CONSISTOIRE: Dov Zerah – Le retour II

6
338

Dov Zerah a eu plusieurs mandats d’administrateur au Consistoire de Paris. Il a fait campagne, en 2009, à la tête d’une liste “TOUS ENSEMBLE AVEC DOV ZERAH, CONSTRUISONS LE CONSISTOIRE DE DEMAIN, DANS LE CHALOM”. “Dans le chalom”, ça veut dire: “on s’accommode de tout et de tous”. Autant dire que l’on laisse perdurer les magouilles.

Les cinq points du programme étaient:

– 1 – Tracer le chemin par l’exemple avec une équipe alliant compétences et expériences de terrain. (L’exemple, c’est quand le chef se défile pour aller à l’AFD, qu’un autre démissionne, qu’un troisième ne met pas les pieds aux réunions du conseil, qu’un quatrième se présente contre Dov Zerah etc..etc..)

– 2 – Créer le parlement des communautés et responsabiliser les communautés.( Ce n’est plus un parlement des communautés qu’il faut créer, c’est au mieux un service de réanimation, tant nombre de communautés consistoriales sont en perte de vitesse voire en perdition)

– 3 – Remettre le Consistoire au cœur de la vie juive.(S’il y a bien une institution qui n’intéresse plus grand monde, c’est bien le consistoire, et cela de la faute de tous les bonimenteurs et c’est un euphémisme, que la communauté a placé à sa tête)

– 4 – Transmettre les valeurs juives, s’occuper de notre jeunesse.( Le nombre de mariages mixtes en dit long sur la fourberie de cet engagement)

– 5 – Mettre en place une cacheroute nationale, avec un label national. ( Jamais il n’y a eu plus de labels autres que celui du consistoire. Les “orthodoxes” en créant leurs labels avec l’appui de grands rabbins consistoriaux ont ouvert la porte à tout et n’importe quoi. Il est devenu impossible de s’y retrouver. Le seul critère de cacheroute pour beaucoup, se résume à la présence de caractères plus ou moins hébraïques sur les produits que l’on met à notre disposition, qui s’ils ne sont pas tous très cacher, sont sûrement tous très chers)

Après avoir été élu en janvier 2010 Président de l’ACIP, il a quitté le Consistoire suite à sa nomination à la tête de l’AFD en mai de la même année. Il fut l’étoile filante communautaire.

Dov Zérah nous refait aujourd’hui le même coup. Il est à la fois candidat à un nouveau mandat à la tête de l’AFD, et cherche à constituer une liste pour éventuellement retrouver le poste de Président du Consistoire.

Qu’avait-il fait durant son premier mandat de huit années en tant que membre du consistoire ? RIEN absolument rien.

Qu’a-t-il fait pendant ces quatre dernières années, hormis ses trois mois passés à la tête de l’institution consistoriale ? RIEN.

Qu’ont fait ses colistiers ? RIEN.

Qu’a-t-il réalisé de ses cinq engagements ? RIEN.

Un de ses colistiers a démissionné du Consistoire à juste titre, alors qu’il a constaté que le programme pour lequel il s’était battu, n’aurait aucune chance d’être réalisé.

Un autre a quitté l’équipe, pour ne plus avoir à faire à Dov Zerah.

Un troisième, élu brillamment, n’a pratiquement jamais participé aux délibérations du conseil.

Quant à Dov Zerah, il a préféré sa nomination à l’AFD à son statut de Président du Consistoire. Ce poste était pour lui une voie de secours au cas où il ne serait pas nommé à la tête de l’AFD. Aujourd’hui encore il cherche à gérer sa carrière plus que s’intéresser véritablement à la Communauté.

Alors, nous dira-t-on, c’est un énarque, un homme intelligent. Sans nul doute pour gérer sa carrière, il a une compétence indéniable, comme tous les énarques, mais enfin pour le reste, du moins pour la communauté en 12 ans de mandats, ne rien faire, ne rien dire, ne fâcher personne, être sans odeur, ni saveur, sauf à se montrer caractériel quand il s’agit de son leadership, ça fait un peu mince.

Se mettre en colère, pour éviter les tricheries lors des élections à venir, c’est bien sauf que ce sursaut de morale ne vaut que quand il s’agit de ses intérêts.

Qu’il s’élève contre le fait que Mergui va utiliser l’argent de l’institution pour mener sa campagne, en louant le Palais des Congrès en juin 2013, pour faire le pan comme il l’a fait le 18 mars 2012, sans aucun autre résultat, sauf à se mettre en scène, aurait du panache, mais pour cela il aurait fallu que Dov Zerah soit un vrai militant, mais on ne le connaît pas comme tel.

