AVIS : Kissinger – le diplomate qui a façonné le monde mais est resté une énigme

Par le professeur Colin Shindler, chercheur principal en études israéliennes à la SOAS

Henry Kissinger dans l'aile ouest lorsqu'il était conseiller à la sécurité nationaleHenry Kissinger dans l’aile ouest lorsqu’il était conseiller à la sécurité nationale

« Ce personnage absurde aux lunettes cerclées d’écaille, à côté duquel James Bond devient une création sans saveur. Il ne tire pas, n’utilise pas ses poings et ne saute pas d’automobiles à grande vitesse comme James Bond, mais il donne des conseils sur les guerres, met fin aux guerres, prétend changer notre destin et le change effectivement.

C’est ce qu’a écrit l’écrivaine italienne Oriana Fallaci il y a plus de 50 ans après avoir interviewé Henry Kissinger, décédé à l’âge de 100 ans.

En 1972, Kissinger est au sommet de sa gloire. Les médias l’ont surnommé « Superman, Superstar, Superkraut ».

Il était l’ultime fixateur diplomatique et le sujet de satire, de chansons et de romans. Pourtant, pour beaucoup de ceux qui ont écrit en profondeur sur lui, le ton diffus a toujours été « Kissinger, le juif du placard ».

Heinz Kissinger – comme on l’appelait alors – est né dans la République troublée de Weimar et a été témoin de l’ascension spectaculaire d’Hitler dans sa ville natale de Efürth.

Sa famille part finalement en août 1938, passant une semaine à Golders Green avant de se rendre à New York. Trente ans plus tard, il sortit de l’obscurité académique pour devenir le Dr Folamour des administrations du président Nixon.

La famille de Kissinger était composée de juifs orthodoxes et de patriotes allemands, élevés par Goethe et Heine mais éloignés du sionisme.

Il a rejoint le groupe de jeunesse « Ezra » de l’orthodoxe non sioniste Aguda. Ses écrits de cette époque indiquent qu’il pouvait écrire en hébreu.

La prise de distance de Kissinger par rapport à son milieu s’est produite au cours de son adolescence et de son intégration dans la société américaine.

Kissinger était un personnage complexe, pas exactement un républicain, parfois un libéral, parfois un conservateur, mais toujours quelqu’un qui embrassait la réalité – telle qu’il la voyait – et dédaignait la moralisation.

Il a mis fin à la guerre du Vietnam et forgé des relations avec la Chine de Mao, mais a également été l’instigateur des bombardements massifs du Cambodge et du renversement du gouvernement démocratiquement élu de Salvador Allende au Chili en faveur d’une dictature militaire brutale.

Lorsqu’Israël fut assiégé au début de la guerre du Kippour, lui et Nixon autorisèrent un pont aérien urgent d’armes. La pression américaine a ensuite gelé la guerre et empêché une nouvelle avancée de Tsahal.

Kissinger a ensuite réuni les parties belligérantes à Genève dans l’espoir d’obtenir une paix significative, mais sa diplomatie de navette s’est avérée un échec improductif. La droite israélienne a organisé des manifestations contre les visites de Kissinger en Israël, le qualifiant de « garçon juif » qui n’était pas recherché.

Il y a quelques années, j’ai eu la chance de déjeuner avec quelques autres universitaires en études israéliennes avec Henry Kissinger.

Nous pourrions poser une seule question à notre invité. Tous mes collègues américains l’appelaient « Monsieur le Secrétaire d’État » et lui demandaient son avis sur Israël.

En tant que seul Européen présent, j’ai décidé de lui poser une question sur la communauté juive soviétique et ses efforts pour parvenir à une détente avec Moscou, souvent au prix d’une rétrogradation de la cause des Juifs soviétiques.

Je lui ai également demandé si le rêve d’une nouvelle Russie du prix Nobel de la paix et grand partisan des Juifs soviétiques, Andreï Sakharov, était désormais mort et enterré.

En me répondant, le grognement teutonique de Kissinger devint plus fort et son discours plus animé.

