Stéphane Hessel: IN-JUSTE!

0
317

Une cérémonie nationale a lieu ce jour, 7 mars 2013, aux Invalides en hommage à Monsieur Stéphane HESSEL en présence de Monsieur François Hollande, Président de la République Française.

Il y a tout juste une semaine, jeudi 28 février 2013, Libération faisait figurer en première page la photo de ce dernier, et y apposait le titre suivant : « UN JUSTE ».

Stéphane HESSEL, un Juste ?

Un Juste, vous voulez dire un Juste parmi les nations qui a mis sa vie en danger pour sauver des Juifs durant la Seconde guerre Mondiale, plus haute distinction honorifique décernée par l’État d’Israël à des civils ?

Un Juste, c’est-à-dire un non-Juif qui, malgré les grands risques encourus pour lui-même et pour ses proches, a aidé les Juifs à un moment où ils en avaient le plus besoin ?

Aurait-on ainsi l’obligation éthique de reconnaître, de saluer, au nom du peuple juif, Stéphane HESSEL, et de l’honorer de ce titre, à l’instar des 24 355 Justes reconnus comme tels depuis 1953 ?

Non point !

Il ne s’agit pas de ce Juste là, mais d’un autre ! Un autre type de juste quoi !

Un homme juste, on vous dit, un résistant ! Un résistant d’hier, donc un homme juste aujourd’hui, 70 ans après. Forcément. La Résistance, un blanc-seing pour l’avenir.

Un homme juste, on vous dit, un indigné ! Ah, un Indigné, avec un grand I. Mais indigné de quoi exactement ? Contre le fort et pour le faible, contre le riche et pour le déshérité, contre la misère et les inégalités et pour le pauvre, contre la violence (sauf quand elle est « légitime ? »), mais surtout, surtout indigné en matière de politique étrangère.

En fait indigné d’une seule chose en cette matière, indigné de GAZA. Pas indigné du Darfour, pas indigné du Soudan, pas indigné de la Syrie, pas indigné de la Somalie ou de l’Iran, pas indigné du reste du Monde, non, seulement de GAZA. Une cause Juste, forcément… pas une obsession productrice de haine, pas une obsession disproportionnée, pas une obsession sélective, pas une obsession malsaine, pas une obsession pathologique, pas une détestation névrotique, non. Une Juste cause.

La seule cause Juste, qui le conduira justement à oser la comparaison entre israéliens et nazis. Le Juste Hessel contre le Diable Israélien … juste un détail.

Un homme juste, on vous dit ! Juste une déclaration en janvier 2011 au quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, selon laquelle la collaboration nazie aurait été « relativement inoffensive », que c’était même le problème des résistants. Le Pen a été justement condamné pour des propos pas si éloignés…juste un détail, on vous dit ! Hessel ne peut être condamné, puisqu’il s’agit d’un humaniste ! Un Homme Juste, un Humaniste !

Un Humaniste qui n’a pas hésité pourtant, en octobre 2010, à rencontrer et à serrer la main de Ismaël Haniyeh, Premier Ministre du Hamas, organisation violente terroriste qui prône la Charia, c’est-à-dire, entre autres choses, la lapidation des femmes et la pendaison des homosexuels, et dont la Charte prévoit la destruction des juifs. Oui mais cette rencontre a eu lieu au nom des Droits de l’Homme ! ah…oui, comme ces manifestations à Paris ou ailleurs, au sein desquelles la première place lui est réservée, et où sont scandés avec ferveur des slogans de haine contre l’Etat Juif, et des slogans de haine contre les Juifs aussi au nom des droits de l’Homme.

Un Humaniste qui s’arrange avec le terrorisme et sa justification au nom du Pacifisme. Justesse de l’Humanité. Un Homme Juste que l’on idolâtre, que l’on élève au rang d’Icône, qui mérite une canonisation (ça tombe bien le Pape démissionne !), notamment pour avoir écrit un livre (un livre ?) d’une vingtaine de pages, d’un vide abyssal que des millions de personnes (ah phénomène de mode quand tu nous tiens !) se sont empressés d’acheter parce qu’il fallait juste le posséder. Rassurant de faire comme les autres, tout en ayant l’impression de s’affirmer. Dictature de l’opinion. Facile mais si désespérant. Un Homme Juste, au Panthéon ! La Patrie reconnaissante ! Reconnaissante ? mais de quoi ?