Alors si on vous dit: “Vous reprendrez bien un peu de Dov Zerah” – On vous suggère de répondre : “Non merci, on a déjà donné”.

C’est en tout cas ce que disent ses anciens équipiers et alliés qui ont été trahis la veille de son élection. Le mercredi à midi, devant toutes les personnes qui lui avaient assuré leur soutien, il était l’opposant ferme et déterminé de Mergui. À vingt heures le même jour, il faisait un pacte avec le dit Mergui, trahissant ses engagements du jour.

La vingtaine de personnes présentent ce jour-là n’a jamais avalé cette trahison. Aujourd’hui cette trahison et les autres le rattrapent.

Monsieur Dov Zerah, nous vous souhaitons d’être nommé à l’AFD, mais de grâce, éviter de nous rabattre les oreilles avec des engagements que vous ne tiendrez pas, parce qu’en 12 ans au titre d’administrateur nous ne trouvons pas trace d’action voire de protestation face à la politique conduite par les différentes commissions administratives dont vous étiez membre.

Ce n’est pas l’homme qui au demeurant mérite notre respect, mais a l’administrateur, qui n’a pas à notre avis honoré son mandat, que nous faisons ici les remarques qui s’imposent.

Cela vaut aussi pour un très grand nombre d’élus du Consistoire, dont certains ont fait deux ou trois mandats de huit ans, sans jamais mener une seule action au bénéfice de la communauté.

Moshé COHEN SABBAN

——————————————

Dernière info

AFD : qui pour succéder à Dov Zerah ?

Alors que le gouvernement français à changé de bord depuis sa nomination à la tête de l’Agence française de développement, l’actuel dirigeant a de fortes chances d’être remplacé à la fin de son mandat, en juin. Mais par qui ?

Dov Zerah multiplie les contacts avec ses anciens camarades de la promotion Voltaire de l’ENA : François Hollande, Michel Sapin et Ségolène Royal. © Vincent Fournier/JA

Lire l’article sur Jeuneafrique.com : AFD : qui pour succéder à Dov Zerah ?
Follow us: @ja_eco on Twitter | jabusiness on Facebook

Les postulants à la direction générale de l’Agence française de développement (AFD) sont dans les starting-blocks. Dov Zerah, l’actuel titulaire du poste, dont le mandat s’achève en juin 2013, sait que ni Laurent Fabius ni Pascal Canfin ne misent sur lui, mais il ne désespère pas de sauver sa tête et multiplie les contacts avec ses anciens camarades de la promotion Voltaire de l’ENA : François Hollande, Michel Sapin et Ségolène Royal.

Et les autres…

Parmi les autres candidats (même si aucun n’est encore officiellement déclaré), figure l’avocate Anne Paugam, qui fut secrétaire générale de l’Agence au temps de Jean-Michel Severino, Michel Reveyrand de Menthon, actuel ambassadeur au Tchad et mari de Marisol Touraine (la ministre des Affaires sociales et de la Santé), et Monique Barbut, ancienne présidente du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), depuis peu conseillère de Zerah.

Jeune Afrique Article original

——————————————

Rappel

Dov Zerah le choix de Sarkozy à la tête de l’AFD

Le candidat favori de l’Élysée a finalement obtenu le poste tant convoité de directeur général de l’Agence française de développement.

Voilà une nomination qui ne manquera pas de susciter commentaires et spéculations dans les petits milieux de la Françafrique. Après un long suspense entretenu par l’Élysée, Nicolas Sarkozy a tranché, le 19 mai, et retenu, semble-t-il, celui qui a toujours eu sa préférence.

La candidature d’Ambroise Fayolle (administrateur pour la France au FMI et à la Banque mondiale) était défendue par la ministre de l’Économie, Christine Lagarde, et celle de Philippe de Fontaine Vive (vice-président de la Banque européenne d’investissement) par Claude Guéant, le secrétaire général de l’Élysée.

Mais Dov Zerah (55 ans), énarque et magistrat à la Cour des comptes, a été choisi pour la direction générale de l’Agence française de développement (AFD), pivot de l’aide au développement (6,2 milliards d’euros en 2009, dont 2,6 milliards en Afrique).

