Et si le 11 janvier n’avait rien changé ?

2
267

FIGAROVOX/CHRONIQUE – L’avocat et écrivain s’inquiète de l’idéologie pénale anticarcérale toujours défendue par la garde des Sceaux.

 
 

Ces réflexions s’adressent en priorité à tous ceux qui désespèrent, et ils sont nombreux, que rien n’ait changé dans l’expression de la pensée publique depuis l’advenue du pire. À tous ceux qui comprennent enfin que la grande marche du 11 janvier, pour sympathique et émouvante qu’elle put être, fut avant tout une grand-messe narcissique où l’on fit croire, une fois encore, que toute la France était résistante. Alors que la collaboration culturelle avec la soumission idéologique se poursuivait comme si rien ne s’était passé. Mais s’il ne s’agissait pas de pensée mais de prêt-à-penser obligatoire? Et s’il ne s’agissait plus d’un combat culturel à livrer paisiblement, mais d’une guerre psychologique à mener rudement? Exemples à méditer.

patrick-kanner-chant

Patrick Kanner, nouveau Ministre de la ville discriminant positif. Et en chantant, SVP.

Jusqu’au 31 janvier, il était Mr. K. . Julien Dray, pourtant fin connaisseur du microcosme politique socialiste, reconnaissait ignorer le nom du ministre de la ville et de la jeunesse. Mais on peut passer à la postérité en proférant des énormités. Ce pourrait être l’improbable chance de Patrick Kanner, depuis l’interview qu’il a accordée auFigaro le 31 janvier. Dans le droit fil rouge de l’excuse par l’«apartheid», le ministre de la Ville et de la Jeunesse n’a pas hésité à recommander expressément la discrimination positive pour éradiquer le terrorisme. «Nous avons reçu une claque monumentale avec les attentats de début janvier (…). Il faut combattre le sentiment de relégation et de non-reconnaissance des jeunes des quartiers (…). Les places doivent d’abord aller aux jeunes des banlieues». Ainsi, et une nouvelle fois, un lien direct était tracé entre les assassinats d’iconoclastes, de policiers et de juifs et des victimes sociales et ethniques.

M. Kanner, qui doit lire Libération avec application, aura peut-être malheureusement manqué sa livraison du 28 janvier. Dans un éditorial inhabituel, Laurent Joffrin reconnaît, à propos de Coulibaly, que «le jeune délinquant avait trouvé un travail chez Coca-Cola, (qu’il) a bénéficié de l’intervention de travailleurs sociaux, (qu’il) passait même des vacances au soleil, en Crète, en Malaisie ou en République dominicaine, où il a rencontré sa compagne, qui portait à l’époque un bikini et non le voile intégral. Pas précisément le profil d’un exclu confiné dans sa cité… D’ailleurs, la majorité des exclus ne deviennent pas des délinquants et encore moins des terroristes.»

La ville de Lunel, qui aura constitué le principal vivier des djihadistes français, n’est pas non plus une cité de relégation, et les parents des islamistes radicaux n’expliquent pas la motivation de leurs enfants par le sentiment d’une quelconque exclusion sociale ou ethnique.

Si le ministre paraît-il chargé de l’intégration de la jeunesse, plutôt que de réciter des mantras éculés, s’était donné la peine d’étudier l’histoire du terrorisme islamique des quinze dernières années, il aurait également appris que les Saoudiens du 11 Septembre, loin d’être des misérables laissés-pour-compte, étaient des fils de familles aisées, mais baignant dans le salafisme et la haine de l’Occident «décadent».

En proposant une médecine inadaptée à une maladie dont il ignore la cause, le ministre ne se contente pas de préconiser un remède inefficace: il aggrave le mal. Si les jeunes dont il s’agit ne posaient pas déjà en victimes laissées à leur seule colère, si les délinquants en herbe étaient en quête de justifications pour leurs actes à venir, ce qui est hautement improbable compte tenu de la potion victimaire versée dans leur biberon par la lignée des prédécesseurs du ministre ordonnateur, ce dernier vient de leur en administrer une dernière rasade pour la route de délits à commettre avec bonne conscience.

