Baghdadi circulait dans des tanks turcs pour être soigné en Turquie

3
3297

Passé sous silence : les liens de la Turquie avec Daesh, le dernier refuge d’Al-Baghdadi dans la zone de sécurité contrôlée par les djihadistes

Des mercenaires islamistes syriens soutenus par la Turquie

Des mercenaires barbus islamistes syriens soutenus par la Turquie, criant «Allahu Akbar [Dieu est le plus grand] lorsqu’ils pointent leurs doigts vers le Ciel, entrent dans la ville kurde de Gire Spi (Tel Abyad) dans le Kurdistan syrien, dans le Rojava, le 10 octobre 2019. Photo: AFP

Sheri Laizer  | Exclusif à Ekurd.net

«Les djihadistes parrainés par la Turquie m’ont enlevé chez moi. Je ne suis pas membre du PYD, je suis juste un producteur d’oliveraies. Ils m’ont détenu et torturé pendant trois semaines, en me brûlant, en menaçant de me tuer, en me battant jusqu’à me briser les os et en me laissant mourir de faim. Puis ils ont demandé une rançon et ont occupé ma terre, nous ont expulsés, ainsi que ma famille, vers un village éloigné afin qu’ils puissent s’emparer de notre maison et de nos oliveraies. Après que ma famille les a payés pour ma libération, j’étais si faible que je pouvais à peine me tenir debout toute seule. Je n’étais que peau et os. Les mêmes djihadistes m’ont de nouveau menacé que si je devais dire quelque chose à qui que ce soit, ils me reprendraient et tueraient ma femme et mes enfants. C’est la politique impitoyable de la Turquie. C’est l’opération Rameau d’Olivier – détruire nos vies et nos fermes oléicoles. »(Ahmed, 44 ans, dopnt le nom est changé, fermier, père de quatre enfants).

Les forces kurdes ont capturé ou tué un nombre indéterminé de ces djihadistes 1, notamment des membres d’Ahrar al-Sharqia (appartenant à la nouvelle «Armée nationale syrienne» déployée par la Turquie), de Jabhat al-Shamiya, de Firqar al-Hamza et de Liwa al -Shamal, Sultan Murad et d’autres groupes recyclés de l’Etat islamique au sein de l’armée turque elle-même.

Le rapport d’Amnesty International du 18 octobre 2019 témoigne de «preuves accablantes de crimes de guerre et d’autres violations des forces turques et de leurs alliés:« Les forces militaires turques et une coalition de groupes armés syriens soutenus par la Turquie ont affiché un mépris honteux pour la vie civile, commis des violations graves et crimes de guerre, y compris des exécutions sommaires et des attaques illégales qui ont tué et blessé des civils, au cours de l’offensive menée dans le nord-est de la Syrie… » 2

Recep Tayyip Erdoğan a également menti ouvertement au public à propos de “l’arrestation” (enfin) des proches d’Al Baghdadi après le décès du chef du terrorisme à Barisha, à seulement 4, 8 km (trois miles) de la frontière «ouverte» avec la Turquie. Après avoir été blessé à Raqqa, en Syrie, al-Baghdadi avait été soigné en Turquie pendant trois mois, avec l’aimable autorisation du président turc, transporté de manière sécurisée dans des tanks turcs par Daesh.

Clandestin en Turquie

L’épouse n°1 de Baghdadi, Asma Fawzi Muhammad al-Qubaysi, ainsi que sa sœur, etc., vivaient toutes sous le regard des services de sécurité turcs de Reyhanli, dans la province de Hatay. Reyhanli est à seulement 41, 8 km (26 miles) de la métropole d’Antakya. L ‘«arrestation» n’est rien d’autre qu’un autre simulacre opportuniste mis en scène par Erdoğan pour la consommation d’information publique. Après que les forces américaines et kurdes ont repéré et tué al-Baghdadi et deux des épouses du frère d’Al-Baghdadi, sans l’aide de la Turquie dans une enclave protégée turque3, Erdogan avait besoin d’une couverture :  Ils avaient tous rejoint Idlib depuis Raqqa. Le même intermédiaire a également amené les enfants d’Al Baghdadi hors d’Irak par le même itinéraire – un itinéraire dont les services de renseignements irakiens ont informé la CIA – et non pas Erdoğan4 ; Erdoğan a affirmé plus tard qu’il détenait déjà sa femme en juin, ainsi que la sœur aînée d’Al Baghdadi, un beau-frère, une belle-fille et cinq enfants à Azaz, affirmant qu’il n’en avait pas fait grand cas! 5 En fait, ils ont été protégés et libérés.