Il a laissé entendre que la Russie d’aujourd’hui n’était pas l’Union soviétique de Brejnev, mais que l’aspiration de Sakharov à une Russie fondée sur la démocratie et l’État de droit n’était pas morte mais affaiblie. Bien sûr, c’était une époque où il y avait une opposition à Poutine et l’espoir que les choses changent.

Kissinger a déclaré qu’il rencontrait Poutine plusieurs fois par an pour discuter. Pourtant, il a également commenté qu’il n’arrivait à rien avec lui et qu’il le trouvait insondable.

La technique de Kissinger consistait à utiliser des réserves pour nuancer sa dernière explication, laissant son auditeur perplexe quant à sa véritable opinion. Mais à propos de Poutine, il a été clair et sans équivoque.

La vie privée d’Henry Kissinger était en effet privée et peu de gens avaient accès à l’homme intérieur, y compris ses biographes. La manière dont il comprenait sa judéité est encore difficile à percevoir en dehors de l’étrange référence au rationalisme de Spinoza.

Kissinger restait silencieux lorsque Nixon faisait des explosions antisémites tandis que la communauté juive américaine ne lui était pas favorable et le considérait en partie comme un shtadlan – un juif de cour.

Kissinger appartient désormais à l’histoire et il figurera parmi les grands diplomates du passé dont la vision a façonné le monde dans lequel ils vivaient.

JForum.fr avec www.jewishnews.co.uk

Compléments JTA:  Kissinger et le judaïsme

La négation de l’identification juive de Kissinger a peut-être été nécessaire pour un homme qui s’est élevé plus haut dans le pouvoir exécutif que n’importe quel Juif avant lui, et ce, sous un président, Richard Nixon, connu pour nourrir une profonde animosité anti-juive. D’autres y voient un emblème du côté machiavélique de Kissinger et de son adhésion à la realpolitik, l’approche intransigeante de la diplomatie qui évite les préoccupations morales au profit d’évaluations brutes des intérêts nationaux.

Après que le Premier ministre israélien Golda Meir ait pressé Nixon en 1973 de s’attaquer au sort des Juifs soviétiques, Kissinger a prononcé un discours sans ménagement.

Golda Meir et Henry Kissinger en Israël en 1974. (William Karel/Gamma-Rapho via Getty Images)

« L’émigration des Juifs d’Union soviétique n’est pas un objectif de la politique étrangère américaine », a déclaré Kissinger, selon les enregistrements du Bureau Ovale.

 Kissinger a ensuite revendiqué le mérite des 100 000 Juifs soviétiques qui ont émigré grâce à la « diplomatie tranquille » de Nixon.

D’autres éléments du dossier de Kissinger suggèrent également un verdict plus nuancé sur son approche des préoccupations juives. Au plus fort de la guerre du Kippour en 1973, Nixon ordonna un pont aérien d’urgence de ravitaillement pour une armée israélienne en difficulté, et des mémos de l’époque montrent Kissinger s’opposant à la réticence du Pentagone à le mettre en œuvre.

Plus tard, les efforts de Kissinger pour mettre fin à la guerre ont donné naissance au terme « diplomatie de la navette ».

Deux ans plus tard, alors que Kissinger devenait de plus en plus frustré par l’intransigeance israélienne qui se retirait des zones du Sinaï conquises lors de la guerre de 1967, il poussa Ford à procéder à une « réévaluation » des relations avec Israël. Cela a précipité une crise profonde entre la Maison Blanche et le gouvernement israélien, mais cela a finalement débouché sur un accord israélo-égyptien visant à résoudre pacifiquement les différends en suspens, ce qui a ouvert la voie au traité de paix qui a suivi quatre ans plus tard.