Une telle erreur médicale peut-elle être encore tolérée tranquillement après les saignées de janvier?

Autre exemple: Pascal Popelin, rapporteur socialiste de la commission d’enquête de l’Assemblée sur les missions et modalités du maintien de l’ordre républicain, raconte (Valeurs actuelles du 4 février) qu’en Seine-Saint-Denis la police a trouvé une kalachnikov dans une voiture. Le propriétaire vient d’écoper de quatre mois de prison… avec sursis.

Concernant la cellule de Cannes qui a commis l’attentat mortel contre un magasin kasher à Sarcelles et que le procureur de Paris avait décrite comme le réseau terroriste le plus dangereux arrêté jusqu’à ce jour, l’un des principaux protagonistes a violé son contrôle judiciaire en ne se présentant plus aux convocations. Il avait été remis en liberté au bout de six mois. Le syndicat FO des magistrats critique une disposition permettant aux criminels de quitter plus facilement le territoire national, le contrôle judiciaire ayant perdu son caractère automatique avec la réforme pénale adoptée récemment.

À présent qu’il n’est plus à démontrer que la criminalité des cités surarmées conduit directement au terrorisme, l’idéologie pénale anticarcérale toujours défendue par Mme Taubira ne conduit-elle pas à s’interroger sur la réelle et sincère détermination du pouvoir socialiste à éradiquer la violence aveugle?

Au-delà de tout débat philosophique sur la prison, celle-ci demeure, n’en déplaise à la garde des Sceaux et à ses amis, la première des prophylaxies. On aurait en effet préféré MM. Kouachi et Coulibaly à Fleury -où ils auraient dû se trouver- plutôt qu’à Paris. Les victimes aussi. Et ce point de vue ne relève pas que d’un désir d’une juste répression, mais encore et surtout d’un humanisme vrai qui désespère du laxisme pervers.

Autre exemple: un aréopage de journalistes distingués, décident, à tort ou à raison, de décerner, dans le cadre d’un trombinoscope, une distinction à un responsable du Front National, parti politique légal. Au moment de la remise des récompenses, et après que le Président socialiste de l’Assemblée Nationale ait refusé de sacrifier à la tradition de se rendre à la cérémonie , les journalistes organisateurs expliquent avec embarras et contorsions que cette distinction n’en est pas vraiment une. Silence dans les rangs.

Le même jour, Roland Dumas, ancien président socialiste du Conseil Constitutionnel, explique fièrement qu’il aurait sauvé la république du danger incarné par le parti précité en refusant d’annuler les comptes de campagne, manifestement faux, du candidat à l’élection présidentielle Jacques Chirac.

Dans un univers médiatique tellement moraliste qu’il prônait religieusement il y a encore quelques jours le respect scrupuleux de la légalité républicaine pour lutter contre le terrorisme, aucun observateur n’a cru devoir s’émouvoir d’une telle révélation. Mon imagination est impuissante à deviner le vocabulaire qu’aurait employé le corps médiatique pour qualifier le scandale, si d’aventure, le Parti Communiste ou le Front de gauche en avaient été victimes. Forfaiture et dévoiement de la démocratie, auraient été considérés comme des euphémismes d’une excessive sobriété.

À ce stade de la décomposition d’une morale médiatique sélective, qui confère sottement au parti de Marine Le Pen la posture enviable en période tourmentée d’un parti maltraité, faut-il encore tolérer l’intolérable suffisance des intolérants insuffisants?

À ce dernier sujet, il relèverait de la salubrité publique que de publier le bêtisier des perles de culture idéologique de la dernière décennie chantant l’ode au multiculturalisme radieux, vantant la douceur du vivre ensemble arc-en-ciel, bénissant la chance insolente de l’immigration, maudissant le racisme inhérent à toute critique de l’islam conquérant, niant hautement tout antisémitisme dans les banlieues victimes, forcément victimes.

Ce livre très noir de la bêtise très rouge rappellerait le nom de tous les prétendus intellectuels qui au cours de la dernière décennie auront expliqué, excusé, justifié l’emploi de la violence aveugle par les fausses victimes.

