COMMUNIQUE

Le BNVCA et son président Sammy Ghozlan, Commissaire Honoraire de Police, soutiennent la décision du Président de la République Mr Emmanuel Macron de dénoncer officiellement les crimes inexcusables commis par des policiers le 17 octobre 1961 à Paris.

Nous saluons son geste inédit qui a consisté à  faire un hommage sur les berges de la Seine, à la hauteur du pont de Bezons, emprunté il y a 60 ans par les manifestants algériens qui arrivaient du bidonville voisin de Nanterre à l’appel de la branche du FLN installée en France

Sammy GHOZLAN, menacé à Constantine par le FLN, a été  rapatrié d’Algérie en 1961. Pourtant il tient à rapporter qu’en 1971 alors qu’il faisait un stage à l’Ecole Nationale de Police de Saint Cyr au Mont d’Or, il a été ulcéré et choqué après avoir entendu des collègues se vanter d’avoir participé à la répression d’une manifestation d’algériens qu’ils jetaient vivants dans la Seine.

Ils ajoutèrent que la procédure de découverte de cadavre était simple et ne nécessitait qu’un seul feuillet de procès verbal, pour les corps non identifiés. C’est pourquoi selon eux, ceux qui n’avaient pas de papiers d’identité étaient « balancés » dans la Seine et ils détruisirent les documents d’identité de ceux qui en possédaient et ils  précipitèrent aussi leurs détenteurs dans le fleuve

Le Préfet de Police de Paris de l’époque était de triste mémoire le sinistre Maurice Papon ancien Préfet de Constantine qui, surtout, en sa qualité de secrétaire général de la Préfecture de la Gironde de 1942 à 1944, fut condamné en 1998  à dix ans de réclusion criminelle pour complicité de crimes contre l’humanité concernant des actes d’arrestation et de séquestration, lors de l’organisation de la déportation des Juifs de la région bordelaise vers le camp de Drancy, d’où ils furent ensuite acheminés vers le camp d’extermination d’Auschwitz.

Le Préfet de Police de Paris actuel, Mr  Didier Lallement, a eu raison de déposer une gerbe de fleurs près de la Seine, dimanche 17 octobre dans la matinée.  Nous saluons son geste.

Aux ordres du sinistre Papon, le comportement de ces policiers passé sous silence, reste insupportable et condamnable.

17 octobre 2021 SAMMY GHOZLAN   BNVCA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.