« Il est impossible de raconter l’histoire de Camp David et du traité de paix égypto-israélien sans mentionner Kissinger et la navette diplomatique de 1973 », a déclaré l’historien Gil Troy. « Si vous voulez adhérer à l’approche de l’amour dur plutôt qu’à l’amour-amour des relations américano-israéliennes, le meilleur exemple serait la réévaluation de mars 1975. »

Le secrétaire d’État Henry Kissinger rencontre le président américain Richard Nixon, Maison Blanche, Washington, DC, États-Unis, photographie de Marion S. Trikosko, 22 mars 1974. (Photo par : Universal History Archive/Universal Images Group via Getty Images)

Troy rapporte également un incident moins élogieux à propos de Kissinger dans son livre de 2013 «Moynihan’s Moment». Alors que l’ambassadeur américain Daniel Patrick Moynihan menait une bataille très publique contre la résolution sur le sionisme et le racisme aux Nations Unies, Kissinger a riposté avec force, craignant que cela ne sape ses efforts pour apaiser les tensions avec l’Union soviétique, grommelant à un moment donné : « Nous sommes conduire la politique étrangère. … Ce n’est pas une synagogue.

Nixon aimait taquiner Kissinger à propos de ses origines juives et de son accent. Le président a rappelé plus tard qu’il avait dit à Meir qu’ils avaient tous deux des ministres des Affaires étrangères juifs, faisant référence à Kissinger et Abba Eban. « Oui, mais le mien parle anglais », a répondu Meir, au grand amusement de Nixon.

Après avoir quitté ses fonctions, Kissinger a semblé perdre une partie de sa réticence à être perçu comme le champion d’Israël, déclarant dans un discours de 1977 que « la sécurité d’Israël est un impératif moral pour tous les peuples libres ». Au cours des décennies qui ont suivi, il a publiquement défendu les intérêts israéliens, arguant que l’absence de paix au Moyen-Orient était le produit de l’intransigeance arabe et exprimant son scepticisme quant aux efforts visant à conclure un accord nucléaire avec l’Iran.

Cela a à son tour contribué à garantir son adhésion au sein du courant dominant juif. En 2012, il a reçu la plus haute distinction civile d’Israël des mains du président Shimon Peres pour sa « contribution significative à l’État d’Israël et à l’humanité ». En 2014, il a reçu le prix Theodor Herzl du Congrès juif mondial. Lors de la remise du prix, le président du CJM, Ronald Lauder, a rappelé que Kissinger avait dit à Meir qu’il était d’abord américain, ensuite secrétaire d’État et enfin juif. Selon Lauder, Meir a répondu que c’était bien puisque les Israéliens lisaient de droite à gauche.

« Il n’était pas du tout en sécurité », a déclaré Troy. « Le traumatisme d’être un survivant, et le traumatisme d’être un immigrant, d’être un étranger. Les années 1970 n’ont pas été une décennie très juive. Il était étrange d’avoir des Juifs au pouvoir, et étrange d’avoir des Juifs dans les cercles républicains du pouvoir. Compte tenu de sa propre ambivalence et de l’environnement hostile dans lequel il se trouvait, il n’est pas surprenant qu’il se montre assez insensé sur la question juive.»

Kissinger laisse dans le deuil son épouse, Nancy Maginnes; deux enfants de son premier mariage avec Ann Fleischer, dont il a divorcé en 1964 ; et cinq petits-enfants.

JForum.fr avec  JTA 

L’ancien secrétaire d’État américain Henry Kissinger visite Fox Business Network aux studios FOX, le 18 décembre 2015, à New York. (John Lamparski/Getty Images)

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Damran

Kissinger aurait pu facilement être Président des Etats Unis.
Malheureusement, il faut être né dans ce pays pour pouvoir postuler.
Il est bon de rappeler que c’est Deng Xiaoping qui a fait sortir la Chine de la misère et de la famine, après qu’il ait négocié sa reconstruction économique avec Henry Kissinger, le secrétaire d’Etat de Nixon, qui lui a accordé de grandes facilités financières, avec d’autres Etats.
Il faut saluer ce grand homme qui a réussi à mettre un terme à la guerre au Vietnam qu’il a négociée à Paris, grâce à sa diplomatie « des petits pas« .
Que dire des conneries de Euronews la chaîne experte en désinformation, qui le traite de « diplomate controversé » ?
Il n’est pas interdit de penser que ce sont les Roquets d’Orsay qui ont rédigé cette saloperie digne d’eux et de leur médiocrité archi prouvée…