Israël accepte les conditions provisoires du cessez-le-feu à Gaza

Israël fait un pas vers la paix en acceptant le plan Biden à Gaza

C’est un geste significatif qu’a fait Israël en acceptant le cadre du cessez-le-feu proposé par le président américain Joe Biden pour mettre fin au conflit meurtrier à Gaza. Malgré les réserves légitimes, le gouvernement Netanyahu montre ainsi sa volonté de donner une chance à la diplomatie pour résoudre cette crise.

En souscrivant à ce plan en trois étapes, Israël réaffirme ses priorités absolues : la libération de tous les otages détenus par le Hamas et l’arrêt des activités terroristes de ce groupe islamiste radical. Le Premier ministre Netanyahu reste ferme sur ces exigences essentielles de sécurité pour son pays.

En souscrivant à ce plan en trois étapes, Israël réaffirme ses priorités absolues : la libération de tous les otages détenus par le Hamas et l’arrêt des activités terroristes de ce groupe islamiste radical. Le Premier ministre Netanyahu reste ferme sur ces exigences essentielles de sécurité pour son pays.

Le plan de paix en trois étapes mis sur la table par le président américain Joe Biden a été élaboré à partir des propositions du gouvernement israélien de Benjamin Netanyahu. Il offre une feuille de route progressive pour mettre un terme aux affrontements meurtriers dans la bande de Gaza.

La première phase intérimaire durerait six semaines. Elle impliquerait un cessez-le-feu immédiat sur le terrain ainsi que la libération par le Hamas des otages les plus vulnérables : les femmes, les enfants, les personnes âgées et les blessés. Dans le même temps, les forces israéliennes se retireraient des zones à forte densité de population à Gaza, permettant une augmentation conséquente de l’acheminement de l’aide humanitaire.

Pendant cette période, Israël et le Hamas seraient appelés à négocier les conditions pour parvenir à la deuxième phase : l’instauration d’une trêve permanente sur le long terme ainsi que la libération de l’ensemble des otages encore détenus.

La phase finale viserait à jeter les bases d’une paix durable avec un vaste plan de reconstruction économique pour Gaza et la libération définitive des derniers otages.

 

Israël se doit d’explorer d’abord la voie d’un règlement négocié. C’est la preuve d’un pragmatisme responsable, animé par le souhait d’éviter de nouvelles souffrances aux populations civiles palestiniennes.

Le plan Biden offre une perspective crédible pour faire taire les armes, reconstruire Gaza et marginaliser définitivement les fauteurs de troubles du Hamas. Mais Israël ne fera aucune concession qui compromettrait sa sécurité et son droit légitime à l’autodéfense.

En acceptant ce cadre, Israël tend une nouvelle fois la main à un partenaire crédible pour la paix. C’est au Hamas désormais de saisir cette opportunité en libérant les otages et en renonçant au terrorisme et au bellicisme destructeur.

La balle est dans le camp des extrémistes palestiniens. S’ils persistent dans leur idéologie génocidaire aux relents antisémites, Israël restera intransigeant pour les combattre et protéger ses citoyens. Mais le gouvernement israélien a montré qu’il était prêt à emprunter la voie de la négociation pour obtenir une paix durable et juste.

Si le cessez-le-feu proposé par Biden venait à se concrétiser, il poserait cependant une réelle difficulté pour Israël au regard de ses objectifs de guerre initiaux. En effet, la cessation totale des opérations militaires de Tsahal dans la bande de Gaza risque fort de permettre au Hamas de se reconstituer et de survivre en tant qu’organisation.

Or, l’un des buts majeurs poursuivis par Netanyahu en lançant cette offensive était justement d’en finir avec la menace et de déraciner complètement les infrastructures terroristes du Hamas à Gaza. Un retrait prématuré des forces israéliennes remettrait en cause cet objectif stratégique de longue haleine.

On peut légitimement s’interroger sur la capacité d’Israël à obtenir des garanties suffisantes dans le cadre du plan Biden pour empêcher le Hamas de se renforcer à nouveau par la suite. Les précédentes expériences ont montré la détermination inébranlable des radicaux palestiniens à ne jamais renoncer à leur idéologie belliqueuse.

Si aucun mécanisme robuste de démantèlement du Hamas et de désarmement n’est mis en place, le risque est grand de voir Israël contraint de réintervenir militairement dans quelques années pour écraser une nouvelle fois la menace terroriste. Un scénario que le gouvernement Netanyahu voudra absolument éviter.

Il faudra donc la plus grande fermeté dans les négociations à venir pour que la libération des otages et un cessez-le-feu ne se fassent pas au prix de concessions mal avisées. L’éradication du Hamas en tant que force armée doit demeurer l’objectif ultime, sans quoi cette nouvelle guerre n’aura servi à rien.

Nous espérons de tout cœur voir le retour des otages. Mais il est difficile de croire aujourd’hui que le Hamas acceptera réellement de les libérer. Israël a été trop souvent déçu par les mensonges et les manœuvres dilatoires des radicaux palestiniens. C’est tout un pays qui espère maintenant.

Jforum.fr

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Franck DEBANNER

Deux article consécutif de propagande de vermine gauchiste juive ! ! !

C’est Byzance !

Mais bon, l’essentiel, c’est que la vermine peut se masturber avec ses fantasmes morbides de cessez-le-feu, l’essentiel, c’est que l’extermination des déchets continue ! ! !

Jacques

Ca n’est pas Biden qui a proposé ce plan, c’est Israel ! Biden a bien dit que c’etait un plan israélien. Ce plan inclut le désarmement du Hamas. Donc forcement, Israel accepte le plan qu’il a fait.

