Iran: le chef de la Force Quds de plus en plus contesté

Les critiques se font de plus en plus ouvertes à Téhéran envers le général Esmaïl Qaani, commandant de la Force Quds et successeur du mythique général Qassem Soleimani, éliminé par les Américains en janvier 2020.

Le général Esmaïl Qaani est accusé de faiblesse et de ne plus contrôler d’une main de fer les milices chiites pro-iraniennes qui agissent en Irak et en Syrie, comme c’était le cas à l’époque de son prédécesseur. Ces milices agissent de plus en plus de manière autonome et font peu de cas du général Qaani.

Le plus grand échec reproché au nouveau commandant de la Force Quds a été le résultat des dernières élections législatives en Irak qui ont vu une cuisante défaite de la coalition des milices chiites pro-iraniennes dont la représentation au parlement a baissé de manière significative.

Autre revers pour le général Qaani, la création  d’un « comité de coordination de la résistance irakienne » formé de milices chiites qui ne sont plus prêtes à recevoir leurs instructions de Téhéran. Elles ont notamment refusé la demande iranienne de cesser les attaques contre l’ambassade et les bases militaires américaines en Irak.

Photo Wikipedia

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.