Gantz a ordonné à Tsahal de se préparer à un événement qui pourrait déclencher une « escalade »

Le ministre sortant de la Défense, Benny Gantz, a évoqué mardi les tensions sécuritaires actuelles en Judée Samarie, indiquant qu’il a ordonné aux troupes de Tsahal de se préparer à un événement qui pourrait déclencher une « escalade ».

« J’ai donné instruction à nos forces de sécurité de prendre les mesures nécessaires pour se préparer à une éventuelle escalade en Judée Samarie et éventuellement à Gaza », a-t-il déclaré à Ynet, tout en indiquant qu’il n’y a pour le moment aucune menace concrète qui pourrait pointer.

Il a déploré l’intention de la nouvelle coalition de démanteler l’appareil de sécurité du gouvernement israélien. « A un moment où Tsahal opère en Judée Samarie et où la question iranienne va prendre de l’importance dans les deux ou trois prochaines années, nous prenons le système qui est censé s’occuper de tout cela et le rendons plus complexe au lieu d’une structure de commandement cohérente.

« Ils établissent un ministère distinct au sein d’un ministère, avec son propre ensemble d’autorités et de paramètres, son propre service juridique et ses propres forces de sécurité. ».

Lorsqu’on lui a demandé s’il faisait référence à Bezalel Smotrich ou à Itamar Ben Gvir, il a répondu : « Les deux, car ce qui va se passer, c’est que l’administration civile sera sous la juridiction de Smotrich. La police des frontières relèvera de la police israélienne dans ce qui sera appelé le ministère de la Sécurité nationale. C’est un drôle de jeu de noms. C’est inquiétant ».

Quant à la présence de Smotrich au ministère de la Sécurité pour commencer, Gantz avait une opinion claire. « Israël doit combattre le terrorisme à tout prix, tout en s’occupant des implantations israéliennes et en s’assurant que l’Autorité palestinienne est forte, car l’alternative est davantage d’organisations terroristes. »

«Je pense que Smotrich entrera avec la main lourde et avec des autorités dérivées du ministère de la Sécurité nationale, ce qui compliquera encore plus les choses. Netanyahu a tort de penser qu’il pourra le contrôler et c’est dommage.

«Je ne donnerai pas de conseils ou d’instructions à celui qui me remplacera. Netanyahu lui-même était ministre de la sécurité, donc il est au courant de ce qui se passe, mais il risque de penser qu’il pourra contrôler les différentes branches de l’appareil de sécurité israélien depuis le bureau du premier ministre et je pense qu’il se trompe.

Intrigué par la raison pour laquelle Netanyahu était prêt à donner à Smotrich ce genre d’autorité pour commencer, il a déclaré : « Smotrich a-t-il un autre gouvernement vers qui se tourner ? On ne sait pas pourquoi Netanyahu lui donne autant. Il se passe autre chose dont nous ne sommes pas conscients. »

Lorsqu’on lui a demandé si le chef d’état-major des FDI, Aviv Kochavi, avait exprimé les mêmes préoccupations, Gantz s’est montré plus réservé. « Kochavi est susceptible de soulever des préoccupations similaires, car l’efficacité de nos forces de sécurité est compromise. Ces mesures pourraient avoir des ramifications régionales et internationales. J’ai moi-même l’intention de faire part de mes préoccupations au Premier ministre désigné. »

Gantz a également soulevé des préoccupations politiques internes. « Il ne fait guère de doute que le flanc droit de ce gouvernement est enclin à l’extrémisme, tant sur le front sécuritaire que religieux. Netanyahu ne peut pas tout contrôler. Nous aurons quelques surprises à ce sujet. On ne sait toujours pas ce qui va se passer au sein du Likoud, car il faudra déléguer les fonctions et j’imagine que des problématiques similaires de démantèlement au sein des portefeuilles y apparaîtront également.

