Israël et le monde libre sont de plus en plus en danger grâce à « l’aide » américaine

par Guy Millière

Le Hamas utilise non seulement ses civils comme boucliers humains, mais il pourrait bien être le premier gouvernement de l’histoire à vouloir voir son propre peuple tué afin de rejeter la responsabilité de sa mort sur un autre pays, Israël. Pendant ce temps, Israël fait tout son possible – au péril de la vie de ses soldats – pour ne pas commettre de crimes contre l’humanité ni bombarder sans discernement, comme le fait la Russie en Ukraine.

« Israël a mis en œuvre plus de mesures pour éviter les pertes civiles que n’importe quelle autre nation dans l’histoire », a écrit John Spencer, directeur des études sur la guerre urbaine au Modern War Institute de West Point.

Depuis des décennies, de nombreux pays du monde arabe souhaitent rayer Israël de la carte. A chaque fois, ils ont échoué. Leur projet consiste à tenter de détruire l’État juif et de tuer tous les Juifs, comme l’exige la Charte du Hamas de 1988. Personne dans un pays occidental ne pourrait le soutenir sans être considéré comme un antisémite.

Un changement radical se produit cependant en 1964. L’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est fondée et le mythe de la « cause palestinienne » est inventé. Zuheir Mohsen (زهير محسن), un des principaux membres de l’OLP responsable du massacre de Damur, a admis :

« Le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un Etat palestinien n’est qu’un moyen de poursuivre notre lutte contre l’Etat d’Israël pour notre unité arabe. En réalité, aujourd’hui, il n’y a aucune différence entre les Jordaniens, les Palestiniens, les Syriens et les Libanais.

« Ce n’est que pour des raisons politiques et tactiques que nous parlons aujourd’hui de l’existence d’un peuple palestinien, puisque les intérêts nationaux arabes exigent que nous postulions l’existence d’un « peuple palestinien » distinct pour s’opposer au sionisme. Pour des raisons tactiques, la Jordanie, qui est un pays souverain, un État avec des frontières définies, ne peut pas revendiquer Haïfa et Jaffa, alors qu’en tant que Palestinien, je peux sans aucun doute exiger Haïfa, Jaffa, Beer-Sheva et Jérusalem. Cependant, le moment où nous réclamerons notre droit à l’ensemble de la Palestine, nous n’attendrons pas. ne serait-ce qu’une minute pour unir la Palestine et la Jordanie. »

Une « lutte de libération nationale » a en fait été fabriquée par le KGB de l’Union soviétique, selon Ion Mihai Pacepa, qui a servi de 1972 à 1978 comme chef adjoint des services de renseignement extérieurs roumains et conseiller du dictateur roumain Nicolae Ceausescu. Pacepa a dit :

« L’OLP et le récit palestinien ont été imaginés par le KGB, qui avait un penchant pour les organisations de ‘libération’.« 

« Tout d’abord, le KGB a détruit les actes officiels de naissance d’Arafat au Caire et les a remplacés par des documents fictifs affirmant qu’il était né à Jérusalem et qu’il était donc palestinien de naissance. »

« Selon [le dirigeant soviétique Yuri] Andropov, le monde islamique était une boîte de Pétri en attente dans laquelle nous pouvions nourrir une souche virulente de haine envers l’Amérique, issue de la bactérie de la pensée marxiste-léniniste. L’antisémitisme islamique était profond… Il nous suffisait de répéter sans cesse nos thèmes : les États-Unis et Israël étaient des « pays fascistes, impérial-sionistes » financés par de riches Juifs. »

Israël n’était plus décrit comme un petit État juif assiégé par des pays arabes beaucoup plus grands et puissants, remplis d’intentions méprisables. Israël a été soudainement présenté comme une puissance « impérialiste » opprimant un petit peuple démuni et ayant soi-disant volé ses terres. Les actes terroristes anti-israéliens ont été présentés comme de la « résistance ». Le but était de séduire l’Occident ; et il fut vite séduit.

Un « processus de paix » illusoire a commencé. En réalité, c’était un processus de guerre. Les zones de l’AP sont devenues une base pour des attaques anti-israéliennes sanglantes dont l’intensité n’a pas diminué jusqu’à ce qu’une barrière de sécurité, commencée en 2002, soit en grande partie achevée en 2007.

Qualifié par Andrew Roberts de « Churchill du Moyen-Orient », [le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu] voit évidemment qu’Israël n’a pas de « partenaire pour la paix ».