Juste pas possible, juste un scandale Nécessité absolue de faire preuve de lucidité, de clairvoyance, société bien pensante, aveugle, esprit formaté, vide de tout sens critique, si désespérant. Ecart vertigineux entre la réalité et la fiction.

Juste une illusion. Regardez l’Homme en face, en toutes ses faces…et ce sera Justice.

A force d’être juste on est souvent coupable.

Caroline YADAN PESAH – Avocat à la Cour

1 COMMENT

  1. Ne trouvez-vous pas qu’on a assez parlé de ce type? C’est le nième article que je lis sur lui. Je relis toujours la meme chose, on ne m’apprend rien de nouveau.
    Cessez de vous indigner et arretez de verser de l’encre encore et encore sur lui. Laissez-le mourir tout à fait et qu’il disparaisse à jamais. Car je vous garantis que cet individu sera très vite oublié d’ici très peu de temps.
    Ce que je ne comprends pas c’est que son torchon ait été traduit en 60 langues!!!! parait-il.

  2. Pourquoi cette haine du Juif ?
    Vous semblez surpris ? mais il n’est pas le seul alors un de plus ou un de moins ça ne change rien à l’abominable.
    Il faudrait tout simplement connaître sa vie depuis son enfance et vous trouverez les lacunes !
    S’il a vécut, malheureusement, comme beaucoup de Juifs qui ont refusé leur judaïcité, pensant être identiques aux chrétiens, il ne faut pas s’étonner du résultat.
    Les intellectuels de la “haskala” aussi ont falsifié leur judaïsme pour les honneurs du monde laique !
    D… réveille-toi, ton peuple se corrompre !

  3. Merci Armand pour cette explication.
    il y a une influence extrement néfaste qui gagne du terrain au sein de la communauté Européenne, ce sont ces p….de fachiste anarchiste de gauche dont leur principal vecteur de propagande sont des chaînes comme Arte, ils sont pires que les Le Pen et compagnie et savent parfaitement jouer de la frustration des nostalgique de la Russie communiste. Ils disposent de budget collosssaux avec la CEE.
    La haine du juif, en le caricaturant a une minorité qui détient le pouvoir est leur laitemotive. Ils sont près a tous les accords avec les pires des ordures et ils entrennent de la sortes toute l’Europe dans les abîmes de l’orreur. Leur grossièreté envers nous les juifs et toutes aussi graves envers tous les citoyens qui refusent l’islamisation de l’Europe. Pour ménager leur haine, ils nous envoient via Arte un message de “sympathie”
    Un bon juif est un juif qui rennonce a Israël “pour la bonne cause”, (extrait emmission “les reseaux de l’extreme” diffusee dernierement), ils ont besoin de juif comme Cohn-ben dit pour alibi, et pour se donner un caractère soft.
    la principale le résistance qu’il trouve dans les consciences collectives est la shoah, c’est bien pour que comme les extrémistes de droites ils cherchent absolument a en brise la vérité ou en la pervetissant a tout bout de champ.

  4. @scipion_lafricain

    Merci scipion_lafricain pour avoir répondu à ma question . Vous rejoignez Monsieur Fellous qui l’a bien connu pour avoir travaillé des années avec lui , mais je reste sur ma faim .Il doit y avoir une raison plus profonde . Personnellement je pense que c’est de la jalousie et que des Juifs ont dû lui faire ombrage , un truc comme çà . Je ne sais pas , c’est une supposition . Mais un jour on saura la vérité , ce n’est pas possible une telle haine gratuite . Et puis soutenir le Hamas dépasse l’entendement .

    Amitiés mon Cher scipion_lafricain .

