Valls, employée au lendemain des attentats de janvier, et qu’il juge tout aussi malheureuse. «C’est comme ceux qui parlent d’islamo-fascisme, c’est une erreur, et je l’ai dit au premier ministre. On pense que parce qu’on utilise le mot fascisme on va percuter l’opinion. Mais l’islam et le fascisme ce n’est pas la même chose», fustige le conseiller régional d’Île-de-France. L’occasion pour le sexagénaire de donner une leçon d’histoire: «L’expérience est utile et les années servent à ne pas recommencer les mêmes erreurs», explique Julien Dray. «En mai 1968, nous avons crié CRS = SS. Au regard de ceux qui avaient combattu le nazisme c’était une erreur», relève-t-il pour illustrer son propos. «J’appelle à ne pas sur-rajouter des termes parce que l’on pense que les raccourcis historiques ça va aller plus vite», conclut-il estimant que «ça contamine donc c’est dangereux».

Cette position très critique de Julien Dray contraste avec celle exprimée par son patron, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis. «Manuel Valls a raison: les fanatiques islamistes veulent la guerre de civilisations. Nous voulons la coexistence pacifique des civilisations», expliquait-il un peu plus tôt sur Twitter. D’autres, à la gauche du PS notamment, ne cachent pas se dimanche leur désarroi après la sortie du premier ministre. «Manuel Valls, plutôt que d’assumer une guerre de civilisation qui mène au désastre, je t’invite à méditer avec raison…», a lancé le député PS Pouria Amirshahi. Même son de cloche du côté de pascal Cherki qui regrette de voir le chef du gouvernement emprunter le vocabulaire de George W. Bush.

  • Par Marc de Boni
  • Mis à jour
  • Publié

lefigaro.fr

Il n'y a pas de sondages pour le moment.

1 COMMENTAIRE

  1. Monsieur Julien Dray , et pas camarade , car j’ai démissionné de ce parti aux premier signes dhimmitiques d’icelui à l’Islam en France , donc Monsieur , le CRS SS ne date pas de 68 car c’était alors une reprise du CRS SS des grandes grèves tragiques de 1949 , et, il était alors possible que dans les rangs des CRS nouvellement créées , se trouvent d’ex-miliciens sortis de prison pour la circonstance , nouvellement créées par qui ? Je vous laisse le loisir de vous instruire à ce sujet , entre autres sujets d’ailleurs pour les quels il serait bon que vous vous informiez un minimum ,

    il n’est pas de sauveur suprême ,
    ni allah , ni César , ni tribun

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.