Ce samedi 7 mars, Laurent Ruquier présentait un nouveau numéro de son talk-show hebdomadaire On n’est pas couché. Autour de la table, l’animateur, entouré d’Aymeric Caron et Léa Salamé, recevait de nombreux invités parmi lesquels la chanteuse et comédienne Louane, l’écrivain Jean Teulé, Fanny Cottençon et Jean-Luc Moreau pour la pièce de théâtre On ne se mentira jamais.

Également invitée, la chanteuse Françoise Hardy venait défendre son nouvel ouvrage autobiographique, Avis non autorisés…. Un livre dans lequel elle se paye un certain chroniqueur de télévision qu’elle accuse de systématiquement démolir le travail de ses invités. Les détails ne laissent pas de place au doute : c’est bien Aymeric Caron qui est visé, comme le souligne très justement Laurent Ruquier, qui lit le passage du livre concerné : « (L’attitude de Maude Fontenoy), calme, souriante, patiente, forçait l’admiration et l’adhésion lors d’une altercation télévisuelle entre elle et un journaliste, détenteur de la vérité lui aussi, qui agresse d’autant plus durement ses interlocuteurs qu’ils ne sont pas de gauche comme lui. Adepte, par ailleurs, du régime végétarien, ce chroniqueur donne l’impression que c’est le seul qui vaille pour la santé et pour l’avenir de la planète, et qu’il l’imposerait au monde entier si c’était en son pouvoir« , écrit Françoise Hardy.

Laurent Ruquier poursuit sa lecture car Aymeric Caron n’a pas fini d’en prendre pour son grade : « Les réac’, ce sont les autres, lui est le progressiste qui voit beaucoup plus loin et beaucoup plus intelligent qu’eux. L’autosatisfaction, qui allume son regard à la fin de ses charges télévisées quand il croit avec définitivement acculé une victime parfois plus subtile qu’il ne l’imagine, évoque la jouissance sadique ressentie par certains à tuer avec des mots. Malheureusement, toutes ses victimes n’ont pas la hauteur de vue, ni la solidité relative de la sensible Maud Fontenoy. Et il a beau se conforter dans l’illusion qu’il est un vrai gentil – ce qu’il est peut-être en dehors des plateaux – les plus faibles, les plus faciles à abattre des invités peuvent très mal se remettre d’une mise en pièces humiliante qui ruine le projet qu’ils étaient venus défendre, quand elle ne sape pas pour longtemps le minimum de confiance en soi nécessaire pour relever la tête. Aussi brillant qu’intelligent, notre redoutable chroniqueur ne réalise pourtant pas comme son manque d’empathie lors de ces estocades mortelles le déconsidèrent, lui valant de la part de nombreux téléspectateurs le rejet viscéral de sa personne, quel que soit le bien fondé d’une partie de ses jugements. Mais n’a-t-il pas beaucoup d’excuses puisque c’est ce que la production lui demande, ce pourquoi elle le rétribue et qu’il faut bien gagner sa vie, n’est-ce pas ?« , conclue Françoise Hardy sur ce sujet.

La sobre réponse d’Aymeric Caron

Aymeric Caron ne semble, contre toute attente, pas surpris outre mesure… Il admet même avoir pris plaisir à lire l’ouvrage de la chanteuse. « J’ai beaucoup aimé votre livre. Vous dites exactement ce que vous pensez sans tabou, sur tous les sujets, qu’ils soient intimes, politiques ou spirituels. J’ai aimé cette envie que vous avez eue de tout bousculer sans avoir peur de faire mal à votre image. C’est la raison pour laquelle j’ai même lu avec plaisir ce que vous avez écrit sur moi. Même si je ne partage pas complètement cette critique, je vous trouve un peu dure« , estime Aymeric Caron.

Très rentre dedans tout au long de l’émission, Françoise Hardy – qui n’a pas hésité à qualifier Edwy Plenel de « fouille-merde » – a même poussé Laurent Ruquier à se demander : « Depuis toutes ces années, comment j’ai pas eu l’idée de faire remplacer Eric Zemmour ou Natacha Polony par Françoise Hardy ?« … Et Françoise Hardy de renchérir : « Quand même… Edwy Plenel, on ne peut pas rêver plus vache que lui, quand même ! » Léa Salamé, sans filtre, s’exclame alors : « Si ! Vous… »

Joachim Ohnona

purepeople.com

2 Commentaires

  1. Vrai ou pas , un chanteur trés connu ( que je ne citerai pas ici ) rencontré par hasard chez une amie , m’avait dit textuellement :  » Françoise Hardy est une antisémite  » .

    C’était au début des années 90 , je ne l’ai jamais oublié .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.