Bonne nouvelle : Osem-Nestlé se plie à la colère du peuple et ne va ni reporter, ni augmenter ses prix !

Nestlé annonce aujourd’hui (jeudi) l’annulation de la hausse des prix de ses produits en Israël. Après la grande tempête provoquée par le géant de l’alimentation, qui a provoqué de nombreuses protestations qui ont encouragé l’achat de produits alimentaires auprès d’autres entreprises, l’entreprise a finalement annoncé l’annulation de cette décision honteuse.

« Cette décision a été prise malgré le fait qu’au cours de la dernière année, l’entreprise a connu une augmentation cumulative sans précédent des intrants de production et des coûts d’exploitation. » Osem a écrit dans un communiqué : « Par désir sincère d’être à l’écoute des sentiments du public en Israël, la société a pris aujourd’hui la décision d’absorber l’intégralité de ces augmentations de prix, afin d’aider à faire face au coût de la vie en Israël. »

Ils ont également écrit : « Il est important de dire que la gestion du coût de la vie en Israël ne repose pas uniquement sur les épaules de l’industrie alimentaire, et que l’État d’Israël a besoin d’une industrie alimentaire israélienne forte, innovante et leader pour l’avenir de Nous devons nous rassembler pour trouver un chemin commun construit sur la contribution mutuelle de tous les facteurs qui peuvent aider et nous sommes prêts à être parmi ceux qui mèneront ce processus. »

Dan Proper, président du conseil d’administration d’Osem-Nestlé : « Osem est ancré au cœur de la société israélienne depuis près de 80 ans. Osem a toujours été à l’écoute de son public consommateur. Au fil des ans, nous avons construit des usines, fortifié les villes de développement et développé une industrie glorieuse et compétitive qui emploie des milliers de personnes pour ses consommateurs. Mais il est naturel que nos cœurs soient ouverts aux sentiments des consommateurs et c’est pourquoi nous avons décidé de changer notre décision et d’annuler la hausse des prix. J’espère que cette étape servira d’ouverture à une nouvelle période de récession avec une hausse des prix dans l’économie. »

Avi Ben Assayag, PDG d’Osem-Nestlé : « Notre décision de modérer les prix de certains des produits de l’entreprise était due aux fortes augmentations des prix des matières premières, des emballages et des coûts de transport dans le monde entier. Cependant, la situation complexe de nombreux consommateurs en Israël et l’humeur du public m’ont amené à la conclusion que nous devons annuler la hausse des prix et absorber la totalité de l’augmentation des prix. Je suis convaincu que cette décision contribuera à renforcer l’alliance de longue date que nous avons construite et nos millions de consommateurs fidèles. »

infos-israel.news
Image d’illustration. Dans un supermarché de la ville de Bnei Brak au nord-est de Tel Aviv, le 7 janvier 2021. — © JACK GUEZ / AFP

1 COMMENTAIRE

  1. La vie est chère en Israel et les importateurs et les distributeurs se moquent du consommateur israélien . Je suis installé en Israel, depuis 2008 et je ne suis pas le plus à plaindre, car nous arrivons à vivre avec nos retraites et en plus nous avons pu acheter notre logement, car en 2008, lorsque l’on vendait son bien en France, il était possible de racheter un bien équi valent en Israel. Mais Israel est devenue un pays de luxe. On dit, qu’il ya une crise du logement en Israel, mais celle -çi est artificiel, car les gouvernements successifs entretiennent la pénurie de logements , via le KKL, qui ne libére pas assez de terrains et rend donc l’offre insuffisante par rapport à la demande, à cela s’ajoute les marges des promoteurs, qui sont très importantes, pourquoi il y a 4 ans un appartement de 4 pièces à Bet Sheanétait vendu 700 000 nis et un appartement équivalent était vendu 2 000 000 de nis à Modiin, le prix du terrain n’explique pas tout et le cout de la construction est le meme.
    Au niveau alimentaire, les marges des fabricants sont trop élevées , pareil pour les orduits importés, un exemple : il y a 3 ans un paquet de pate Barilla était vendu 6 nis, aujourd’hui, son prix n’a pas changé, malgré le fait , que l’Euro a perdu 15pour cent , qui s’est mis dans la poche la différence de change ? Un dernier exemple; pourquoi le prix des voitures sud-coréeennes n’a pas baissé, alors, qu’il y a maintenant un accord de libre échange entre la Coréee et Israel. Le problème, c’est que l’israélien n’est organisé et se laisse faire, il suffirait, que les consommateurs israéliens cessent de consommer certains produits non essentiels pendant plusieurs semaines ou mois; pour eue les choses s’améliorent, mais l’israélien reste figé sur devise »ma laassot » (que faire).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.