Les évacués du nord et du sud luttent pour un semblant de vie normale à Eilat

Les familles Kiryat Shmona font partie des 44 334 Israéliens déplacés qui vivent encore dans des hôtels.

AMÉLIE BOTBOL

EILAT—Au lendemain de l’invasion terroriste du Hamas le 7 octobre, 217 000 Israéliens ont fui le sud-ouest et le nord du pays. Eilat a doublé sa population en accueillant 60 000 personnes évacuées. Cependant, la station balnéaire de la mer Rouge semble toujours déserte.

« La ville est généralement toujours occupée. Nous entrons dans la période des fêtes avec Pessa’h et Chavouot qui approchent. Pourtant, la ville est si calme, les centres commerciaux sont vides, c’est très triste de voir Eilat ainsi », a déclaré à JNS Revital Elisha Suliman, responsable des relations publiques de l’hôtel King Solomon à Eilat.

Les évacués résilients luttent pour retrouver un semblant de vie normale à Eilat, la ville la plus méridionale d’Israël, bordée par l’Égypte à l’ouest et la Jordanie à l’est.

Dans le hall de l’hôtel, les parents font preuve d’une grande créativité pour occuper leurs enfants tandis que les chiens se promènent sans but à toute heure de la journée. Les scooters, les patins et les vélos envahissent les ascenseurs, tandis que des discussions sur la corruption des enfants avec des bonbons pour qu’ils arrivent à l’heure au petit-déjeuner peuvent être entendues dans les espaces de vie communs.

« Il y a une école dans le kibboutz Eilot et un lycée juste à l’extérieur d’Eilat avec des moyens de transport dédiés, mais certains parents refusent d’envoyer leurs enfants à l’école », a déclaré Elisha Suliman.

Tard samedi 7 octobre, Lior Raviv, le directeur général de la chaîne d’hôtels Isrotel, a contacté son personnel pour les informer d’un afflux de déplacés internes israéliens qui arriveraient à Eilat le lendemain.

« Tout ce que nous savions, c’est que dimanche prochain, des voitures et des bus remplis de monde commenceraient à arriver. Nous devions arrêter de prendre des réservations et faire de la place pour les évacués », a déclaré Elisha Suliman.

Pour garder les gens ensemble, chaque communauté était placée dans le même hôtel. Le kibboutz Nirim s’est réinstallé au King Solomon, les évacués du kibboutz Nir Oz et du kibboutz Kerem Shalom se sont rendus à l’hôtel Yam Suf d’Isrotel et les membres du kibboutz Re’im ont été évacués vers l’hôtel Sport Club de la chaîne.

Des Israéliens déplacés mangent à l’hôtel King Solomon à Eilat, le 8 février 2024. Photo d’Amélie Botbol.

Pas de chaussures, pas de jouets

« Nous avons préparé 170 chambres. Dimanche soir, à 19 heures, ils sont enfin arrivés. Nous leur avions préparé la salle à manger. Je n’oublierai jamais l’odeur de la fumée, comme si elles sortaient d’un incendie. Ils ne portaient presque rien. Certains ne portaient même pas de chaussures », a déclaré Elisha Suliman.

«Je n’oublierai jamais la vue d’enfants sans chaussures, sans jouets, vraiment rien. Les chiens aboyaient, pleuraient même. Nous n’avons jamais laissé de chiens entrer dans notre hôtel, mais cette fois nous l’avons fait », a-t-elle ajouté.

Certains des évacués ne s’étaient pas douchés ni même mangés depuis plus de 24 heures.

« Nous ne savions pas si nous aurions de la place pour eux pendant plus de deux nuits, mais les invités ont tout simplement cessé de se présenter. Nous avons été inondés d’annulations à cause de la guerre », a déclaré Elisha Suliman.

Pour remonter le moral et occuper tout le monde, le personnel de l’hôtel et les dirigeants du kibboutz ont travaillé ensemble pour organiser des activités gratuites, notamment des cours de Pilates et des soirées karaoké.