D’autres membres de la famille al-Baghdadi et des notables de l’Etat islamique étaient également pris en charge par les hommes du président à Reyhanli, Antakya, Adana, Konya et Gaziantep. Al Monitor a publié en 2014, au même moment où l’Etat islamique s’emparait du contrôle de vastes étendues de Syrie et d’Irak, un article notant : «Tous ces groupes, comme l’État islamique (Daesh), Jabhat al-Nusra et tout le reste, allez-vous-en! », a déclaré un habitant de Reyhanli à Al-Monitor, demandant à rester anonyme. «Regardez Mustafa Demir. Il est d’ici. Mais Daesh lui a donné un poste d’émir à Raqqa… La direction de la sécurité locale se trouve dans cette rue. «Voyez-vous ce salon de coiffure?»… Le salon de coiffure se trouve à environ 300 mètres de la direction de la sécurité. «Ce coiffeur s’appelle Omer Demir. Il est l’agent de recrutement de Daesh ici. Si vous allez les rejoindre en passant par la Turquie, voici le premier contact que vous établissez avec Daesh… Un haut responsable de la sécurité du département de la lutte contre le terrorisme d’Adana est venu ici avec son équipe. Ils ont parlé à la population et ont mis la situation sous contrôle. Mais nous avons appris qu’il y avait sept cellules dormantes ici et qu’elles les surveillaient toutes de près,6

C’était cinq ans avant la mort d’Al Baghdadi, deux femmes et trois de leurs enfants, tous tués dans l’explosion lorsque le chef de Daesh a fait exploser son gilet-suicide… “Surveillance?” Non, plutôt, en liaison et en coopération.

Erdoğan et le MIT, la Direction de la sécurité, savaient pertinemment qu’Al-Baghdadi était à Idlib. C’était leur région. Ils étaient en contact régulier avec la personnalité de l’Etat islamique et ses hommes qui venaient souvent en Turquie après avoir été obligés de quitter Raqqa. Au lendemain de la disparition d’Al Baghdadi, le porte-parole de l’EI, Abu al Hassan Al Muhajir, a été tué à Ain al Baydah, près de Jarablus, sous contrôle militaire turc depuis l’opération Bouclier de l’Euphrate en 2016. Des combattants extrémistes islamistes blessés sont entrés en Turquie. Ils vivaient librement à Reyhanli, tandis que les logements destinés aux étudiants devenaient des bases pour la formation de nouveaux combattants. Les djihadistes blessés ont d’abord été soignés dans des hôpitaux publics ou des dispensaires à la frontière, et les plus âgés d’entre eux dans des hôpitaux privés, y compris d’anciens membres de la filiale d’Al-Qaïda, Ahrar al-Sham. 7

Le gouvernement d’Erdoğan a organisé, formé et armé la pléthore d’extrémistes djihadistes sous le couvert de “l’Armée syrienne libre”, organisant leurs réunions en Turquie puis recyclant Ahrar al-Sham, al-Nusra, Daesh, Liwa al -Shamal et d’autres extrémistes de l’armée turque et de ses unités spéciales, de retour de Syrie et d’Irak. Le MIT a directement armé ces groupes et s’est engagé dans le transport et la vente de pétrole de Daesh.

Une zone «sûre» réservée aux terroristes djihadistes

  1. La zone contrôlée par la Turquie n’est une «zone de sécurité» que pour les extrémistes islamistes parrainés par la Turquie, qui ont le droit de décapiter, de violer et d’assassiner leurs ennemis, à la suite de hurlements barbares “Allahu Akbar”, Les images des premiers jours des extrémistes de l’Armée Libre Syrienne sont clairement visibles. Les conséquences seront désastreuses pour tous. 8

  1. Depuis qu’Idlib est littéralement devenu une “zone de sécurité” pour les terroristes islamistes sous la protection de la Turquie après le succès de l’expérience de l’AKP avec l’invasion sauvage d’Afrin, Erdoğan reste confiant que l’OTAN et ses partenaires occidentaux lui permettront de continuer, en dépit de rien de plus que de simples plaintes. Aucune réparation adéquate n’a été présentée pour indemniser les centaines de civils dont les moyens de subsistance et les biens ont été volés et qui sont toujours dépossédés d’Afrin par les supplétifs djihadistes de la Turquie.

