L’EI appelle ses partisans à « tuer un incroyant américain ou européen – en particulier les sales Français ».Syrie: l’offensive de l’EI, un « génocide » (Kurdes)

img
« Des Kurdes syriens attendent le 20 septembre 2014 à Suruc pour traverser la frontière vers la Turquie »Bulent Kilic (AFP)

Des dizaines de milliers de Kurdes ont fui le nord de la Syrie pour la Turquie voisine devant la progression des djihadistes de l’Etat islamique (EI), l’opposition syrienne mettant en garde samedi contre un « nettoyage ethnique ».

A Washington, le président Barack Obama a annoncé qu’il profiterait de l’Assemblée générale de l’ONU la semaine prochaine pour appeler à une plus large coalition internationale contre l’EI, un combat dans lequel « tous les pays, y compris l’Iran » ont un rôle à jouer, selon chef de la diplomatie John Kerry.

Alors que ce groupe extrémiste sunnite est responsable de viols, rapts et décapitations dans les régions sous son contrôle en Syrie et en Irak, 46 Turcs qu’il détenait en Irak depuis le 11 juin ont été libérés au terme, selon le président turc, d’une « opération de sauvetage » des forces spéciales.

[A lire sur le sujet: Shoah, génocide, Israël et l’Etat islamique Appel à tuer les Américains et les Français

L’organisation Etat islamique a lancé lundi un appel à ses partisans à tuer des citoyens, notamment Américains et Français, des pays formant la coalition internationale mise en place pour combattre le groupe djihadiste en Irak et en Syrie.

« Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen –en particulier les méchants et sales Français– ou un Australien ou un Canadien, ou tout (…) citoyen des pays qui sont entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière », a déclaré Abou Mohammed al-Adnani, le porte-parole de l’EI, dans un message publié en plusieurs langues.

Les Etats-Unis et la France sont les deux pays qui ont jusqu’à présent mené des fappes aériennes en Irak sur des positions de l’EI, un groupe qui a déclaré en juillet un « califat » à cheval sur la Syrie et l’Irak, dont ils contrôlent de larges secteurs.

– « L’EI a menacé tout le monde » –

« L’EI est venu dans notre village et a menacé tout le monde. Ils l’ont bombardé et ont détruit les maisons. Ils ont décapité ceux qui sont restés », raconte un autre réfugié Mohammed Issa, 43 ans, qui a fui avec sa famille.

img
« Syrian Kurd children carry their belongings as they enter Turkey near Suruc in Sanliurfa province on September 20, 2014 after their families fled Islamic State fighters ». Bulent Kilic (AFP)

Des colonnes de fumée visibles le 20 septembre 2014 depuis la ville de Suruc à la frontière entre la Turquie et la Syrie

Selon le photographe de l’AFP, d’épaisses colonnes de fumées en provenance de Aïn al-Arab étaient visibles depuis la frontière turque.

Selon l’OSDH, les combats font toujours rage entre les combattants kurdes et l’EI près de Kobané et les bombardements des djihadistes touchent des villages situés à 10 km seulement de la ville. Les combats ont fait plus de 50 morts dans les deux camps depuis mardi.

Le chef de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, a affirmé que « le sort de 800 habitants de villages (pris par l’EI) restait inconnu ». Le groupe extrémiste a exécuté au moins 11 civils, a-t-il dit. Face à la progression djihadiste, quelque 300 combattants kurdes de Turquie sont venus en Syrie prêter main forte à leurs frères d’armes syriens, a ajouté l’ONG.

L’opposition syrienne en exil a appelé la communauté internationale, « à agir d’urgence pour prévenir un nettoyage ethnique » dans cette ville. L’EI a été accusé de nettoyage ethnique et de crimes contre l’Humanité par l’ONU dans le nord de l’Irak, après y avoir pris plusieurs localités poussant à la fuite des centaines de milliers d’Irakiens, principalement des membres de minorités.

– 46 Turcs libérés –

img
« Le président américain Barack Obama dans les couloirs de la Maison Blanche en 2009 ». Saul Loeb (AFP/Archives)

Dans sa stratégie antidjihadistes annoncée le 10 septembre, M. Obama, dont le pays mène des frappes contre les positions de l’EI en Irak depuis le 8 août, a affirmé qu’il était prêt à faire de même en Syrie, mais aucune action militaire n’a encore été entreprise dans ce pays.

Le président américain, qui a exclu des troupes au sol en Irak comme en Syrie, a aussi obtenu l’accord du Congrès pour entraîner et mieux équiper les rebelles modérés syriens pour qu’ils puissent faire face à l’EI.

Il a estimé que plus de 40 pays avaient proposé de participer à la coalition initiée par son pays pour « détruire » le groupe djihadiste qui a aussi décapité deux journalistes américains et un humanitaire britannique.

La femme d’un chauffeur de taxi britannique pris en otage par les djihadistes a samedi imploré ses ravisseurs de le relâcher, assurant qu’elle ne voyait pas comment sa mort pourrait servir une quelconque cause. Alan Henning, un Britannique qui s’était porté volontaire pour conduire un convoi d’aide humanitaire pour le compte d’une ONG musulmane, a été enlevé il y a 10 mois par l’organisation EI. Celle-ci l’a menacé de mort dans une vidéo diffusée la semaine dernière.

Après avoir été enlevés à Mossoul (nord) aux premiers jours de l’offensive de l’EI en Irak, 46 Turcs ont été libérés et sont arrivés en Turquie, sains et saufs, selon les autorités. Parmi les otages figuraient le consul général et son épouse, des diplomates et leurs enfants, ainsi que des membres de forces spéciales.

La Turquie, voisine de l’Irak, avait refusé de participer militairement à la coalition antidjihadistes, arguant de sa volonté de protéger la vie de ses otages.

(AFP)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.