Dissensions entre l’AMAN et le Mossad concernant une approche appropriée de l’Iran à l’ère Biden

Selon des sources étrangères, la position d’Israël sur l’Iran est une source de désaccord grandissant entre le Mossad et la Division du renseignement de Tsahal (Aman), alors que les deux organisations attendent avec inquiétude l’arrivée imminente de Joe Biden à la Maison Blanche. Celui-ci a fait entendre sa propension à suivre l’orientation tracée par son maître à penser Obama, il y a cinq ans (retour au JCPOA), malgré les réticences de plusieurs de ses conseillers, voulant profiter de l’élan généré par Trump.

Tamir Hayman 27.04.20

Au grand dam de l’institution (Mossad), et sur la base de la position du département de recherche et d’analyse de l’Aman, « le chef du renseignement militaire, le général Tamir Hayman, a recommandé qu’Israël participe aux efforts de l’administration américaine, dans la tenue des négociations avec Téhéran et a même aussi insisté sur la participation d’Israël aux pourparlers avec les puissances occidentales.

Cette position du Renseignement militaire, considérée comme la plus modérée, diffère nettement de celle de l’institution (Mossad), qui cherche à maintenir une position ferme face à l’Iran, soulignant que l’Iran est une menace existentielle pour l’État d’Israël. La Position de l’institution (Mossad) a été définie par le chef du Mossad, Yossi Cohen, qui est proche du Premier ministre Benjamin Netanyahu, et qui devrait quitter son poste en Juin 2021 . C’est l’adjoint de Cohen, « D » qui est nommé pour le remplacer.

Bien que l’Agence de renseignement militaire soit plus modérée que le Mossad dans son traitement de la menace iranienne, elle reste très active dans la campagne de renseignement et de mesures préventives contre l’Iran (guerre entre les guerres) et, le 10 décembre, Kochavi a fait savoir dans son discours, que l’intensification de l’établissement de l’Iran, en particulier dans l’arène syrienne, est freinée, voire stoppée par l’activité militaire israélienne.

Les différences d’attitudes et les tensions entre les services de renseignement ont été exacerbées dans le contexte de la récente visite de Netanyahu avec le chef du Mossad en Arabie saoudite, qui a peut-être déjà désigné Yossi Cohen comme son futur successeur à la tête du Likoud. Cette visite, initialement tenue secrète, a provoqué la colère du commandement de l’armée et a également eu un impact politique, lorsque Benny Gantz a menacé de dissoudre le gouvernement et d’annoncer des élections en mars.

אמ״ן נגד המוסד בנוגע לגישה הנכונה מול איראן בעידן ביידן

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.