L’attaque au couteau de Petah Tikva est un rappel à la réalité pour Israël – analyse

Malgré tout, une situation sécuritaire précaire reste une caractéristique permanente de la réalité israélienne. C’est notre « evergreen » (trait persistant, test en grandeur nature), entre les lancers de ballons et les attaques au couteau, terroristes ou « psychopathes » et les frictions au Liban.

Scène d'agression à Petah Tikva, 26 août 2020 (crédit photo: ALON HACHMON)
Scène d’agression à Petah Tikva, 26 août 2020 (crédit photo: ALON HACHMON)

En l’espace de 24 heures à compter de la moitié de mardi après-midi, Shai Ohayon , 39 ans, père de quatre enfants, a été poignardé à mort dans les rues de Petah Tikva par un Palestinien de Naplouse; Les soldats de Tsahal qui patrouillaient aux frontières libanaises ont été la cible de tirs du Hezbollah provenant du cœur de deux positions de la FINUL au Liban-Sud, et ont riposté contre les postes d’observation du Hezbollah; des ballons inflammables de Gaza continuent de mettre le feu aux champs près de la barrière frontalière, ce qui, au cours de la semaine dernière, a déclenché une action nocturne de Tsahal contre Gaza.

Tout cela a servi de douloureux rappel à la réalité.

Malgré tout – malgré la récente normalisation des liens avec les Émirats arabes unis et toutes les promesses qui tiennent avec les autres pays arabes, malgré le coronavirus qui modifie fondamentalement tous les aspects de la société, malgré les machinations politiques sans fin – une situation sécuritaire précaire reste une caractéristique permanente de Réalité israélienne. C’est notre evergreen (trait de caractère persistant).

À tout moment, l’une des frontières du pays pourrait exploser ou une attaque terroriste pourrait «réussir» une percée et toutes ces autres questions qui dominent l’actualité et semblent si importantes pour le mouvement général – du coronavirus aux luttes politiques en passant par les manifestations contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu – semblera soudainement pour beaucoup sans importance.

Les événements du dernier jour sont un rappel brutal de l’endroit où nous vivons et de ce à quoi le pays est confronté. Personne ne devrait se tromper; le traité de normalisation avec les EAU est excellent, le coronavirus a tassé les points de friction entre le Hamas et l’armée israélienne, mais ce coin du Moyen-Orient ne s’est pas soudainement transformé en une oasis de paix.

Et cette prise de conscience fournit un contexte important pour comprendre Israël.

Les étrangers qui regardent ce pays peuvent être excusés de se demander comment se fait-il que Netanyahu continue de diriger le pays, malgré l’animosité d’une partie importante de la population envers lui, sa femme et son fils aîné; bien qu’il soit actuellement jugé pour corruption, fraude et abus de confiance; et malgré une économie qui – à cause du coronavirus – est en train de vaciller.

Comment se fait-il? Comment est-ce possible?

Ensuite, il y a des incidents comme ceux entre mardi et mercredi qui servent d’explication : la sécurité.

Netanyahu a supervisé une période où la plupart des Israéliens – mais pas ceux qui vivent près de la frontière de Gaza – ont ressenti un degré élevé de sécurité personnelle. Netanyahu n’a pas conduit le pays dans des guerres majeures et le terrorisme – malgré l’horrible attaque de mercredi – est en baisse au cours de son long mandat.

Le secret du succès sécuritaire de Netanyahu a été éclipsé au cours des derniers mois par tout le reste, mais cela explique encore en grande partie pourquoi les sondages montrent que si des élections avaient lieu aujourd’hui, le Premier ministre surpasserait n’importe quel rival.

Le Parti Kakhol lavan a tenté trois fois au cours de la dernière année et demie de mettre hors-sujet sécuritaire M. Security, en plaçant trois anciens chefs d’état-major en tête de leur liste, et n’a toujours pas pu faire sortir Netanyahu de son emprise sur le bureau du premier ministre.

Pour de nombreux Israéliens, la question de savoir qui doit gouverner peut être réduite à un facteur primordial: qui peut le mieux assurer ma sécurité et celle de ma famille?

Paradoxalement, l’attaque à l’arme blanche de mercredi a servi à rappeler aux gens que cela faisait longtemps qu’ils n’avaient pas diffusé à la radio les informations sur un meurtre terroriste. Oui, il y a eu des tentatives d’attaques au couteau, mais entendre la nouvelle commencer par un récit d’un citoyen assassiné par un terroriste n’a pas eu lieu depuis plus d’un an, depuis que Rina Shnerb, 17 ans, a été assassinée près de Dolev le 23 août 2019.

Israël a passé 12 mois sans mort civil à cause du terrorisme. Pendant cette période, un soldat – St.-Sgt. Amit Ben Yigal (21 ans) de Ramat Gan – a été tué par une pierre lancée sur lui lors d’une opération d’arrestation dans le village de Ya’bad en Cisjordanie. Selon Carmel Dangor de KAN, la dernière fois qu’Israël est resté 12 mois sans mort civil à cause de terroriste, c’était en 1964. Mais pendant cette période, a-t-elle noté, Israël a perdu 106 soldats.

Alors qu’à première vue, ce décompte des morts du terrorisme et des mois entre les attaques peut sembler insensible et rien de moins que des statistiques macabres, ces chiffres expliquent largement pourquoi Netanyahu a pu conserver le pouvoir pendant si longtemps.

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

5 Commentaires

  1. APRES CHAQUE MORT ISRAELIEN,IL FAUT TUER UNE PERSONNE IMPORTANTE AU HAMAS,ATTAQUE CIBLEE, ET LA ILS VONT VITE COMPRENDRE CES MONGOLIENS.LA LOI DU TALION,RIEN QUE LA LOI DU TALION,TOUTE LA LOI DU TALION.

  2. J’ai l’impression qu’Israel laisse le quartier libre au terrorisme .
    Il est temps de frapper là où ça fait le plus mal : les chefs des cellules terroristes .
    Les Politiques Israéliens connaissent bien ces personnages , Tsahal a toute l’ingéniosité d’éliminer ceux qui poussent les gens à ces actes de terrorisme ! L’heure n’est plus aux négociations à n’ en point finir , il faut utiliser la manière forte quitte à en arriver à une opération de grande envergure voire une guerre pour déterminer le plus fort et amener le faible à respecter celui qui aura gagné .

  3. Où en est donc , en Israël, la nécessaire auto-défense du citoyen déjà formé à l’armée et au danger?
    Les gens comptent-ils essentiellement sur Hashem ? On a vu le Résultat en Pologne et ailleurs..!
    Réponse technique: comment vivre comme les héros de Western la main sur le flingue? en faisant ses course de Shabbat….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.