  1. Erdoğan a clairement indiqué dès le départ que son principal intérêt n’était pas de poursuivre Daech mais son ennemi kurde – un ennemi avec lequel il aurait pu négocier pacifiquement, mais ce n’est nullement un homme pacifique.

  1. La frontière turque a été laissée ouverte à quelque 40 000 combattants étrangers afin d’accroître librement le nombre de combattants de l’Etat islamique et d’Al-Nusra, leur permettant ainsi de se déplacer librement.

  1. Ces mêmes assassins ont ensuite perpétré les pires massacres, viols, décapitations et autres souffrances barbares de ce siècle, notamment le massacre barbare, le 12 juin 2014, de quelque 1 700 conscrits chiites du camp Speicher à Tikrit, en Irak – exécutés d’une balle dans la tête., l’un après l’autre, avant de repousser leurs corps d’une poussée dans le Tigre ou de les enterrer à la hâte dans des fosses communes. 9 Erdoğan n’a jamais critiqué les décapitations ni les meurtres. L’ancien Premier ministre de l’AKP, Ahmet Davutoğlu, a déclaré à propos de l’Etat islamique qu’ils n’étaient que de jeunes enfants musulmans en colère et qu’il évitait de les traiter de terroristes. dix

Victimes du camp ISIS Speicher, site du massacre, Tikrit, Irak

Victimes du camp Speicher, site du massacre, Tikrit, Irak, 2019. Photo: © Sheri Laizer via Ekurd

  1. Avant de déclarer un «califat» à Mossoul le 29 juin 2014, al-Baghdadi se serait rendu à Ankara. 11 En septembre 2014, l’Etat islamique a transféré le personnel de l’ambassade de Turquie de Mossoul en toute sécurité à la frontière turque de Mossoul. 12 L’Occident a utilisé le «sort difficile» des diplomates comme une excuse pour ne pas condamner le manque de participation de la Turquie à la lutte contre l’Etat islamique.

  2. En tant que vice-président américain, Joe Biden a avert,i en 2014, la Turquie de ne pas continuer à aider les intégristes et a expliqué comment son pays aidait l’Etat islamique et d’autres groupes : “Nos alliés dans la région sont notre plus gros problème en Syrie”, a-t-il expliqué, en disant que la Turquie, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étaient «tellement déterminés à vaincre Assad», qu’ils ont, en quelque sorte, lancé une «guerre indirecte entre sunnites et chiites» en versant «des centaines de millions de dollars et des dizaines de milliers de tonnes d’armes» à quiconque se battrait contre Assad. 13

  1. Parmi d’autres détails réunis dans un document de recherche approfondi par David L. Phillips, ISIS-Turkey Links, on peut lire : «CNN Turk a rapporté le 29 juillet 2014 que des lieux tels que Duzce et Adapazari, sont devenus des lieux de rassemblement pour les terroristes. Il existe des bâtiments religieux où les jihadistes de l’Etat islamique sont formés. Certaines de ces vidéos de formation sont postées sur le site Web de propagande turque de Daesh, takvahaber.net. Selon  CNN Turk , les forces de sécurité turques auraient pu arrêter ces développements si elles l’avaient voulu… Un haut responsable égyptien a  indiqué  le 9 octobre 2014 que les services de renseignements turcs transmettaient des images satellites et d’autres données à Daesh… Kemal Kiliçdaroğlu a averti le gouvernement de l’AKP de ne pas fournir d’argent et de formation aux groupes terroristes. Le 14 octobre 2014, il a déclaré: «Il n’est pas correct que les groupes armés soient formés sur le sol turc. Vous amenez des combattants étrangers en Turquie, leur mettez de l’argent dans leurs poches, des armes à feu entre leurs mains, et vous leur demandez de tuer des musulmans en Syrie. Nous leur avons dit de cesser d’aider Daesh. Ahmet Davutoğlu nous a demandé de montrer des preuves. Tout le monde sait qu’ils aident Daesh. ”(Voir  ICI  et  ICI .) Selon les services de renseignements jordaniens , la Turquie a formé des jihadistes de l’Etat islamique pour des opérations spéciales…” 14 Lors de sa visite en Turquie en 2015, Joe Biden a tenu une conférence de presse et a été rejeté par Erdoğan, à cause de ses critiques, donc, il a parlé uniquement avec l’opposition.