Tout occupés à raser un mur des cons spécialement érigé en leur honneur, ils cesseraient enfin de proférer impunément leur idéologie mortifère.

Car celle-ci ne relève pas de leur pensée mais de leur psyché , et l’heure si tragique n’est plus au combat culturel, mais à la guerre psychologique. Pour la survie du monde que nous aimons.

Gilles-William Goldnadel est avocat et écrivain. Il est secrétaire national à l’UMP chargé des médias. Il préside par ailleurs l’Association France-Israël. Toutes les semaines, il décrypte l’actualité pour FigaroVox.


Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu’il n’est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d’avance pour votre compréhension.

lefigaro.fr

2 COMMENTS

  1. Un commentaire digne d’être enseigné dans les écoles et à afficher dans les lieux publics. Merci à vous, Général Martinez.
    Il est grand temps de récuser ou de demander la démission de Mme Taubira pour laxisme, sa bienveillance envers les délinquants et criminels.

  2. Taubira aurait intérêt a lire ceci…
    Monsieur le Président de la République,

    Il n’est pas fréquent qu’un général s’adresse au président pour exprimer son inquiétude et sa crainte pour l’avenir de la nation française. Mais au lendemain de l’inauguration du musée de l’immigration, je souhaiterais vous faire part de mon désaccord – probablement commun à beaucoup de Français – sur l’esprit d’une partie de votre discours prononcé à cette occasion.

    Vous y fustigez en effet, ceux qui agitent la peur d’une « dislocation » de la France. Vous y dénoncez un « sentiment de dépossession, entretenu avec malice sinon avec malignité » soulignant – à juste titre – qu’un Français sur quatre est issu de l’immigration et insistant – toujours à juste titre – sur la nécessité de rappeler aux Français d’où ils viennent et quelles sont les valeurs qu’ils portent. Vous vous déclarez, à nouveau, favorable au droit de vote des étrangers en affirmant que « rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution, ce qui suppose une majorité des 3/5 au Parlement » et appelez, pour y parvenir, les forces républicaines à prendre leurs responsabilités.

    Vous permettrez qu’après avoir servi l’État et la Nation sous l’uniforme pendant une quarantaine d’années, le citoyen engagé que je suis, attentif aux évolutions du monde et soucieux des intérêts de la France et de son peuple, ne militant dans aucun parti politique car attaché à sa liberté de pensée et d’expression, vous porte respectueusement la contradiction.

    Tout d’abord, il n’est pas exact de dire que rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution. En effet, cette dernière prévoit en son article 89 une seconde possibilité, à savoir le référendum. Encore faudrait-il que nos gouvernants successifs cessent de considérer le référendum comme un plébiscite ou pire, que subodorant le résultat contraire à leurs vœux ils ne l’utilisent pas estimant que le peuple n’a pas son mot à dire sur des sujets qui concernent pourtant son avenir. Et sur le droit de vote des étrangers extracommunautaires, pour des raisons évidentes mais que vous ne souhaitez pas évoquer, le peuple a son mot à dire. Il est même souverain en dernier ressort. Ne pas le consulter dans un cas aussi essentiel, c’est simplement le mépriser, ce qui n’est pas de nature à privilégier la sérénité. Les conséquences d’un tel mépris, dont le peuple est habitué depuis longtemps, sont désastreuses et funestes sur le fonctionnement de notre démocratie. Car, frustrés et impuissants mais furieux, les citoyens ont de plus en plus tendance, devant ce qu’ils considèrent comme du laxisme, un manque de courage, un déni de réalité et donc un renoncement de la part de leurs responsables politiques, à vouloir se venger soit en boycottant l’isoloir, soit en donnant leur voix à ceux qui ont affiché clairement une stratégie qui vise à violer intentionnellement et sans ambiguïté le politiquement correct. Et au bout du compte, lorsque la réalité est ignorée et occultée de façon si peu responsable et pendant si longtemps, les conséquences d’une telle dérive sont incalculables et imprévisibles. Car on fait savoir depuis trop longtemps aux citoyens que leur avis n’a aucune importance. Mais il arrive un moment où un peuple éduqué dans l’idée démocratique, cependant las d’être ignoré par ses élites, pourrait exiger d’être écouté.