La « Palestine » est devenue membre de l’UNESCO en 2011, alors même que l’Autorité palestinienne continue de soutenir le terrorisme et est donc une entité terroriste. Cette récompense pour le terrorisme marquait la première fois qu’une entité terroriste se voyait accorder un siège dans une organisation censée promouvoir la paix mondiale.

Les soi-disant organisations de défense des droits de l’homme, ainsi que les médias et les soi-disant établissements d’enseignement, ont été complices.

Les universités et collèges américains ont reçu des dons « sans date de réception enregistrée ni déclarée » actuellement estimés à 22 milliards de dollars. [« Plus de 50 % de cette somme provient de gouvernements autoritaires et antidémocratiques du Moyen-Orient… »]

Après ces milliards, dans presque toutes les universités des États-Unis, l’histoire du Moyen-Orient est enseignée conformément à la « cause palestinienne ». Personne ne dit que cette « cause » a été inventée en 1964.

L’administration Biden critique rarement, voire jamais, l’Autorité palestinienne, ni le Hamas et ses sponsors, le Qatar et l’Iran.

L’administration Biden laisse également de côté le fait que l’Autorité palestinienne – qui paie son peuple à vie s’il assassine des Juifs – est toujours une entité terroriste et la traite plutôt comme si elle était un interlocuteur légitime.

Comme l’État de Palestine n’existe pas réellement, décider de le « reconnaître » ne le fera pas naître. Au contraire, cette annonce renforcera les actions belliqueuses de l’Autorité palestinienne et la méfiance des Israéliens. Les Israéliens ont clairement vu les Palestiniens violer un cessez-le-feu officiel le 7 octobre ; meurtres, viols, tortures, enlèvements et déclenchement d’une guerre non provoquée ; puis se plaindre auprès de la communauté internationale lorsque les Israéliens ont été suffisamment inconsidérés pour riposter.

La précipitation de l’Espagne, de l’Irlande et de la Norvège ne peut qu’amener les dirigeants du Hamas et leurs partisans à penser que le terrorisme fonctionne et produit des résultats. Attendez simplement qu’ils réessayent en Europe, surtout après que l’Iran aura sa bombe nucléaire.

Si le Hamas parvient à survivre à la guerre actuelle – comme le souhaitent apparemment ses patrons, le Qatar, l’Iran et l’administration Biden – le Hamas pourra continuer à organiser des actes terroristes. En fait, Ghazi Hamad, responsable du Hamas, a promis de faire exactement cela :…

Actuellement, malgré les pressions, les trahisons et les tentatives de déstabilisation, Netanyahu tient bon et se bat. Il ne semble avoir aucune illusion sur ce qui se passera si le Hamas, une fois les combats terminés, est autorisé à continuer de représenter une menace terroriste.

Bien entendu, le Hamas, le Qatar et l’Iran ne veulent pas s’arrêter ; ils veulent que la communauté internationale et l’Amérique disent à Israël d’arrêter – définitivement – ​​et de les laisser libres de poursuivre leurs attaques.

Le Hamas s’intéresse uniquement à un « cessez-le-feu permanent » de la part d’Israël, et non à une pause temporaire. Pourquoi devraient-ils accepter une pause alors qu’ils voient le monde entier attaquer Israël ? Pour eux, tout le monde malmène Israël : on dirait qu’ils sont en train de gagner.

Aujourd’hui, les États-Unis tenteraient apparemment de conclure un accord séparé pour libérer les cinq otages américains, laissant ainsi les 120 autres otages et Israël dans l’impasse. Certains estiment qu’au moins un tiers d’entre eux ont été tués. Ce serait le triomphe ultime: que les États-Unis accordent à l’agresseur, le groupe terroriste Hamas, une grosse récompense pour son massacre, afin de l’inciter à s’endormir avant les élections de novembre.

Pour les Saoudiens, la dernière chose qu’ils veulent, c’est un État palestinien. Ils ne peuvent tout simplement pas le dire publiquement.

Pendant quatre ans, les ennemis d’Israël sont restés largement impuissants et silencieux. Il serait très utile pour le monde libre, les États-Unis et même les Palestiniens endoctrinés et gouvernés de manière épouvantable de retrouver ces politiques.

Le Dr Guy Millière, professeur à l’Université de Paris, est l’auteur de 27 ouvrages sur la France et l’Europe.

JForum.fr avec www.gatestoneinstitute.org

Sur la photo : des terroristes du Hamas laissent des enfants jouer avec leurs fusils automatiques, dans la ville de Gaza, le 14 juin 2021. (Photo de Mahmud Hams/AFP via Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires