Rapport Goldstone : Un général britannique prend la défense d’Israël!

0
166

Dans le déferlement de mauvaise foi et de condamnations, il revient de citer positivement l’ancien chef du contingent britannique en Afghanistan, le général Richard Kemp, qui a écrit une lettre de plaidoirie pour Israël adressée au Président du Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU, Alex Van Meeuwen. Dans son courrier, il se prévaut de sa longue expérience militaire en Afghanistan, en Bosnie, Macédoine et Irlande du Nord, de sa participation à la Guerre du Golfe ainsi que de son action au sein des forces anti-terroristes, pour affirmer que « Tsahal a pris plus de précautions lors de l’Opération ‘Plomb Durci’ que n’importe quelle autre armée au monde ne l’aurait fait, pour préserver la vie de civils en zone de combats ».
Le général Kemp rappelle « qu’Israël a dû faire face à des ennemis qui se sont délibérément placés en zones civiles habitées, se servant de leur propres populations comme boucliers humains ». Il tient également à insister sur le fait que « le Hamas tout comme le Hezbollah sont passés maîtres dans l’art d’utiliser et tromper les médias, en demandant à leurs gens de déformer ou inventer des faits qui accuseraient ensuite Israël de commettre des crimes de guerre ».
Rarement, un officier supérieur d’une armée étrangère, de surcroît d’un pays qui adopte une politique étrangère hostile à Israël, ne sera allé aussi loin dans un plaidoyer en faveur de Tsahal : « La vérité est que l’Armée israélienne a pris des mesures exceptionnelles pour avertir les populations civiles de l’imminence d’une attaque, soit par des millions de tracts disséminés par avion, ou des centaines de milliers d’appels téléphoniques, dans l’unique but de réduire ou éviter les pertes civiles innocentes », notant au passage « que d’importantes opérations de Tsahal qui auraient porté de durs coups au Hamas, ont été annulées au dernier moment à cause de la présence de civils dans les zones visées ». « Toutes ces choses, incompréhensibles pour un tacticien militaire, ont été cependant faites par Israël », atteste le général.
Richard Kemp reconnaît toutefois « qu’il y a eu des erreurs qui ont coûté la vie de civils, tout comme cela est arrivé aux troupes britanniques ou américaines » mais statue « qu’en aucun cas, une erreur involontaire ne peut être qualifiée de crime de guerre ». Concernant l’Opération « Plomb Durci » à proprement parler, le général Kemp attribue l’entière responsabilité des morts civils au Hamas, « qui a délibérément et cyniquement choisi de combattre parmi et au milieu des civils palestiniens, dans l’intention de les sacrifier »
Il termine sa lettre si méritoire en disant : « M. le président, Israël n’avait pas d’autre choix que de défendre ses propres citoyens face au terrorisme et aux roquettes du Hamas », et en revenant encore une fois sur ce qui fait l’honneur et la fierté de Tsahal : « Aucune autre armée au monde n’aurait pris autant de mesures pour limiter les pertes civiles dans le camp ennemi ».
Merci, général Kemp, lueur d’espoir dans l’obscurité !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.