    Cela dit, j’approuve totalement votre propos lorsque vous insistez sur la nécessité de rappeler aux Français d’où ils viennent et les valeurs qu’ils portent, mais à condition de ne pas considérer que l’histoire de France commence avec la Révolution française et de ne pas accepter le délire de certains, arrivés récemment dans notre pays, qui estiment que l’histoire commence avec eux. La France est un vieux pays qui a une histoire de deux mille ans et qui est depuis quinze siècles un pays catholique même si la sécularisation est passée par là. Elle possède donc un héritage historique, spirituel et culturel qui a fait ce qu’elle est et que nous avons à défendre, à faire fructifier et à transmettre.

    En vous écoutant, certains de vos propos provoquent une incompréhension qui interpelle naturellement les citoyens. En effet, qui contesterait que la richesse de l’héritage légué par les migrants au fil du temps fasse partie de l’identité française ? La réponse est claire : personne. Personne, pour une simple et bonne raison, c’est que ces migrants, dont nombre d’entre nous sont les descendants, n’ont pas été intégrés mais se sont intégrés et ont été assimilés dès la deuxième génération.

    Mais alors, où est le problème ? Pourquoi est-il si difficile aujourd’hui de parler de l’immigration, sujet devenu tabou ? Pourquoi certains de nos concitoyens ne se sentent-ils plus chez eux ? Pourquoi est-on dorénavant abreuvé sans cesse de termes comme laïcité ou vivre-ensemble qui n’avaient jusqu’à récemment pas besoin d’être évoqués tant ces principes étaient vécus par les citoyens presque sans le savoir, comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir ? Leur usage répétitif et intempestif ne constitue-t-il pas, en fait, un aveu de reconnaissance d’un véritable problème qui se pose aujourd’hui pour l’unité de la nation ?

    La réponse est simple mais, comme d’autres, vous ne voulez pas l’évoquer : l’immigration que la France a connue jusqu’au milieu des années 1970 était d’origine européenne, donc de culture commune nourrie par l’héritage chrétien qui est le trésor non seulement des chrétiens mais de toute l’Europe, ce qui a facilité l’assimilation dès la deuxième génération. En revanche, l’immigration que notre pays subit depuis l’adoption de mesures comme le regroupement familial, puis les régularisations massives de clandestins de 1981 et 1997, mais également celles effectuées régulièrement (au moins 30 000 par an) – sachant que qui dit régularisation, dit regroupement familial dans la foulée – est de nature totalement différente par sa culture modelée par l’islam. Cet islam qui ne connaît que les droits de Dieu et ne reconnaît pas, de fait, la séparation du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel ni, par voie de conséquence, les droits de l’Homme. Cela conduit inévitablement à des situations non seulement insupportables et mal vécues par nos concitoyens mais qui deviennent dangereuses pour l’avenir. Et alors que déjà en 1981, M. Georges Marchais (personnage plutôt positionné à gauche sur l’échiquier politique, vous en conviendrez) tirait la sonnette d’alarme avec sa lettre – plus que jamais d’actualité – adressée au recteur de la Mosquée de Paris et publiée le 16 janvier dans le journal L’Humanité (*), nos gouvernants n’ont, depuis, toujours rien changé, fermant les yeux sur un sujet pourtant capital pour l’avenir de la nation. Il n’est tout de même pas difficile de comprendre (l’actualité quotidienne nous le démontre) que sous les coups de boutoir d’une radicalisation des esprits d’une partie de cette immigration nous courrons au-devant de lendemains douloureux car sa culture n’est pas celle de notre conception chrétienne de la liberté, de la dignité et du respect de la personne humaine et de la distinction des pouvoirs. Des valeurs universelles léguées par notre civilisation gréco-romaine et chrétienne, celles de nos racines : Athènes, Rome et Jérusalem. Vous avez donc raison, il faut rappeler aux Français d’où ils viennent. Cela permet ainsi de mettre en évidence le fossé qui existe entre les valeurs que porte et promeut la France et celles revendiquées par une partie de plus en plus importante de ceux qui se réclament de l’islam et de mieux comprendre les réactions de nos concitoyens que vous considérez à tort comme un repli sur soi, un rejet de l’autre qui serait marqué par « un sentiment de dépossession, entretenu avec malice sinon avec malignité ». Nos concitoyens sont simplement lucides et consternés devant un tel manque de clairvoyance.