Les questions africaines ne lui sont pas étrangères. Directeur de cabinet du ministre de la Coopération, Michel Roussin, en 1993, Zerah a été numéro trois de la Caisse française de développement – aujourd’hui l’AFD –, président de la Compagnie française pour le développement des fibres textiles – devenue ensuite Dagris – avant de rejoindre la direction des Monnaies et Médailles, au ministère de l’Économie.

Conseiller municipal UMP de Neuilly-sur-Seine depuis 2008, il est aussi une vieille connaissance de Nicolas Sarkozy, qui a sans doute préféré placer un homme de confiance à la tête de l’agence, devenue l’un des seuls leviers tricolores d’influence dans les pays du Sud. D’autant que ce choix était par ailleurs fortement appuyé au Château par Robert Bourgi, le conseiller officieux – mais très actif – du chef de l’État pour les affaires africaines.

« Cette nomination a une signification politique », estime un cadre de l’agence, qui s’interroge « sur une éventuelle remise en cause de la rénovation de l’aide française en Afrique ». Dov Zerah, qui a démissionné de la présidence du Consistoire israélite de Paris-Île-de-France aussitôt sa nomination connue, doit être auditionné au Parlement ce mois-ci. Entendu par les députés et les sénateurs, il aura alors l’occasion de répondre à cette inquiétude.

Jeune Afrique Article original

6 COMMENTS

  1. Comment peut-on imaginer, ne serait-ce qu’un instant, que JOËL MERGUI ne soit pas réélu?
    Le consistoire n’a jamais été aussi dynamique que ces dernières années.
    Lui seul, possède cette faculté d’être sur tous les fronts a la fois,
    De mener a bien toutes ces actions,
    Cessons de casser le bon travail des leaders,
    Rappelez-vous, cela nous a déjà coûte la France…

  2. Donc, les messages qui ne plaisent pas à la rédaction, même s’ils ne contiennent rien d’injurieux, ni de calomnieux, sont censurés…

    Bref, j’ai raison quand je parle des merdia neuneux juifs…

    Vous nous faites pitié…

  3. Il y a heureusement des hommes intelligents qui se sentent concernés par le devenir de la communauté, et qui agissent par dévouement …

    Si la communauté recherche un album photo et quelques postures narcissiques élégantes pour compléter le catalogue très étoffé que nous avons avec le président actuel deS consistoires, oui, Dov Zerah est l’homme qu’il faut. Il ne fera rien de ce qu’il aura promis et nous enverra plein de belles photos, comme celles que nous sommes un bon nombre à avoir reçu tout au long de son mandat de 3 ans à la tête de l’AFD, où il nous a parlé de ses visites dont nous n’avions que faire (à par celle à Gaza, avec Haniyeh) , courriers où il n’a cité aucun de ses collaborateurs, à croire que l’AFD est une entreprise sans collaborateurs.

    Pourquoi briguer tout de suite la Présidence du Consistoire ? Et pourquoi avoir manoeuvré coute que coute pour être le Président (pour ensuite démissionner) ? N’a-t-il pas une idée, une seule, à nous offrir généreusement, et à commencer à réaliser avec des acteurs de la communauté, sans rien nous demander en contrepartie ? Ca nous permettrait de voir où nous allons … et de savoir qu’il y a autre chose qui compte que d’être le chef … Un peu de générosité (faire de façon désintéressée quelque chose pour la communauté avant de demander à la communauté de s’aplatir) ne ferait pas de mal …

    Amitiés à Dov, malgré tout …
    Jacob Ouanounou

  4. Décidément, Dov ZERAH exaspère Moïse SEBBAN qui semble influent sur JForum :):):)

    Je relève une de ses remarques : “dans le chalom, ça veut dire laissons perdurer les magouilles.”

    Peut-être… Mais alors, pourquoi d’une part, être pour la bagarre, ou du moins la polémique et la contestation, sur des questions de gestion interne du Consistoire, qui intéressent vraiment très peu de monde et d’autre part, hurler à la division des Juifs quand des Juifs contestent des propos de politique générale tenus par des politiciens, ou des notables juifs. A priori les contestations sur la politique générale ne visent personne en particulier, si ce n’est les auteurs de propos. Par contre, ces propos concernent beaucoup plus de monde, voire toute notre communauté, et même parfois tout notre peuple ?

    Il faut être cohérent dans vos indignations monsieur Moïse SEBBAN !

  5. « …c’est un énarque, un homme intelligent..! » ça devrait suffire pour l’éliminer DEFINITIVEMENT ! Un homme honnète , efficace et de bonne volonté ça devrait suffire .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.