  5. A A. Maruani, je ne me hasarde pas à vous répondre, mais j’essaye moi aussi de comprendre, nous avons affaire à un personnage ambigu, et à un “gaga”, il avait tout pour plaire à une clique de “bien-pensants”, gens de gauche essentiellement, qui ont trouvé un pseudo juif (son père se serait converti(?), qui s’en prend à l’Israël et qui manifeste une grande sollicitude à l’égard des palestiniens, (ça c’est pour avoir la paix dans le quartier) tout ça ne sent déjà pas bien bon, en allant un peu plus loin, on lui attribue une participation à la rédaction des Droits de l’Homme, je tiens à disposition la liste des personnes qui ont réellement participé à la dite rédaction, vous n’y trouverez pas le nom d’hessel. Dans le torchon d’une vingtaine de page qu’il a rédigé et “baptisé” Indignez-vous… il aurait été plus honnête en l’appelant, “le petit guide de l’imposture”, j’ai fait l’effort de l’acheter, pour bien combattre il faut bien connaître ses ennemis, n’est-ce-pas? et tout de suite on se rend compte qu’hessel est déçu et probablement très vexé de l’accueil que lui réservent les Israëliens, il s’attendait peut-être à être accueilli en héros, rien de tout ça… et les choses se gâtent… Ce qui est plus grave, c’est qu’aujourd’hui, ce mystificateur se retrouve à la une… bien mieux que moi M. G-W Goldnadel en fait la preuve dans son réquisitoire “Le vieil homme m’indigne!”… Sur les mensonges dont on a fait de solennelles vérités, il faut remercier Umberto Eco de nous avoir donné ce bel ouvrage “le cimetière de Prague” qui lui a valu, il me semble, une grande reconnaissance de la part des Israëliens… Les citations sont ce qu’elles sont, mais je termine sur une citation d’A. Einstein : “Le monde est dangereux à vivre non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire”. Amitiés

  6. Quelqu’un pourrait il m’expliquer comment cet individu est devenu antisémite ? Je n’arrive pas à comprendre . Il y a un mystère que nous découvrirons peut être un jour . Avec lui il faut s’attendre à tout .

  7. Nous le savions tous ici , mais il est bon de rappeler ce qui suit pour ceux qui nous lisent .
    C’est un peu long mais c’est nécessaire pour démasquer cet usurpateur haineux et antisémite . Qu’il aille en enfer . Amen .

    Lu dans la dernière new letter du CRIF

    TRIBUNEPublié le 8 Mars 2013
    Stéphane Hessel, une fin de vie sous influence
    + partager
    Par Gérard Fellous

    Stéphane Hessel, cet homme au grand cœur, au sourire charmeur et à la locution feutrée, avec lequel j’ai travaillé, semaine après semaine, mois après mois, pendant quinze ans entre 1992 et 2007 lorsque j’animais, à Matignon, la Commission nationale consultative des droits de l’homme, était l’un des plus brillants défenseurs des Droits de l’homme, en France et dans le monde. Il m’avait honoré de son amitié, et je lui vouais une certaine admiration… jusqu’à cette année 2008 où je vis cet homme intègre basculer dans la vieillesse et devenir vulnérable.

    Stéphane Hessel fut-il victime, en sa fin de vie, d’un « abus de faiblesse » ? En ce XXIe siècle naissant qui verra la longévité humaine s’accroitre sensiblement pour des dizaines de milliers de Français ; où l’on vit l’histoire pathétique d’une vieille dame, première fortune du pays, tombée sous la dépendance d’escrocs, victime d’abus de faiblesse puis mise sous tutelle ; pensons à tous les Stéphane Hessel que la vieillesse livrera, pieds et poings liés, à des proches ou à des manipulateurs tentés de les statufier, selon des techniques staliniennes, à la gloire de leur propre cause. Dans les cinq dernières années de sa vie, Stéphane Hessel fut ainsi transformé en icône, et cela à coup de mensonges, de travestissements, d’approximations hagiographiques qu’il laissa propager. J’en témoigne.

    Relevons quelque-uns de ces mensonges tardifs :

    –Non, il n’a jamais « participé à la rédaction de la Charte universelle des droits de l’homme » : Première erreur, il existe une Charte des Nations unies de 1945, et une Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH) de 1948 qu’il ne faut pas confondre. Seconde erreur, au moment de la rédaction de la DUDH, Stéphane Hessel n’était pas le représentant de la France à la Commission des Droits de l’homme, qui avait la charge de ce texte. C’était le juriste René Cassin, qui repose aujourd’hui au Panthéon, qui représentait notre pays, sous l’autorité de M. Foulques-Duparc, ministre plénipotentiaire, directeur des conférences internationales au Quai d’Orsay.