  1. Quand al-Baghdadi a fait sa première annonce enregistrée après cinq ans de silence, fin avril 2019 depuis un lieu inconnu, les principaux médias occidentaux ont affirmé qu’il s’agissait d’un “coin reculé” d’Irak ou de Syrie, alors qu’Idlib était sous contrôle turc et quiconque connaissait bien la région pouvait entrevoir les meubles situés derrière l’orateur barbu, là où il était le plus susceptible de se trouver. Al Baghdadi est également représenté en train de recevoir un dossier portant la mention Wilayet Turkiye (détaillant par là ses plans pour l’État islamique en Turquie). 15 Même un prisonnier politique kurde, Huseyin Baybasin, pris en otage dans le cadre d’un accord entre les Turcs et les Néerlandais, a pu discerner que cet endroit était Idlib et l’a écrit en mai de cette année. 16

  1. Des agents des services de renseignements turcs, dont Ahmet Yayla, qui a quitté l’organisation de sécurité avec consternation, ont dénoncé l’implication du MIT dans l’Etat islamique. 17 Des sources travaillant toujours au sein de l’organisation qui ne souhaitent pas être nommées et qui partagent l’indignation morale de Yayla ont également confirmé qu’Al-Baghdadi et ses proches avaient été bien soignés par Erdoğan et que les récentes «arrestations» ne constituaient pas une découverte inopinée.

  1. Abu Mansour al-Maghrebi a été désigné comme “ambassadeur” entre les services de renseignements de l’Etat islamique (EMNI) et les services de renseignement turcs (MIT), initialement basé à la frontière pour faciliter le flux de combattants étrangers et coopérer, aux “portes” de la Turquie. Des accords  ont été passés avec le MIT pour que les combattants blessés reçoivent un traitement : «J‘ai passé les frontières et ils m’ont laissé passer. [À la frontière] les Turcs m’ont toujours envoyé une voiture et je suis protégé. Une équipe de deux à trois personnes de notre côté était avec moi. La plupart du temps, j’étais à la tête de notre équipe… il n’y avait même pas de contrôle des passeports aux portes et les hôpitaux publics soignaient gratuitement les combattants blessés. «Lorsque la personne est blessée, il y a un hôpital en Syrie et cet hôpital l’envoie dans une voiture à la frontière. Du côté turc, des ambulances attendaient cette personne. Il y avait des médecins qui n’aimaient pas Bashar. Ils ont traité nos gars. Le MIT… a été mis au courant de toutes les situations critiques et a envoyé les ambulances à la frontière. Il y avait aussi des hôpitaux près de la frontière. Ceux qui recevaient des soins critiques y étaient soignés et [le MIT] envoyaient les autres un peu partout en Turquie, selon leurs besoins. Il y avait des médecins très intéressés, syriens et turcs, qui voulaient aider. Donc, s’il n’y avait pas d’installations pour les servir à la frontière, ils seraient envoyés plus loin en Turquie pour les mêmes raisons… »18 Al Baghdadi était l’un des membres blessés de Daesh à avoir pu recevoir de tels soins médicaux en Turquie. Selon des sources de sécurité turques, une fois rétabli, Al-Baghdadi a été renvoyé en Syrie et a maintenu le dialogue avec le MIT.

  1. Le gouvernement de l’AKP a toujours continué à faciliter le recrutement et la formation de Daesh. Le rapport Phillips notait: «  Le 14 octobre 2014, Kerim Kiliçdaroğlu a affirmé que les bureaux de l’Etat islamique  à Istanbul et à Gaziantep sont utilisés pour recruter des combattants. Le 10 octobre 2014, le mufti de Konya a déclaré que 100 personnes de Konya avaient rejoint l’Etat islamique il y a 4 jours. (Voir  ICI  et  ICI .)

