CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 82

Cisjordanie : Israël utilise la reconnaissance faciale pour lutter contre le terrorisme.

L’armée israélienne a mis au point un système de reconnaissance faciale pour ficher des terroristes Palestiniens en en Judée Samarie, a indiqué une organisation israélienne ayant recueilli des témoignages de soldats, confirmant des informations de presse.

Selon le journal américain Washington Post, l’armée israélienne utilise depuis deux ans une technologie appelée «Blue Wolf» («Loup bleu») par laquelle des soldats photographient les visages de Palestiniens avec leurs téléphones portables, avant que les images ne soient envoyées à une base de données qui indique ensuite si la personne photographiée doit être arrêtée ou laissée libre, en fonction d’informations déjà en possession des forces israéliennes.

Le Washington Post s’est basé sur les témoignages de plusieurs anciens soldats partagés auprès de l’organisation israélienne anti-occupation «Breaking the Silence», qui offre sous le couvert d’anonymat une plateforme aux militaires pour dénoncer les agissements selon eux condamnables de l’armée, chargée d’assurer la sécurité en Judée Samarie.

Les soldats israéliens «sont envoyés pour patrouiller dans des villes et des villages avec une sorte de smartphone et prennent des photos de chaque Palestinien qu’ils voient, de façon complètement arbitraire», a expliqué Ori Givati, un des responsables de l’ONG «Breaking the Silence». Après avoir pris une photo, leur téléphone s’affiche en rouge s’il faut procéder à une arrestation, en jaune s’il faut détenir momentanément la personne avant de consulter la hiérarchie ou en vert s’il n’y a pas lieu d’agir, a précisé Ori Givati, dont l’organisation a recueilli les témoignages concordants de six soldats.

«Tout le monde est un ennemi»

«Il y a une compétition entre les soldats (…) et même des récompenses», a-t-il ajouté. «Le message que l’on donne (aux soldats) est: tout le monde est un ennemi, vous devez tous les soupçonner», a affirmé le directeur-adjoint de l’ONG, Nadav Weiman, lors d’une visite mardi avec l’AFP à Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

Dans cette ville poudrière où vivent 200.000 Palestiniens, et 1000 juifs sous haute protection militaire israélienne dans le centre, l’armée a renforcé son dispositif de caméras à reconnaissance faciale, selon «Breaking the Silence». Dans le centre-ville, Zoulaikha Muhtase, une habitante palestinienne de 59 ans, se désole d’être «cernée par les caméras». «C’est une violation. Personne n’aimerait être surveillé constamment», a-t-elle dit . Sauf que c’est le prix de la sécurité pour tout le monde, et que l’angélisme suicidaire de certains groupes promoteurs de la subversion, n’est qu’une façade humanitaire, dont le but est d’affaiblir Israël.

Sollicitée par l’AFP sur cette affaire, l’armée israélienne a dit mener des «opérations sécuritaires de routine» en Cisjordanie visant à «lutter contre le terrorisme» et «à améliorer la qualité de vie» des Palestiniens. «Naturellement, nous ne pouvons pas commenter les capacités opérationnelles de l’armée dans ce contexte», a-t-elle ajouté.

«L’un des soldats avec qui nous avons parlé nous a dit: Jamais je n’accepterais qu’un tel système soit instauré dans mon quartier», a indiqué à l’AFP Ori Givati. Les soldats «étaient choqués des choses qu’on leur a demandé de faire». «Nous parlons d’une nouvelle chape de contrôle que l’on se permet de mettre en placer sur le peuple palestinien», a-t-il fustigé. Sauf que grâce à Dieu, il ne représente que lui-même, et qu’il est insignifiant au regard de la sécurité du peuple d’Israël.

Au demeurant, il n’y a pas que les terroristes palestiniens qui sont ainsi fichés, mais tous ceux qui peuvent présenter un danger pour l’État d’Israël, comme on le voit à l’aéroport Ben Gourion. Le principe de la sécurité consiste à agir de manière préventive, et non après qu’un acte terroriste ait fait des victimes. Et dans le cas d’espèce ramener tout aux Palestiniens indique une volonté de tout maquiller par la victimisation.

JForum – AFP corrigé

1 COMMENTAIRE

  1. Les gens de « breaking the silence » s’inquiètent pour leurs petits « fréres palestiRIENS » mais pas pour les membres de leur famille qui sont eux aussi des cibles. Leurs maîtres doivent les payer cher pour faire taire leur conscience ou bien n’en ont-ils pas et cela ne leur coûte que des broutilles ? Je suppose que ce sont des pauvres « malheureux » inclassables professionnellement et que personne ne veut embaucher ( on se demande pourquoi ?).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.