Etude israélienne : un médicament anti-lipidique générique peut réduire la gravité du COVID-19

Les patients sous fénofibrate, un médicament couramment prescrit pour réduire les niveaux de graisse, ont des résultats «  étonnants  » par rapport aux autres produits administrés aux personnes atteintes de coronavirus, selon l’équipe de l’Université hébraïque

Des chercheurs de l’Université de Jérusalem affirment avoir montré qu’un médicament existant utilisé pour abaisser les taux de lipides réduit considérablement l’intensité du COVID-19, après avoir mené une étude comparative sur 1500 dossiers médicaux de patients hospitalisés.

Le fénofibrate, un médicament générique abaissant le niveau des graisses, qui fait partie des médicaments les plus prescrits aux États-Unis, semble donner aux patients un avantage «incroyable» dans la lutte contre la maladie , a déclaré le professeur Yaakov Nahmias de l’Université hébraïque de Jérusalem, qui avait déjà fait part de ses premiers constats, juillet, sur la chaîne I24News.

« C’est un médicament bon marché et largement disponible avec des effets secondaires minimes, et nous avons été ravis de constater que tous les principaux biomarqueurs indiquent qu’il réduit la gravité du COVID-19 », a déclaré Nahmias dimanche 20 décembre.  

Nahmias a passé six mois à analyser l’impact des nombreux médicaments différents pris par 1500 patients atteints de coronavirus et traités dans deux hôpitaux israéliens.

L’étude comprenait 13 sujets qui prenaient régulièrement du fénofibrate, et en avaient déjà pris avant d’attraper le coronavirus, pour traiter leurs niveaux de lipides. Le résultat se solde par une guérison plus rapide que prévu de la pneumonie induite par le virus, et concordait avec son hypothèse antérieure selon laquelle les lipides jouent un rôle dans la gravité de la maladie (on le vérifie notamment par le nombre de personnes obèses atteintes de complications graves).

Si les 13 patients avaient répondu au COVID-19 avec le même niveau de gravité que les autres dans l’étude, il y aurait eu au moins deux décès et six admissions aux soins intensifs parmi les patients prenant régulièrement du fénofibrate, mais il n’y a eu aucun décès et il n’y a eu qu’une seule admission aux soins intensifs.

Professeur Yaakov Nahmias de l’Université hébraïque de Jérusalem (avec l’aimable autorisation de l’Université hébraïque de Jérusalem)

Les résultats des essais cliniques sont encore nécessaires, mais il y a maintenant une chance «très élevée» que le fénofibrate devienne un traitement courant pour le coronavirus d’ici quelques mois, a déclaré Nahmias, directeur du Grass Center for Bioengineering de l’Université hébraïque.

Avant même la fin de l’étude sur les patients, un essai clinique international de l’Université de Pennsylvanie a été lancé, et il commence à présent un essai clinique dans la ville israélienne d’Ashkelon.

Les programmes de vaccination ne réduisent pas l’importance du fénofibrate; il faudra beaucoup de temps avant que le monde entier ne soit vacciné, durant lequel ces recherches sur les médicaments pourront encore sauver de nombreuses vies, a suggéré Nahmias. Il a noté que même après la vaccination, certaines personnes continueront d’être infectées, de sorte que des médicaments seront toujours nécessaires.

En juin, Nahmias a annoncé que des expériences dans son laboratoire indiquaient que le fénofibrate pourrait aider les patients atteints de coronavirus.

Le médicament, qui est vendu sous un certain nombre de noms de marque, est le 73e médicament le plus prescrit en Amérique. Il est conçu pour réduire les lipides appelés triglycérides, le type de graisse le plus courant.

Son équipe a émis l’hypothèse, à l’époque, que le nouveau coronavirus est aussi vicieux car il provoque le dépôt de lipides dans les poumons et que le fénofibrate pourrait décomposer les lipides et aider les patients à passer le cap de l’aggravation.

«Nous avons suggéré en juin que l’accumulation de lipides nuit aux patients atteints de COVID, et c’est exactement ce que montre cette étude », a-t-il déclaré dimanche. «Si vous encouragez la dégradation des lipides, vous résolvez l’inflammation plus rapidement et vous avez moins de mortalité.»

Une image radiographique montrant des poumons enflammés (sompong_tom via iStock by Getty Images)

Mettre cette idée à l’épreuve, sur la base des données recueillies auprès des patients du Tel Aviv Sourasky Medical Center et du Hadassah Medical Center à Jérusalem, a non seulement ouvert la voie à une éventuelle nouvelle option de traitement, mais peut également éclairer les raisons pour lesquelles les patients souffrant d’obésité et de niveaux élevés de graisse dans le corps sont si durement touchés par le COVID-19.

Nahmias a souligné que sa dernière analyse, qui doit encore être examinée par des pairs, a été réalisée à l’aide d’un système scientifique appelé appariement par score de propension, ce qui signifie que les maladies de fond, l’âge, le sexe et les autres facteurs de risque étaient identiques.

«Nos statistiques étaient très solides», a-t-il déclaré. «Sur la base de l’échantillon global, parmi les patients qui prenaient du fénofibrate avant et pendant leur maladie à la COVID-19, il aurait dû y avoir deux à trois décès, et cela aurait dû prendre environ 14 jours pour résoudre leur pneumonie.

«Mais il n’y a eu aucun décès, moins d’admissions que prévu dans les services intensifs, et bien que tous les patients [fénofibrate] souffraient de pneumonie, il leur a fallu trois à cinq jours pour se remettre d’une pneumonie. C’est stupéfiant. »

La composition chimique du médicament hypolipidémiant fénofibrate. Les atomes sont représentés par des sphères avec un code couleur conventionnel: l’hydrogène (blanc), le carbone (gris), l’oxygène (rouge), le chlore (vert) (iStock)

Oren Shibolet, un médecin senior du Tel Aviv Sourasky Medical Center qui a fourni à Nahmias des données sur les patients de son institution souffrant de coronavirus, a déclaré que même si seuls 13 patients coronavirus prenant du fénofibrate ont été étudiés, les résultats sont importants.

«Les différences observées entre eux et les autres patients étaient très significatives statistiquement, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas être expliquées par hasard», a-t-il déclaré. «Il existe un phénomène biologique chez ces patients.»

Nahmias a déclaré que son équipe avait également constaté que les patients prenant du fénofibrate présentaient des indications d’une meilleure fonction pulmonaire, des fonctions respiratoires et des niveaux de protéine C-réactive, qui sont un indicateur d’inflammation pulmonaire, que d’autres patients, y compris ceux prenant des statines.

Nahmias a récemment lancé une étude clinique de phase 3a du médicament sur des patients atteints de coronavirus à l’hôpital Barzilai d’Ashkelon. L’étude est en partie financée par Les laboratoires Abbott, qui vendent le médicament sous le nom de Tricor et qui a fait l’objet d’un examen minutieux dans les cercles universitaires pour son marketing zélé. Cependant, Nahmias a déclaré qu’avant cela, il n’avait reçu aucun financement d’aucune des diverses entreprises qui fabriquent des médicaments à base du générique de fénofibrate.

Marc Brzustowski à partir de : Early clinical data demonstrates the efficacy of existing drug in treating COVID-19

news-medical.net/

5 Commentaires

  1. C’est un médicament à base de statines , je suppose, comme le Crestor pour faire baisser le cholestérol .
    C’est vrai que beaucoup de personnes en prennent .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.