  2. Selon des Reportages d’OdaTV,  Takva Haber sert d’organe de propagande à Daesh pour recruter des turcophones en Turquie et en Allemagne. L’adresse où ce site de propagande est enregistré correspond à l’adresse d’une école appelée Irfan Koleji, créée par Ilim Yayma Vakfi, une fondation créée notamment par Erdogan et Davutoğlu. On prétend ainsi que le site de propagande est exploité à partir de l’école de la fondation créée par les membres de l’AKP… » 19

  1. Erdoğan a créé l’armée syrienne libre et les États-Unis n’ont plus tard, pas pu trouver un meilleur allié que les Kurdes en Syrie, une fois que l’Etat islamique est devenu incontrôlable. Alors que les YPG luttaient déjà pour sauver les Yézidis lorsque la Turquie armait l’Etat islamique à Kobani, les États-Unis les ont considérés comme le principal acteur des Forces démocratiques syriennes et comme des partenaires stratégiques viables, malgré certains éléments pro-marxistes. Le 24 septembre 2014, une délégation du CHP à Kobani a appris que «tout, depuis les vêtements que porte l’Etat islamique jusqu’à ses armes, vient de Turquie… et des responsables turcs circulent parmi eux». Les villageois en fuite ont été empêchés d’être aidés par leurs compatriotes kurdes du côté turc de la frontière à  Suruç et Urfa, alors que les jihadistes de Daesgh étaient autorisés à circuler librement dans les deux sens par le gouvernement de l’ AKP. 20

  1. La guerre contre Daesh a servi de justification supplémentaire pour que les forces américaines restent en Syrie et en Irak et est devenue une source de “distraction” majeure pour le public de son pays. Tout au long de la période allant de juin 2014 à novembre 2017, lors de la reprise de Mossoul, malgré de faibles critiques à l’égard de la Turquie, Erdoğan a continué à soutenir les djihadistes, sapant l’OTAN de l’intérieur et travaillant aux côtés de Poutine et de la Russie, contre les intérêts occidentaux 21. En 2016, j’ai prédis que les États-Unis abandonneraient très probablement les Kurdes une fois que le travail contre Daesh aurait été jugé suffisamment corrigé en Syrie 22. Ceci est dû au fait que Trump et ses cohortes ont toujours planifié de trahir les Kurdes du PYD / YPG dans le nord-Est de la Syrie, une fois que l’Etat islamique aurait été mis au pas, malgré la prolifération de groupes tout aussi dangereux, avec la permission de la Turquie. Le Pentagone a cherché à sécuriser les gisements de pétrole syriens, tout comme l’avaient fait les États-Unis et la Grande-Bretagne lorsqu’ils avaient revendiqué le pétrole irakien lors de l’invasion de mars 2003, après des années de préparation secrète. Les divers autres groupes djihadistes parrainés par la Turquie, dont le groupe sultan Murad, ne sont pas meilleurs que l’Etat islamique et perpétuent la même idéologie islamiste extrémiste, menaçant même de tuer des enfants kurdes. 23. Les femmes furent bientôt obligées de porter le niqab ; les décapitations ont commencé à se produire, ainsi que la torture et les meurtres sans motif. Des images horribles ont rapidement été diffusées sur les réseaux sociaux.

  1. La Turquie et le Qatar travaillent depuis longtemps en Libye 24 ainsi que dans plusieurs pays africains 25, organisant des combattants de Daesh recyclés et les soutenant avec tous les moyens nécessaires. Le Qatar a fourni un financement, tandis que la Turquie s’est occupée de la formation, des armes et des transports 26. Les EAU et l’Arabie saoudite ont agi de la même manière. 27

  2. L’ancien Premier ministre turc, Ahmet Davutoğlu 28, a annoncé en juin 2019 qu’il formerait un nouveau parti avec Abdullah Gül et Ali Babacan à l’automne 2019, déclarant qu’ils s’inquiétaient de la trajectoire erronée de l’AKP 29Davutoğlu lui-même a admis qu’ils avaient eu tort de permettre aux Jihadistes de l’Etat islamique de quitter librement la Turquie et de ne pas avoir autorisé une enquête appropriée, malgré la pleine connaissance des actes terroristes du groupe.

  3. Soldats turcs et activistes islamiques syriens soutenus par la Turquie près de Gire Spi (Tel Abyad) au Kurdistan syrien, octobre 2019. Photo: AFP

    Pendant ce temps, Erdoğan a annoncé son intention de remodeler le Rojava kurde, en déployant des djihadistes arabes et étrangers recyclés d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique, sous prétexte de renvoyer des réfugiés dans une région avec laquelle ils n’avaient aucun lien. Selon ce plan, avant de «réinstaller» entre 1 et 2 millions de réfugiés syriens sur les terres kurdes, la Turquie investirait environ 26 milliards de dollars (151 milliards de lires turques) pour la construction et les infrastructures. «Les capitalistes turcs attendent avec impatience cette opportunité (vraisemblablement assistée par l’État), ce qui est l’une des raisons pour lesquelles toutes leurs chambres de commerce et associations ont immédiatement déclaré leur soutien total aux« armées héroïques » de la Turquie…» 30. Cela n’augure rien d’autre que le nettoyage ethnique flagrant. Des armes chimiques ont été utilisées, notamment du phosphore blanc, contre les troupes kurdes 31