    Car il faut également écouter certains responsables religieux musulmans, sur notre propre sol, qui ne sont d’ailleurs nullement inquiétés par les pouvoirs publics : « Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » – « L’assimilation suppose que les populations islamiques se fondent à terme dans la population. Ceci est exclu car cela signifie l’abandon de la loi islamique […] Il n’y aura pas de dérogation à cette règle. »

    Leur message est clair et appliqué par leurs fidèles. Le nier ou vouloir l’occulter est faire preuve de déni de réalité et compromettre ainsi l’avenir. D’ailleurs, pourquoi nos parlementaires ont-ils été conduits à voter une loi sur l’interdiction du port du voile à l’école ? Pourquoi une loi sur l’interdiction de la burqa ? Pourquoi une charte sur la laïcité dans les écoles ? C’est bien la preuve que l’islam pose problème à nos sociétés européennes et que ces différences de comportement ne sont pas, comme certains voudraient nous le faire croire, le produit de contextes sociaux made in France mais bien importés par une culture incompatible avec nos traditions et notre mode de vie.

    Le cardinal De Richelieu affirmait que « la politique consiste à rendre possible ce qui est nécessaire ». Et ce qui est nécessaire aujourd’hui c’est la refondation urgente de notre politique sur l’immigration et l’application ferme de nos lois. Au lieu de cela, vous affirmez à nouveau la nécessité d’accorder le droit de vote (et d’éligibilité) aux étrangers extracommunautaires, en vous gardant bien de demander son avis au peuple. Il faut bien que vous compreniez que l’instauration d’un tel droit mènerait indubitablement à l’émergence d’une société biculturelle qui ne pourra que se déchirer car conduisant vers la libanisation de notre pays et donc, à terme, vers la guerre civile.

    Car en adoptant une telle mesure, à un moment où l’intégration ne fonctionne plus sous l’effet du nombre, il n’est pas difficile de comprendre que des groupes de pression se mettront inévitablement en place pour chercher à imposer encore plus leurs revendications. Comment ne pas comprendre que nos valeurs, nos principes de vie, nos relations seront profondément affectées si des millions d’étrangers originaires d’Afrique et du Maghreb ont leur mot à dire sur la vie quotidienne de la cité ? Comment ne pas comprendre que c’est ouvrir un boulevard aux partisans du communautarisme, qui plus est un communautarisme dorénavant agressif et vindicatif ? Il semble que le bon sens ne soit pas une qualité répandue chez nos responsables politiques. Pourtant, l’une des tâches nobles du politique est de maintenir et entretenir l’unité de la Nation laquelle ne peut exister qu’à la condition que la société possède un minimum de cohérence interne. Il serait donc temps non seulement de cesser d’accepter mais de revenir sur cette multitude d’accommodements sans fin imposés en fait à la société française alors que c’est à celui qui est accueilli de s’adapter à sa nouvelle vie et non pas à celui qui le reçoit. Car en acceptant ces dérives, nos responsables politiques encouragent la surenchère avec des revendications inacceptables et insupportables qui ont conduit, entre autres – c’est tout de même ahurissant – à introduire des méthodes barbares dans l’abattage des animaux contraires à nos traditions et aux principes d’une société civilisée, ou à ce que nos lois ne soient pas appliquées partout car non acceptées par certains.

