JERUSALEM, 26 juillet 2010 (AFP)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a sommé lundi les Palestiniens de commencer « sans délai » des négociations directes avec Israël, s’exprimant devant la commission des Affaires étrangères de la Knesset (Parlement).

« Il faut passer à présent et sans délai supplémentaire aux négociations directes », a déclaré le chef du gouvernement israélien, en assurant qu’il « existe là-dessus une entente entre Israël et les Américains ». Devant la commission, M. Netanyahu a accusé l’Autorité palestinienne, présidée par Mahmoud Abbas, de « vouloir éluder des négociations directes ». « Nous sommes prêts, quant à nous, à entamer des négociations directes dès la semaine prochaine », a poursuivi le Premier ministre, dont les propos ont été repris par les radios israéliennes. M. Netanyahu a critiqué les « tentatives des Palestiniens d’obtenir auprès de la Ligue arabe un soutien à leur refus » de négocier face-à-face avec l’Etat hébreu.

La Ligue arabe se réunit jeudi au Caire en présence du président Abbas, qui doit informer les participants de l’état des discussions indirectes avec Israël, ouvertes début mai sous l’égide des Etats-Unis.

L’Autorité palestinienne réclame des garanties sur un gel de la colonisation juive et sur Jérusalem-Est annexée, sur des questions de sécurité et sur le tracé des frontières d’un futur Etat palestinien, avant de s’engager dans des négociations directes.

Elle a obtenu le 18 juillet le soutien du chef de la Ligue arabe, Amr Moussa, à l’issue d’un entretien au Caire avec l’émissaire américain pour le Proche-Orient, George Mitchell. « Nous ne pouvons pas passer de manière automatique d’une négociation (indirecte) à une autre (directe, ndlr) sans garanties écrites », a affirmé M. Moussa, dont l’organisation avait donné son feu vert aux pourparlers indirects actuels.

Les négociations directes sont interrompues depuis l’offensive dévastatrice de l’Etat hébreu dans la bande de Gaza fin 2008.

COMPLEMENT D’INFORMATION

PO: Abbas assure être disposé à négocier directement avec Israël

AMMAN, 26 juillet 2010 (AFP)

Le président Mahmoud Abbas a assuré lundi qu’il était prêt à entamer des négociations directes avec Israël, à partir du moment où les conditions sont réunies, alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a sommé les Palestiniens de les débuter « sans délai ».

« Nous sommes prêts à entamer des négociations directes. Nous avons négocié dans le passé avec divers gouvernements israéliens. Pourquoi ne voudrions-nous pas négocier? Nous ne tentons pas de nous débiner », a déclaré M. Abbas à l’AFP à Amman.

Benjamin Netanyahu, qui s’exprimait devant la commission des Affaires étrangères de la Knesset (Parlement), a sommé lundi les Palestiniens de commencer « sans délai » des négociations directes avec Israël. « Il faut passer à présent et sans délai supplémentaire aux négociations directes », a déclaré le chef du gouvernement israélien, en assurant qu’il existait « là-dessus une entente entre Israël et les Américains ».

Le président palestinien s’est entretenu lundi à Amman avec le roi Abdallah II « dans le cadre de la coordination et la consultation commune sur tous les dossiers politiques importants », a-t-il expliqué. Il a souligné que cette rencontre précédait « la réunion du comité arabe de suivi des négociations avec Israël », dont la Jordanie est membre.

Dans des déclaration à la presse au terme de l’entretien, M. Abbas a répété qu’il était prêt à entamer des « négociations directes ». « Mais la condition principale est la référence aux frontières de 1967 et la fin de la colonisation, à ce moment-là les négociations directes seront possibles et mêmes plus que possibles », a-t-il expliqué. Le palais royal a pour sa part affirmé que le roi et M. Abbas avaient évoqué la nécessité de « créer les conditions favorables qui permettront d’entamer des négociations directes en conformité avec les termes de référence qui stipulent la création d’un Etat palestinien sur les territoires occupés depuis 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale ».

Le président palestinien rencontrera mardi à Amman le ministre espagnol des Affaires étrangères Miguel Angel Moratinos avant de s’envoler pour Le Caire.

NDLR – Les pressions semblent se faire plus intenses sur M. ABBAS de la part des Etats-Unis et des Européens. Les gestes faits en fin de semaine dernière relative aux représentations palestiniennes en France et aux Etats-Unis, sont une contrepartie d’un engagement déjà pris par de M. ABBAS de passer à des négociations directes, déjà annoncées voilà quelques jours par les autorités israéliennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.