  4. Les politiciens américains et britanniques (y compris Boris Johnson et Lord Janvrin, représentant conservateur  du commerce en Turquie), qui récompensent la terreur d’Erdoğan au nom du commerce, devraient avoir honte. 32

  5. La stratégie de duplicité des États-Unis a eu des conséquences terribles pour les Kurdes, les chrétiens et les minorités qui étaient relativement en sécurité dans le nord-est de la Syrie avant l’invasion et après la défaite de l’Etat islamique. Seth Frantzman a souligné : «Un examen de la chronologie des déclarations officielles américaines, y compris les tweets de Trump et les déclarations du département de la Défense, révèle que le département d’État américain a joué un rôle clé dans la collaboration avec la Turquie sur le concept de zone de sécurité. Il est également clair que la plupart des détails sur l’endroit où la Turquie envahirait et prendrait le relais des troupes américaines, avaient déjà été présentés en juillet ou en août. En fait, des cartes circulaient à cette époque. La Turquie a présenté son concept à l’ONU en septembre. Les États-Unis savaient que de l’artillerie et des chars d’assaut turcs étaient déployés et que des groupes de rebelles syriens, dont beaucoup étaient des extrémistes, avaient ouvertement filmé des vidéos dans lesquelles ils affirmaient qu’ils purifieraient leur identité ethnique, en décapitant et assassinant la population locale, qu’ils étaient en chemin pour l’invasion… Il n’a fallu que trois jours à la Turquie après la décision de Trump, pour commencer à bombarder… Les États-Unis… ont fait référence à l’opération «planifiée de longue date». Des patrouilles communes et des vols survolaient la zone que la Turquie comptait prendre en charge, déjà, en août. Les États-Unis avaient exhorté le SDF à se retirer et à supprimer toutes les positions défensives. Les États-Unis avaient ainsi préparé le terrain pour rendre l’invasion aussi facile que possible, tout en faisant semblant de s’y opposer… Les États-Unis n’ont ni averti ni fourni d’aide humanitaire à des personnes comme Hevrin Khalaf, qui ont été assassinées. Les enfants bombardés à Qamishli n’ont reçu aucun soutien diplomatique des États-Unis. 33

La fumée monte de la ville kurde syrienne de Serêkaniyê (Ras al-Ain) au Kurdistan syrien, le troisième jour de l’opération militaire turque contre les forces kurdes, le 11 octobre 2019. Photo: AFP

Où sont les milliers d’autres combattants de l’Etat islamique qui étaient en Turquie?

  1. Erdoğan a emprisonné quelque 120 000 intellectuels et critiques à l’égard de sa politique depuis le “coup d’Etat” de juillet 2016, notamment des écrivains, des journalistes, des juges et des membres présumés de Gulen. La Turquie ne détient officiellement que 1 149 prisonniers de l’Etat islamique, dont il affirme qu’ils sont “plusieurs centaines” à être des occidentaux. Ce nombre très faible en dit long. 34 Cela est dû au fait que la Turquie a réhabilité les combattants de l’Etat islamique dans les uniformes de l’armée turque et de l’armée syrienne libre (aujourd’hui l’armée nationale syrienne), et les a recyclés en Syrie. Les plans de rapatriement d’Erdoğan ont pour but d’éliminer les combattants occidentaux de l’Etat Islamique, qu’il ne peut pas recycler aussi facilement, en menaçant que «la Turquie les extradera de toute manière».

En Irak, une forte proportion de détenus de l’Etat islamique, y compris ses femmes, sont des ressortissants turcs. (Parmi les milliers d’autres : des Ouïghours 35, des Tadjiks, des Kazaks, des Ouzbeks, des Russes, des Kosovars 36, des Tunisiens, des Egyptiens et d’autres individus directement engagés par la Turquie en Irak et en Syrie 37. Si la Turquie avait sécurisé la frontière avec la Syrie et l’Irak, comme elle aurait dû le faire à tout point de vue, Daesh n’aurait pas pu prendre le contrôle de vastes régions de ces pays, ce qui a entraîné de terribles destructions et des pertes énormes en vies humaines.

