23e anniversaire de Guilad : pardon d’avoir échoué !

0
262

Jeudi soir, la famille et les amis du soldat Guilad Shalit, enlevé par le Hamas le 25 juin 2006, s’est réunie à Mitspé Hilla chez les parents de Guilad pour marquer son 23e anniversaire, le 3e qu’il « fête » chez ses ravisseurs dans la bande de Gaza.

La mère du jeune soldat, Aviva Shalit, a prononcé quelques mots à l’intention de Guilad : « Je te demande sincèrement pardon de ne pas avoir réussi à te protéger et à t’éviter cette terrible souffrance que tu endures, même si ce n’était pas entre nos mains. Pardon de ne pas avoir réussi à te faire rentrer à la maison jusqu’à aujourd’hui malgré tous nos efforts. »

Aviva Shalit a cependant promis de continuer à agir « sans relâche » jusqu’à la libération de son fils. « Il n’y a plus d’excuse qui tienne, Guilad. Toutes les explications ont déjà été fournies », s’est exclamée Shalit.

Des centaines de personnes se sont rassemblées pour fêter ce triste anniversaire. Les familles Réguev et Goldwasser – dont les fils Eldad et Ehoud ont été enlevés un mois après Guilad au Liban – étaient également présentes. L’événement s’est ouvert sur un enregistrement de Guilad remis par ses ravisseurs et transmis à Israël il y a deux ans. Les participants tenaient des bougies et des ballons blancs.

« Notre cher Guilad, tu étais un adolescent lorsque nous nous sommes séparés il y a 1160 jours et aujourd’hui tu es un jeune homme, qui a appris ce qu’est la souffrance et la solitude et qui affronte son sort tout seul », a rappelé Aviva. Et d’ajouter : « Ce soir, lorsque nous marquons ton 23e anniversaire qui aura lieu demain, ton 4e anniversaire en captivité dans la bande de Gaza, j’espère que tu entends ma voix quelque part là-bas dans l’obscurité. Tu est si proche et si loin, à des années lumières de nous, loin d’ici, de ta maison de Mitspé Hila, de ta chambre où rien n’a bougé depuis 1160 jours et qui t’attend. Loin de nous tes parents, Yoel et Hadass. Nous nous languissons de plus en plus d’heure en heure, de jours en jours, chaque nuit, chaque mois, chaque année… »

Aviva Shalit a déclaré que son fils avait déjà payé le prix fort pour les erreurs faites par d’autres. « Tu portes ce lourd fardeau sur tes seules épaules pour la 4e année. » Shalit a remercié les membres de l’association luttant pour la libération de son fils et évoqué les habitants de la bande de Gaza. « Ces pauvres gens non impliqués payent eux aussi le lourd prix de cette aventure de leurs leader depuis plus de trois ans dans leurs maisons détruites, soumis à un blocus et souffrant de la pauvreté et de la faim. Ils ne peuvent exprimer leurs protestations et leur frustration. En outre, la grande famille des prisonniers pourrait déjà être à la maison pour passer la fête. Eux aussi attendent le jour où tu rentreras à la maison. »

Shalit n’a pas fait de commentaire sur les prétendus progrès des contacts pour la libération de son fils. Mais elle a déclaré à la fin de son discours qu’elle souhaitait voir son fils et le serrer dans ses bras dans un avenir très proche : « Nous t’envoyons d’ici la force et l’énergie de tenir encore un peu. Nous t’entourons de beaucoup d’amour et de nostalgie. »

par Yael Ancri

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.