Obama : une visite à hauts risques en Israël.

0
124

Les informations qui nous parviennent de la zone syrienne du plateau du Golan inquiètent au plus haut point les responsables israéliens. En effet, il semble que des terroristes d’Al Qaida combattants aux côtés des opposants au régime de Bachar El Assad aient décidé de lancer une action contre Israël.
Mais auparavant ils mettent tout en œuvre pour contrôler la zone syrienne du Golan. Plusieurs tunnels creusés en direction de la région contrôlée par Israël ont d’ores et déjà été identifiés et pourraient servir soit à une opération terroriste, soit au transfert d’armes et de munitions.

Sur le plan stratégique, le contrôle de cette région permettrait de tirer des missiles de longue et moyenne portée sur Israël et sur la Jordanie. Pour Israël, le problème n’est pas simple car il semble que le régime syrien actuel ait perdu le contrôle de cette zone, comme l’a prouvé l’enlèvement des observateurs de l’ONU, la semaine dernière.

La venue imminente d’Obama au Proche-Orient est un facteur supplémentaire pour envenimer une situation déjà fort explosive. Une intervention prématurée d’Israël risque d’être mal comprise par les Etats-Unis, l’Europe et surtout la Turquie.

La section syrienne d’Al Qaida, Jabaat El Nucera a conclu un accord avec la rébellion pour obtenir la maîtrise de cette région et s’est engagée à expulser les représentants du gouvernement avant le 15 mars. Ils ont attaqué avant-hier la Brigade 90 de l’armée syrienne qui patrouillerait dans la région, lui infligeant de lourdes pertes.

L’administration américaine craint elle aussi une attaque lors de la visite d’Obama et a demandé à Israël d’installer des batteries “dôme de fer” à proximité de l’aéroport Ben-Gourion, et de les équiper de détecteurs d’armes chimiques. Le moindre incident risque d’avoir d’incalculable conséquence, lors d’une visite qui s’annonce dénuée d’intérêt puisque la nouvelle coalition gouvernementale n’est pas encore en place à Jérusalem et que les nouveaux dirigeants de la diplomatie américaine ne font que balbutier leur stratégie pour la politique étrangère du second mandat d’Obama.

Le principal intérêt de cette visite, pour le président américain est de se rendre compte de l’organisation des batteries “dôme de fer” que son pays a en grande partie financé et dont il n’a pas encore vu le déploiement sur le terrain. Il y a une chose que je n’ai jamais vraiment comprise chez les chefs d’Etat, et surtout chez ceux qui n’ont pas eu de véritable expérience militaire, c’est cette propension à vouloir passer des troupes en revue, comme si cette parade leur conférait soudain une aura de soldat et un respect national qu’ils n’ont pas gagné sur les champs de bataille. Obama, comme Hollande, aime cet exercice et espérons qu’il ne se contentera pas de recevoir les honneurs mais qu’il comprendra aussi la nécessité de renforcer son allié stratégique dans la région, Israël.

Michaël Bar-Zvi

Chronique RADIO-J du 14 mars 2013
Guimel Nissan 5773

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.