En Syrie, les forces démocratiques syriennes détenaient quelque 70 000 suspects de l’Etat islamique dans divers camps, dont au moins 10 000 combattants 38. Les forces kurdes ont fini par en détenir entre 13 000 et 11 000 après la chute de Baghouz 39. Erdoğan a récemment laissé plusieurs centaines de personnes échapper à la détention, suite à son invasion sanglante, avant de féliciter ses forces de n’avoir capturé que des femmes et des enfants.

La Maison Blanche avait pour objectif de donner à la Turquie l’entière responsabilité des prisonniers de l’Etat islamique! Le renard en charge du poulailler!.

Joshua A. Geltzer, ancien directeur du Conseil national de sécurité chargé de la lutte antiterroriste sous l’administration Obama, a déclaré : «Il est difficile d’imaginer que la Turquie a la capacité de gérer de manière sûre et appropriée les prisonniers, détenus depuis longtemps par les Kurdes syriens – et ce, même si elle avait véritablement l’intention d’essayer 40.

Trump venait juste de commencer à prendre en charge le transfert de certains présumés prisonniers de l’Etat islamique de haut niveau, emprisonnés par les Kurdes, mais une fois qu’il a signalé à Erdogan que la Turquie pouvait établir sa zone terroriste, les Kurdes avaient cessé de lui faire confiance.

Mettre fin au soutien de la Turquie au terrorisme fondamentaliste islamiste fasciste

L’OTAN doit prendre des mesures sérieuses pour punir la Turquie pour ses crimes de guerre sous la direction d’Erdoğan, et ne pas fermer les yeux, en invoquant les “préoccupations” de sécurité par euphémisme, alors que les forces kurdes n’en ont jamais posées. 41

Trump a tenu une conférence de presse avec Erdoğan le jour même du début des procédures de destitution de la Chambre. 42 Peut-être que justice sera rendue à long terme  et que les têtes tomberont un jour ou l’autre 43.

Sheri Laizer , experte spécialiste du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord et commentatrice reconnue sur la question kurde. Elle est rédactrice principale pour Ekurd.net. Plus d’informations sur Sheri Laizer, voir ci-dessous.

par 

Hiding in Plain Sight: Turkey’s ISIS Links, Al-Baghdadi’s Last Refuge and the Jihadist-Controlled “Safe” Zone