Asher Cohen

Excusez-moi, mais sur le tableau décrivant les 3 phases du plan, dans cet article, je ne vois nulle part précisé ni la reddition, ni le désarmement, du hamas. De plus, si l’extrême-droite se retire de la coalition, le gouvernement de Netanyahou tombe. Enfin, je verrais mal le hamas accepter d’être désarmé et exclu du pouvoir à gaza, donc je ne crois pas dans ce plan.

Asher Cohen

Article extrêmement flou. Le hamas est actuellement sur les talons, et depuis le contrôle de l’axe de Philadelphie, il est pris dans un nœud coulant qui se resserre de plus en plus. Il a donc tout intérêt à chercher à obtenir l’arrêt de la guerre par la négociation. Le problème c’est qu’on ne voit pas ce qu’Israël aurait à gagner à négocier ? Cela m’étonnerait que le hamas détienne, encore après 8 mois de guerre, et de plus à lui tout seul, ne seraient-ce que les cadavres des 125 otages restants. De plus, le hamas n’est pas crédible pour renoncer à son idéologie génocidaire des Juifs. Il serait difficile de croire qu’en déclarant que cette guerre ne se terminera qu’avec la destruction du hamas, Netanyahou veuille donner la moindre chance à la diplomatie.

La négociation ce n’est pas de l’humanisme, c’est toujours manœuvrer pour le pouvoir et la position, et au moins depuis le 7 octobre dernier, Netanyahou a acquis la réputation d’être dur et refuser tout compromis. Dans la négociation, celui qui rêve que la gentillesse amènerait la gentillesse, est toujours condamné à l’échec. En théorie, Netanyahou a besoin d’assurer les intérêts d’Israël, donc la destruction du hamas, et de l’autre côté, il devrait faire affaire de bonne foi, faire des concessions et gagner la confiance du hamas, qui lui ne renonce pas à son idéologie génocidaire des Juifs? Dans la négociation, la confiance n’est pas une question de morale, mais une autre manœuvre de guerre. C’est poursuivre la guerre contre le hamas par d’autres moyens. Ici, Netanyahou, comme le hamas, se moquent pas mal de rompre leurs engagements.

Il y a 2 types de négociateurs, les guerriers et les commerçants. Ici Netanyahou négocie avec des guerriers, donc sans pitié. Il tient le gros bâton dans la main, tout en parlant doucement et gentillement. Le hamas sait que Netanyahou tient le bâton et que cela fait mal. Je pense donc que Netanyahou négocie pour gagner du temps et faire le complaisant à l’international, mais tout en continuant à avancer avec la guerre.

marco darmon

pour moi cher asher bibi a vendu son ame aux usa pour que biden gagne l election de nov 24 pour moi bibi est un pauvre con un smartoute , un pardane , un mamzer , un traitre pour tjr comme les ex pm likoud vendent leurs ames pour faire plaisir aux usa , bibi ne merite plus d etre pm et il a été pm grace aux 15 députés de ben gvir et smotric et meme pas bibi a donner une importance a ben gvir comme vice pm par exemple quel honte «  » bibi prefere gantz qui lui plante un couteau dans le dos en etant aller aux usa sans en avertir bibi ou encore gallant qui se permets de parler comme un pm en disait qu il voudrait donner gaza aux fatahnik alors que des martyrs el aksa ont participer au pogrom du hamas le 7/10/23 et je ne comprends pas pourquoi bibi ne vire pas ni gantz ni gallant ni eizencott qui jouent un drole de jeu dans le cabinet de guerre auquel meme pas des ministres likoud y participent comme avi dichter par exemple miri regev ou meme ben gvir et smotric qu il a ecarté de ce cabinet !::

a quoi joue t il bibi ??? et pourquoi le compité central du likoud ne vire pas bibi et prendre une autre personne comme pm comme miri regev par exemple ??? elle soutient ben gvir et smotric contre le fait qu israel s ets vendu aux usa et meme encore pire comme me disait mon ex femme israelienne ex officier de tsahal ma dit pourquoi israel se laisse bombarder par le hezbollah sans repliquer durement ?? et moi j accuse le frayere de bibi le mamzer le malhonnete qui est en train de faire tomber israel qui peut pas repliquer au hezbollah sans l aval des usa «  » qui ont peur que le proche orient s embrase «  » ???,

comme cette enculé de amos hochstein fils d israeliens partis vivre aux usa a vendu son ame aux democrates pour preferer soutenir le liban qu israel alors peut etre il est né en israel voila comment sont devenus des traitres juifs qui ont oublier d ou ils viennent !!

ces achkenazes qui ont quitter israel pour aller vivre aux usa se sont vendus aux usa pour oublier d ou ils viennent ont oublier que leurs familles en europe ont été decimé par les allemands et une fois vivants aux usa ils se sentent plus concernés par israel mais plutot par les usa ou ils vivent desormais !!!

HELAS LE LIKOUD A VENDU SON AME ET BIBI AU LIEU D ETRE DUR VIS A VIS DE BIDEN BIBI A MONTRER COMME LA DIT TRUMP QUE BIBI EST UN PAUVRE TYPE QUI VA SALUER BIDEN ET CHERCHE A ALLER AUX USA POUR FAVORISER BIDEN QUE TRUMP ET YA DE QUOI QUE TRUMP EST TRES EN COLERE CONTRE BIBI ET LA JE LUI DONNE RAISON CAR SI TRUMP GAGNE EN NOV 24 BIBI SERA NIQUE ET GRILLER PAR TRUMP QUEL PAUVRE CON ET PAUVRE TYPE CE BIBI §§§