img

Plus d’un Allemand sur deux (57%) considère l’islam comme une menace, tandis que 61% d’entre eux estiment qu’il n’est pas compatible avec le monde occidental, selon un sondage rendu public jeudi.

L’étude, publiée par l’hebdomadaire Die Zeit sur son site internet, a été réalisée par la Fondation allemande Bertelsmann en novembre, soit bien avant l’attentat perpétré mercredi à Paris contre l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, qui a coûté la vie à 12 personnes.

Selon cette enquête, qui relève que la majorité des personnes interrogées se considèrent tolérantes, 40% des personnes sondées se sentent « comme des étrangers dans leur propre pays ».

24% des personnes sondées souhaiteraient interdire l’immigration des musulmans en Allemagne, pays de 81 millions d’habitants, dont environ quatre millions sont musulmans, la plupart turcs ou d’origine turque.

Cette hostilité à l’islam, souligne la Fondation, semble largement répandue, allant des milieux conservateurs à ceux de gauche, en passant par les classes moyennes, comme le montrent les manifestations conduites depuis octobre à Dresde (est) par le mouvement anti-islam Pegida et qui réunissent néonazis, militants d’extrême droite et surtout de nombreux citoyens ordinaires.

« Cette islamophobie est comparable à l’antisémitisme qui était largement répandu au XIXe siècle », insiste la Fondation Bertelsmann, qui rappelle qu’en 2012, 52% des Allemands jugeaient l’islam incompatible avec l’Occident (contre 61% en 2015).

Le spécialiste des médias Kai Hafez, qui a corédigé cette étude, souligne la responsabilité des médias qui ont renvoyé une image trop négative de l’islam : beaucoup n’ont entendu parler d’islam que par le biais « de l’organisation de l’Etat islamique, de la violence et des salafistes », de l’oppression des femmes ou du refus des valeurs démocratiques, note M. Hafez, professeur à l’université d’Erfurt.

L’enquête a été réalisée en novembre auprès d’un échantillon de 937 personnes non-musulmanes.

La fondation Bertelsmann a également interrogé des musulmans en Allemagne. Selon elle, les personnes d’origine étrangère, de deuxième ou troisième génération, sont plus religieux que leurs parents et la grande majorité se reconnait dans les valeurs de la démocratie et de la Constitution allemande.

(AFP)

1 COMMENTAIRE

  1. Ils commencent à se réveiller ?

    Pas trop tôt.

    La différence entre l’antisémitisme et l’islamophobie est simple. Dans le premier cas on n’aime pas une partie de la population pour ce qu’elle est (cela s’appelle du racisme) dans le second cas pour ce qu’elle fait (délinquance, trafic en tout genre, prosélytisme etc…) ou pour ce qu’elle ne fait pas (comme par exemple l’intégration ou toutes les obligation vis a vis de leur nation d’accueil).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.