    C’est ainsi qu’une crise identitaire est imposée à notre nation, car c’est bien de cela dont il s’agit. Elle n’aurait jamais dû se produire si nos responsables politiques avaient œuvré, et ce, depuis une quarantaine d’années, pour le bien commun et dans l’intérêt de la Nation.Et le bon sens voudrait que l’on rappelle ou que l’on apprenne à cette immigration extra-européenne que la misère dans laquelle elle vivait avant de rejoindre notre pays est en grande partie la conséquence de sa culture fermée à la connaissance et au progrès. La suite logique est qu’elle doit en prendre conscience et décider de s’intégrer à la société qui l’a accueillie et qui lui offre des conditions de vie enfin décentes. Elle doit se fondre dans la masse, comme d’autres l’ont fait, pour réussir sa nouvelle vie et donner à ses enfants des perspectives de réussite dans une nouvelle culture qu’elle doit progressivement adopter pour y inscrire sa descendance. Et celui qui refuse ce pacte, n’a pas sa place chez nous. Encore faudrait-il que l’école abandonne un système insensé et suicidaire qu’elle applique et maintient depuis une quarantaine d’années et qui constitue un frein puissant à l’intégration des jeunes immigrés malgré les avis successifs émis par le Haut Conseil à l’Intégration et curieusement ignorés. C’est ainsi que notre école prépare des lendemains qui seront difficiles avec la violence comme seul outil d’expression. Mais, on l’a bien compris, le problème que pose cette immigration n’est pas tant le pays d’origine que la culture qui la réunit. Cette dernière est modelée par l’islam qui est, il faut bien l’admettre, incompatible avec nos sociétés européennes démocratiques. D’ailleurs, ces immigrants et même leurs enfants nés dans notre pays et appelés à devenir français à 18 ans par le droit du sol (90.000 chaque année), restent viscéralement très attachés à la nationalité du pays d’origine et à leur religion à laquelle ils font allégeance pour la plupart. Et les premiers résultats d’une telle politique suicidaire menée par l’Éducation nationale se sont concrétisés avec les émeutes que le pays a connues en fin d’année 2005. Elles se reproduiront. Une dizaine d’années plus tard, les choses se sont aggravées avec les bombes à retardement que représentent les Merah, Nemmouche, Kelkhal, et autres djihadistes dans nos cités dont les rangs ne cessent de croître pour atteindre aujourd’hui, il faut être lucide, plusieurs milliers d’individus potentiellement dangereux. Comment interpréter le sondage d’ICM Research qui révèle que 27% des 18 à 24 ans et 22% des 25 à 34 ans dans notre pays ont une opinion favorable à l’État islamique ? Cela ne doit-il pas interpeller nos responsables politiques et les amener à en tirer les conséquences en révisant leur vision idyllique et angélique de cette « France rêvée de 2025 » qui risque de tourner au cauchemar ? Gouverner, n’est-ce pas prévoir ?

    Alors une question lancinante taraude les citoyens fidèles à leurs racines et attachés aux valeurs qui ont fait la France : combien d’immigrés de culture différente une société peut-elle accueillir sans rompre son équilibre identitaire, sans mettre en péril son identité et donc son unité ? Pouvez-vous admettre que les citoyens ne comprennent pas l’intérêt qu’il y a à favoriser une mutation de notre identité à marche forcée en accueillant toujours plus d’immigrés de culture différente, voire hostile à la nôtre, qui plus est alors que d’un simple point de vue financier notre pays ne peut plus se le permettre ? C’est une simple question de bon sens et non pas une réaction xénophobe qui serait « entretenue avec malice et malignité ».

    Il est vrai que dans notre pays, depuis plusieurs années, la bienpensance et le politiquement correct règnent dans la tête de la plupart de nos responsables politiques ainsi qu’au sein d’une grande partie de nos médias incapables de traiter les faits avec objectivité mais en revanche prompts à se comporter en procureurs et en juges à l’égard de ceux qui tentent d’alerter sur les dangers qui guettent notre pays en sonnant le tocsin. Le cas de l’éviction du journaliste/écrivain Éric Zemmour par une chaîne de télévision est symptomatique de cette attitude qui s’apparente à du terrorisme intellectuel. Mais Chamfort n’avait-il pas affirmé : « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin » ?

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

    Général (2s) Antoine Martinez

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.