    Stéphane Hessel, qui n’a pu achever ses études à Normale Sup. du fait de la guerre, rejoint les fonctionnaires internationaux au secrétariat général de l’ONU, aux cotés de Henri Laugier. Il précise, dans son ouvrage « Danse avec le Siècle » (Seuil, 1997, P. 114), à propos de ce secrétariat : « Leur travail consistait à préparer les réunions entre représentants des États membres- avec un mélange de modestie. Ce n’est pas nous qui prenions les décisions, mais eux ». Dans l’administration onusienne, c’est le directeur de la Division des droits de l’homme au Secrétariat des Nations Unies, John Peters Humphrey qui réunit la documentation utilisée par la Commission des plénipotentiaires, dans laquelle René Cassin réussit en particulier à imposer la dénomination « universelle » pour qualifier la Déclaration des droits de l’homme.

    Effectivement, c’est René Cassin, avec Eleanor Roosevelt et six autres rédacteurs, qui rédigèrent les différentes moutures de la DUDH, débattues au sein de la « Commission nucléaire « (29 avril 1946- 20 mai 1946), puis de la Commission des droits de l’homme jusqu’au 10 décembre 1948, avant d’être adoptée au Palais de Chaillot (Paris) par les 54 pays membres de l’assemblée générale de l’ONU (voir les archives du Quai d’Orsay dans « La contribution française à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme » Éric Pateyron, 1998, La Documentation française).

    Stéphane Hessel en convient lui-même, à plusieurs reprises : en décembre 2008, dans un entretien au Centre d’actualité de l’ONU, il déclare : « Au cours des trois années 1946, 1947, 1948, j’assistais aux séances et j’écoutais ce qu’on disait, mais je n’ai pas rédigé la Déclaration. J’ai été témoin de cette période exceptionnelle » ajoute-t-il. Dans une interview audio accordée au site du ministère français des Affaires étrangères, il rend hommage à René Cassin qu’il dit « avoir rencontré à New York ». Il déclare dans une interview à Politis (3 janvier 2011) qu’il voulait revenir sur « une idée fausse » qui est « de m’accorder le rôle de corédacteur de la Déclaration universelle des droits de l’homme (…) J’ai assisté à sa rédaction de très près et de bout en bout. Mais de là à prétendre que j’en aurais été le corédacteur ! ».

    –Autres travestissements de bien des éléments de sa biographie par ses « nouveaux amis de vieillesse » : Il dénonce lui-même comme une idée fausse, le fait « que j’aurais fait partie du Comité national de la Résistance » (Politis, 3 janvier 2011). Par ailleurs, ce n’est qu’en 1977 qu’il obtint un poste d’ambassadeur auprès de la Commission des droits de l’homme de l’ONU, à Genève. Il est alors nommé par le président Valéry Giscard d’Estaing. Il n’a jamais eu par ailleurs de poste diplomatique dans une capitale, mais la dignité d’ambassadeur de France lui a été décernée par le président François Mitterrand.

    –La publication au printemps 2010 d’un « livre », qui est en vérité un pamphlet de 13 pages, « Indignez-vous ! » n’est pas de sa main. Il est en réalité l’œuvre de Sylvie Crossman, son éditrice (Indigène), et par ailleurs spécialiste des aborigènes d’Australie, qui a utilisé trois entretiens oraux accordés dans le cadre de la campagne en faveur des sans-papiers. Stéphane Hessel s’est borné à dire : « Je veux bien » qu’ils soient publiés. Outre le fait que Stéphane Hessel répugne à prononcer les mots de « révolution » , de « soulèvement » ou de « violences » qui seraient contraires aux valeurs des droits de l’homme, il n’est qu’une seule situation dans le monde qui puisse aujourd’hui soulever l’indignation, celle des Palestiniens. Et encore, pas la Palestine de l’OLP et de la Cisjordanie qui n’a jamais fait l’objet du soutien des « nouveaux amis » de Stéphane Hessel, mais celle du Hamas. On relèvera que Stéphane Hessel n’avait jamais demandé à rencontrer Yasser Arafat ou Mahmoud Abbas, avant qu’il n’ait une rencontre médiatisée avec Haniyeh, le chef du Hamas. La manipulation est grossière.