——–

https://anfenglish.com/rojava-northern-syria/hre-2-turkish-soldiers-and-3-jihadists-killed-in-azaz-and-afrin-34885
https://www.amnesty.org / fr / dernières / nouvelles / 2019/10 / syrie-accusations-de-guerre-de-crimes-et-autres-violations-par-les forces turques et leurs alliés /
3  https: //www.theguardian. com / world / 2019 / oct / 27 / nulle part-à-courir-comment-nous-sommes-finalement-rattrapés-avec-isis-leader-baghdadi
4 https://www.moonofalabama.org/2019/ 11 / dindes-suite-soins-pour-isis-volonté-fin-dussement.html
https://www.dailymail.co.uk/news/article-7659603/Erdogan-Al-Baghdadis-inner-circle-trying- enter-Turkey.html
https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2014/10/turkey-syria-isis-extremist-border-towns.html
7https://www.al-monitor.com/pulse/security/2014/02/syrians-reyhanli-turkey-medical-base-tensions-al-qaeda.html
https://www.moonofalabama.org/2019/ 11 / dindes-suite-soins-pour-isis-volonté-fin-dussement.html
https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/years-justice-iraq-camp-speicher-victims-190612085910106.html
10 https://www.academia.edu/38446586/TURKEY_NATOS_ISLAMIC_STATE_MEMBER.pdf
11 http://www.hbaybas.com/2019/05/03/isid-lideri-el-bagdadinin-yeni-aciklamasi geregi-Midir /? fbclid = IwAR1hCJ7rhUXQiObH429j0x7xD-VuDwWTqIuYgTV-gJf5cgDH1uya7pdpcXI
12 https://www.theguardian.com/world/2014/sep/20/isis-releases-hostages-turkish-consulate-mosul
13https://www.rt.com/news/192880-biden-isis-us-allies/
14 https://www.kurdishinstitute.be/fr/research-paper-isis-turkey-list-david-l-phillips /
15 https://www.bbc.com/news/world-middle-east-48098528
16 http://www.hbaybas.com/2019/05/03/isid-lideri-el-bagdadinin-yeni-aciklamasi- erdoganin-seytani-planinin-geregi-Midir /? fbclid = IwAR1hCJ7rhUXQiObH429j0x7xD-VuDwWTqIuYgTV-gJf5cgDH1uya7pdpcXI
17 https://www.nordicmonitor.com/2019/09/erdogan-governments-role-in-isis-oil-trade-exposed/
18 Ibid.
19 Phillips, op. Cit.
20 https://odatv.com/isid-saflarinda-savasan-turkiyeli-resmi-gorevliler-var–3009141200.html
21Rappelez-vous mes papiers, Le problème syrien, c’est la Turquie et la Turquie, membre de l’État islamique de l’OTAN https://ekurd.net/turkey-natos-islamic-state-member-2019-02-21
22 https://ekurd.net/islamic- republic-of-turkey-2016-09-08
23 https://twitter.com/kurdistannews24/status/1193777297582481408
24 https://www.egypttoday.com/Article/2/71699/Turkey-Qatar-smuggle-weapons- aux-terroristes-en-Libye-ex-Libyens
25 https://www.crisisgroup.org/middle-east-north-africa/gulf-and-arabian-peninsula/206-intra-gulf-competition-africas-horn- atténuation-impact
26 https://www.nordicmonitor.com/2019/01/turkey-hushed-up-the-case-of-int-intelligence-agency-mits-arming-jihadists- in- syria/
27https://www.nytimes.com/2019/07/22/world/africa/somalia-qatar-uae.html
28 heures entre 2014 et le 22 mai, date à laquelle il a démissionné au plus fort des opérations de l’Etat islamique.
29 « … yanlış bir Izlenim vermekten endişelenmeleri olarak açıkladı … https: //www.tr724.com/babacan-ile-davutoglunu-siyasal-islam-mi-ayirdi/
30 https://www.jadaliyya.com/Details/40158
31 La Turquie et ses mandataires procèdent à un nettoyage ethnique en infiltrant des terroristes islamistes dans la région, mais leurs forces utiliseraient pour cela des armes chimiques, telles que le phosphore blanc.
32 https://twitter.com/UKinTurkey/status/1191614199904047104
33https://sethfrantzman.com/2019/11/03/how-the-us-state-department-and-officials- a
réagi- to-
the- syria- withdrawal- october- 6- november- 3-2019/ 34 http : //bianet.org/english/world/215636-interior-ministry-turkey-begins-repatriating-isis-members-to-europe-us 35 https://www.reuters.com/article/uk-mideast-crisis -syrie-chine / syrie-dit-jusqu’à-5000-chinois-ouïghours-combats en groupes militants-idUSKBN1840UP
36 https://pulitzercenter.org/projects/kosovo-precipice-combating-jihadism-euro-muslim -society
37 https://theintercept.com/2019/10/17/syria-turkey-kurds-isis/
38 https://theintercept.com/2019/10/17/syria-turkey-kurds-isis/
39 https : //www.nytimes.com/2019/10/13/us/politics/isis-prisoners-kurds.html
40 https://www.nytimes.com/2019/10/13/us/politics/isis-prisoners-kurds.html
41 https://ekurd.net/recep-tayyip-erdogans-complicity-2019-10-19
42 https://edition.cnn.com/2019/11/10/politics/trump-erdogan-house-public-impeachment-hearing/index.html
43 Rappel de la dernière visite d’Erdoğan à Washington en 2017, lorsque les gardes du corps du dirigeant turc ont battu les manifestants en pleine vue des caméras.

Les opinions sont celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les vues de Ekurd.net ou de ses éditeurs.

Droit d’auteur © 2019 Sheri Laizer, Ekurd.net. Tous les droits sont réservés

commentaires

Hiding in Plain Sight: Turkey’s ISIS Links, Al-Baghdadi’s Last Refuge and the Jihadist-Controlled “Safe” Zone

3 COMMENTS

  1. Aucune confiance à ce prédateur megalo, il finira par aider au renversement des ayatollahs pour prendre illico la place de leader de ces pays paumés par l’islam totalitaire d’un autre temps.

  2. Merci pour ce magnifique travail journalistique, mais dont le contenu est si consternant!!
    A désespérer de l’être humain…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.