Radicalisation : le cinéaste Luc Dardenne s’éloigne de la gauche

3
386

Ce mardi 22 mars, j’étais avec ma fille à la maison et nous avons été sous le choc. On pense bien sûr avant tout aux victimes, à leurs proches. Après, ce qui est terrible, c’est qu’on n’est pas surpris. Il faut prendre conscience que dans notre pays se sont développés d’importants réseaux islamistes. On se doutait que Bruxelles serait un jour la cible d’attentats plus amples que l’attentat antisémite du musée juif en raison de la présence de l’OTAN et des institutions européennes. Ces attentats ressemblent à ceux du 13 novembre à Paris, ils visaient n’importe qui dans la population.

Depuis le 11 septembre 2001, je pense que nous sommes entrés dans une nouvelle guerre. Confirmée en février 2002 par l’égorgement de Daniel Pearl après lui avoir fait dire « je suis juif, fils de juif, je mérite la mort ». Des gens de gauche comme moi ont longtemps cru que la haine qui se profilait était le fait d’une petite minorité, or on voit que cette haine est très répandue et très profonde. Je ne suis pas un va-t-en-guerre mais je pense que nous sommes confrontés à une nouvelle forme de guerre, qu’il faut y répondre et neutraliser ces islamistes le plus rapidement possible.

Un jour, j’ai demandé à un responsable musulman belge, pourquoi vous ne dites pas massivement « pas en notre nom ! » et il m’a répondu que cela donnerait le sentiment que la communauté musulmane doit se justifier. Je lui ai dit que ce n’était pas la question. Au moment de la guerre d’Algérie, des milliers de Français sont descendus dans la rue pour crier « pas en notre nom ! ».

Il ne s’agit absolument pas d’accuser tous les musulmans, mais puisque ces crimes sont commis au nom de l’islam, les musulmans qui rejettent cela doivent dire en quoi leur religion n’est pas compatible avec cette violence terroriste et pourquoi cependant elle peut être revendiquée par ces terroristes islamistes. Or, les musulmans bougent encore trop peu. Dans leur communauté existe un contrôle social puissant. Je connais des musulmans qui osent parler, mais avant d’oser dire que l’on est Charlie, que l’on désapprouve sans aucune réserve tous les attentats, il faut du courage.

Dans les années 90, j’ai donné des cours dans une école de devoirs maghrébine d’un quartier populaire de Bruxelles. On ne parlait jamais d’intégration mais le but était de partager des valeurs communes. Je recevais donc des garçons maghrébins, tout se passait bien, ils disaient bonjour à ma femme, etc. Un jour, le plus grand est allé en cours à la mosquée où il apprenait l’arabe et le Coran. La semaine qui a suivi, il n’a plus désiré donner la main à ma femme et à commencer à me poser des questions qui témoignaient qu’il était pris dans des conflits de loyauté. On avait commencé à lui monter la tête, à lui apprendre que « eux, c’est pas nous »… Ce « eux, c’est pas nous » prêché dans les mosquées est un discours de haine qui après un certain temps peut déboucher sur « tue-les ».

Dans les analyses sur le djihadisme, on ne prend pas assez en compte le facteur religieux. Les imams wahhabites sont en Belgique depuis les années 60 et prospèrent depuis les années 90 prêchant dans la plupart des mosquées officielles et non officielles du pays. Très peu, disent les gens informés, prêchent le djihad, mais tous ils prêchent le séparatisme : « eux ce n’est pas nous ».

J’ai senti depuis longtemps se développer ce fanatisme religieux et c’est en cela que je suis en désaccord avec une certaine analyse de gauche disant que la radicalisation dépend de causes sociales. Ces causes sociales jouent un rôle mais pas l’essentiel : Abaoud était le fils d’un commerçant prospère de Bruxelles, un des kamikazes de Paris avait un emploi à la RATP, les membres du commando des attentats du 11 septembre étaient diplômés… Je pense qu’il faut admettre que l’endoctrinement religieux a crée un imaginaire qui se développe de manière autonome et est capable de capter des jeunes musulmans vivant dans des conditions sociales diverses. Dire que le djihadisme est causé par le chômage, c’est comme si on disait que le traité de Versailles ou le chômage des années 1930 en Allemagne étaient les premières causes de la shoah ! Le chômage est bien sûr un problème mais ne suffit pas à expliquer pourquoi on devient tueur fanatique.

J’ai peur des islamistes mais je ne suis pas islamophobe. Je n’ai rien contre la liberté de culte, j’estime normal que la religion et la culture musulmanes fassent partie des traditions européennes, mais le fanatisme islamiste n’est pas compatible avec la démocratie. Les islamistes développent une haine féroce de l’occident et les intellectuels européens, responsables publics ou leaders d’opinion qui ne prennent pas conscience de cela, qui ne parviennent pas à désigner notre ennemi, sans faire d’amalgame, ceux-là ont une responsabilité énorme.

Avec Jean-Pierre, nous avons voulu produire le film Fatwa de Mahmoud Ben Mahmoud, cinéaste tunisien vivant en Belgique. Le film raconte l’histoire d’un père marocain qui revient en Belgique pour enterrer son fils soi-disant suicidé, et qui découvre que le fils a été en fait liquidé par un groupe islamiste pour avoir refusé de participer à un attentat. Ce scénario a été refusé à plusieurs reprises par le CNC français et certains producteurs français au motif que le film disait « les assassins sont parmi nous ». Mahmoud, qui en connait un rayon sur sa culture musulmane, qui a connu les scouts musulmans belges qui sont à l’origine de Sharia 4Belgium, me disait « c’est dingue, ils ne comprennent pas ce qui se passe ». Nous étions en 2008.

*Propos receuillis par Serge Kaganski

centre communautaire laïc Juif

3 COMMENTS

  1. Très bien ce site mais faut il donner ici les noms des intellectuels et autres responsables associatifs droitsdel’hommistes qui ont milité pour cette immigration musulmane ? …

  2. Maintenant que le vers est entré dans le fruit tout le monde est condamné à fuir parce personne ne peut croire que c’est le fruit qui aura le dernier mot……
    Seuls resteront ceux qui n’ont pas encore pris conscience de la gravité de la situation parce qu’ils n’ont pas suffisamment étudié l’Histoire.
    En effet, l’Histoire nous enseigne que les envahisseurs musulmans sont partis d’Arabie pour envahir le monde au nom d’Allah et que c’est ainsi qu’ils se sont emparés de 53 pays à travers le monde et qu’après plusieurs tentatives infructueuses, aujourd’hui c’est au tour de l’Europe d’être conquise !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.