Interrogé sur le ministre de la Sécurité désigné, Moshe Galant, et son caractère « abrasif », il a répondu : « La démocratie a parlé. Tout ce que nous pouvons faire, c’est signaler les lacunes que nous constatons, et Smotrich recevant plusieurs pouvoirs normalement confiés au ministre de la sécurité, nous en aurons effectivement deux. Cela nous compromettra, surtout si l’on considère Gaza, le Liban et la façon dont les Américains s’intégreront dans tout cela. »

Contestant l’accusation de Netanyahu selon laquelle Gantz diffuse de fausses nouvelles, il a déclaré : « Vous vous trompez. Je n’ai jamais diffusé de fausses nouvelles. Et je lui rappellerai que c’est lui qui nous a entraînés d’un cycle électoral à l’autre. Nous donnerons suite à ce que nous voulons dans l’opposition et exprimerons nos préoccupations chaque fois que nécessaire. »

Lorsqu’on lui a demandé s’il envisagerait de servir sous Netanyahu, Gantz l’a exclu. J’entraverai vos objectifs juridiques, donc vous ne voudriez pas de moi là-bas de toute façon. Il va sans dire que si Israël est soumis à une menace substantielle pour sa sécurité, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour soutenir les mesures gouvernementales nécessaires pour sécuriser la patrie. »

Gantz a rejeté l’idée que, pour servir d’opposition efficace, il devrait unir son parti à celui de Yair Lapid. « Nous communiquons fréquemment. Lapid sera président de l’opposition. Nous avons notre propre programme et nous servirons d’opposition synchronisée. »

Gantz a été pressé au sujet de sa relation avec Yair Lapid, déclarant qu’elle se détériorait depuis un certain temps, ce à quoi il a répondu: « J’ai à la fois une grande appréciation et une grande critique de Lapid. Ce n’est pas un problème. Nous communiquons sur toutes les questions pertinentes, notamment la sécurité. »

Dans une autre indication que l’opposition est sur la même longueur d’onde, Gantz a réaffirmé qu’il se rendra à Jérusalem plus tard dans la journée pour assister à une conférence du ministre sortant de l’Éducation, Yifat Biton, qui s’est dit préoccupé par la manière dont la nouvelle coalition prévoit de démanteler les autorités également en le domaine de l’éducation.

Parlant du projet de révision qu’il a initié, Gantz a également souligné l’importance du projet de la fonction publique, affirmant que « c’est le seul moyen d’intégrer toutes les facettes de la société israélienne ». Quelle que soit la loi sur la conscription mise en œuvre, il ne peut s’agir d’une loi isolée, mais plutôt d’une transition vers le régime de la fonction publique que j’ai établi. »

Interrogé sur l’appel de l’ancien chef d’état-major de Tsahal Gadi Eizenkot à faire descendre un million de personnes dans la rue pour protester contre la politique du nouveau gouvernement, Gantz a déclaré : « L’objectif de Gadi est de servir l’État d’Israël, et je l’apprécie beaucoup. Je ne pense pas qu’il ait franchi la ligne, car le droit de manifester est vital pour Israël. Ce n’était pas non plus hors de propos en 2011, lorsqu’une manifestation similaire contre le coût de la vie a eu lieu.

« Il est également vital de voir quel contenu est enseigné dans les écoles. L’homme le plus xénophobe et raciste d’Israël ne peut être autorisé à démanteler le ministère de l’Éducation. Il est important que les administrateurs des écoles locales exercent leur autorité pour statuer sur ce qui est enseigné, et il est dommage que Netanyahu ne tienne pas compte de l’ensemble de la société israélienne. »

Quant à l’Iran fabriquant des drones pour la Russie comme outil de lutte contre les Ukrainiens, Gantz a déclaré : « Nous devons être conscients de cette alliance. Ils ont créé une sorte de co-dépendance en matière de financement et d’expéditions d’armes alors que ces pays se retrouvent de plus en plus coupés de la communauté internationale.

Source : infos-israel.news

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.