    Quant à la « biographie » qui accompagne l’opuscule, elle est clairement signée SC. Ses éditeurs ne cachent pas qu’ils voulaient ainsi créer une icône afin que, selon eux, « 7 milliards d’humains (…) se presseraient derrière sa porte » (le Monde, 6 mars 2013). En somme une pure opération de marketing politique.

    Palestine, un engagement critiqué

    À partir de 2009, à 92 ans, entrainé par quelques proches et par certains groupuscules altermondialistes et d’extrême gauche, Stéphane Hessel est propulsé à la tête d’une curieuse campagne en faveur des Palestiniens, dont on retiendra quelques aspects:

    Il inaugure tout d’abord (8 octobre 2009 à Lausanne) la Conférence du Tribunal Russell pour la Palestine. Ce « tribunal d’opinion » créé pour « mobiliser les opinions publiques » avait besoin d’une figure de proue. Sa compagne Christine fait entrer Stéphane Hessel dans son comité d’organisation. On le voit intervenir dans les médias au côté de Tarik Ramadan pour dénoncer « les atrocités » à Gaza, affirmer qu’Israël s’y livre à des « crimes contre l’humanité » et prétendre que le « Hamas veut retourner aux frontières de 1967 ».

    Parallèlement, il participe à une campagne de boycott des produits israéliens (BDS), que du reste la législation française interdit et qui lui vaut une poursuite judiciaire et l’annulation d’une conférence à l’École normale supérieure. Il se réfère au rapport Richard Goldstone sur Gaza, de septembre 2009 « qu’il faut absolument lire », sans ajouter qu’il a été fermement démenti par les Nations Unies. Il se laisse aller à déclarer au journal allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung (janvier 2011) : « L’occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l’occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d’éléments d’exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d’œuvres d’art ». On relèvera que Stéphane Hessel ne fait alors aucune allusion à la Shoa et à la déportation de 70 000 juifs de France.

    Stéphane Hessel s’est rendu depuis 2008 à plusieurs reprises à Gaza et à Ramallah sous couvert d’ONG humanitaires, en passant par Israël. En octobre 2010, il se rend en compagnie du philosophe Régis Debray au centre culturel français à Gaza. Au cours de ce séjour, il rencontre, en présence des médias du Hamas, Ismail Haniyeh, le chef du Hamas auquel il apporte son soutien. Il avait auparavant défini le terrorisme pratiqué par le Hamas comme étant… « une forme d’exaspération » (Indignez-vous ! P. 9).

    Une fausse légende Hessel, qui l’a dépassé, était ainsi bâtie depuis cinq ans.

    Mais, dans son hommage du 7 mars aux Invalides, la République a corrigé les erreurs biographiques, en retenant le Résistant et l’homme de la Gauche mendésiste, auquel le poète Guillaume Apollinaire, qu’il affectionnait tant, ajoute dans le poème lu sur son sarcophage : « Pitié pour nos erreurs… »

    Lu dans la dernière newsletter du CRIF

  8. Bravo , excellent article . Je me demande parfois comment cet usurpateur a pu , toute sa vie se regarder dans un miroir sans se dire une seule fois : ” Je suis vraiment un sale mec et une ordure “. En tout cas moi je le pense .

  9. C’est bien la preuve que l’on ne doit d’aucune manière considérer ce que ces vermines disent, ils ne savent qu’attirer la haine et de manière plus générales TOUS les pays qui se sont debine dans la reconnaissance de l’état d’Israël en soutenant la cause de ces arabes qui ne reconnaissent en rien Israël, ont finit par récolter ce qu’ils ont semé…..
    Israël se défendra et vivra, les autres continueront leur descente aux enfers…..l’avenir appartient à ceux qui savent se défendre
    KOL AKAVOT TSAHAL

  10. Bravo pour cet article au ton juste.

    Pour le 1/100o ème de ce contenu, Huffington Post France a viré mes commentaires sur un biller de Martin Hirsch sur le célèbre défunt. Mon tort a été de poser des questions sur la véracité de ses exploits.

    Plus j’avance en âge et plus je comprends comment 75000 Juifs de France ont été déportés sans soulever l’indignité de la population. La lâcheté ambiante, il n’y a rien de pire.

    {Sans pessimisme et sans amertume, je dirais que les Juifs n’ont rien à attendre de quiconque, à n’importe quelle époque et dans n’importe quel endroit}.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.