« À Nirim, six personnes ont été tuées et cinq kidnappées. Il y avait trois familles dans l’hôtel qui avaient perdu quelqu’un, nous avons organisé une shivah [période de deuil de sept jours] pour elles à l’intérieur de l’hôtel où les gens pouvaient allumer des bougies », a déclaré Elisha Suliman.

En un mois, les évacués ont commencé à aider à la buanderie, à repasser les uniformes des membres du personnel et les draps de l’hôtel. Certains aidaient à la cuisine en préparant des friandises, tandis que d’autres nettoyaient les espaces extérieurs.

Fin janvier, la plupart des évacués de Nirim ont été transférés dans des appartements temporaires à Beersheva.

Galia Heller Kramer, 62 ans, enseignante à la retraite de Nirim, a décidé de rester. « Mon mari, Yossi, est un thérapeute qui soigne les évacués pendant que j’enseigne aux enfants à l’école. Nous allons bientôt déménager dans un hôtel dans la vieille ville de Beersheva », a déclaré Heller Kramer à JNS.

Le 7 octobre, alors que les terroristes ravageaient le sud-ouest d’Israël et assassinaient quelque 1 200 personnes, dont certains de ses amis et anciens étudiants, Heller Kramer, ses trois filles, venues du centre d’Israël pour la fête de Sim’hat Torah, et ses trois petits-enfants, se sont cachés. dans différentes maisons.

« Nous sommes restés enfermés pendant sept heures jusqu’à ce que l’armée vienne nous secourir. Je vis au King Solomon depuis trois mois et demi. C’est dur de vivre avec le grand inconnu », a déclaré Heller Kramer.

Le 6 octobre, Heller Kramer avait assisté à une célébration de Sim’hat Torah et avait passé la nuit chez un ami. Lorsqu’elle a été secourue, elle portait toujours sa tenue de fête.

«J’ai acheté des choses et emprunté des vêtements à d’autres personnes. Ce qui me manque le plus, ce sont mes livres et les souvenirs de mon père. Je n’ai même pas eu le temps de prendre une photo de mes parents », a déclaré Heller Kramer.

« Le gouvernement paie les repas et l’hébergement à un prix réduit pour tous les résidents, tandis que les kibboutzim s’occupent de leurs besoins quotidiens », a déclaré Elisha Suliman.

Les installations thermales se sont transformées en un centre de services de kibboutz, avec des zones servant de bureau de poste et de centre de traitement psychologique. L’une des salles de réception est devenue un jardin d’enfants.

Un espace public de l’hôtel King Solomon à Eilat, le 8 février 2024. Photo d’Amélie Botbol.

 

Familles de Kiryat Shmona

Les évacués de Kiryat Shmona, la ville la plus au nord d’Israël, arrivés trois semaines après le 7 octobre, occupent toujours 100 chambres au King Solomon.

Les familles Kiryat Shmona font partie des 44 334 Israéliens évacués vivant actuellement dans des hôtels et devraient séjourner au King Solomon jusqu’en juin.

« Nous recevons régulièrement des mises à jour du gouvernement. Tous les deux mois, ils nous informent que nous devons prolonger le séjour des évacués », explique Elisha Suliman.

L’hôtel a renforcé la sécurité. « Nous avons un coffre-fort [un abri contre les roquettes ennemies] à chaque étage, il y a une sécurité à l’entrée et à l’intérieur de l’hôtel. Notre personnel de sécurité porte des armes. C’est nouveau », a ajouté Elisha Suliman.

« Nous louons nos chambres à un prix réduit pour continuer à fonctionner en tant qu’entreprise dans une certaine mesure », a-t-elle déclaré.

Pour ramener le tourisme, la ville, en collaboration avec l’Eilat Tourism Corporation, a lancé une campagne. Dans le cadre de la campagne, ceux qui réservent des vacances d’un minimum de deux nuits en milieu de semaine en février recevront un remboursement de 300 shekels.

JForum.fr avec jns
Réfugiés israéliens à l’hôtel King Solomon à Eilat, le 8 février 2024. Photo d’Amélie Botbol.

 

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires