15 ans après la deuxième guerre du Liban?

« Israël a considérablement développé ses capacités militaires depuis la deuxième guerre du Liban » (Naftali Bennett)

Israeli Prime Minister Naftali Bennett holds a press conference at the Prime Minister's Office in Jerusalem on July 14, 2021.
Noam Revkin Fenton/FLASH90Israeli Prime Minister Naftali Bennett holds a press conference at the Prime Minister’s Office in Jerusalem on July 14, 2021.

Le Premier ministre Naftali Bennett israélien a affirmé mercredi qu’Israël a considérablement amélioré ses capacités militaires au cours des 15 années qui se sont écoulées depuis la deuxième guerre du Liban en 2006.

« Aujourd’hui, nous sommes à un stade complètement différent », a déclaré Naftali Bennett lors de la cérémonie de remise des diplômes du Collège de défense nationale d’Israël.

Il a prévenu que le Liban est aujourd’hui « au bord – voire très proche – de l’effondrement », en raison de l’influence de l’Iran dans les affaires du pays.

« Nous avons un ennemi commun avec les citoyens du Liban: l’Iran et le Hezbollah », a-t-il affirmé, ajoutant que, contrairement aux Libanais, « Israël a les capacités de les contrer. »

« Nous ne permettrons à aucun pays ou organisation terroriste de menacer l’État d’Israël, sa sécurité ou sa souveraineté », a-t-il conclu.

En cas de guerre, le groupe chiite libanais Hezbollah sera en mesure de tirer quotidiennement de 1.000 à 3.000 roquettes et missiles pendant au moins la première semaine de combats, a déclaré mercredi l’armée israélienne dans un communiqué.

15 ans plus tard, le Hezbollah est toujours une menace pour Israël

Au cours de la guerre de 34 jours en 2006, 164 Israéliens ont été tués – 119 soldats et 45 civils. Environ 4 000 roquettes ont été tirées du sud du Liban en direction d’Israël pendant les combats.

Cette semaine marque le 15e anniversaire de la Seconde Guerre du Liban . Si nous n’avions plus besoin de preuves qu’il existe toujours une force belligérante face à Israël depuis le nord de la frontière libanaise, le Hezbollah a publié un rappel mardi.

L’organisation terroriste, qui tient le Liban en otage depuis des décennies et est en grande partie responsable des crises économiques et sociales actuelles du pays, a publié une vidéo de l’attaque et de l’enlèvement en 2006 des soldats de Tsahal Sgt. Eldad Regev et le Sgt. Ehud Goldwasser – l’événement qui a déclenché la guerre.

Dans la vidéo, on voit des terroristes du Hezbollah entrer en Israël depuis le Liban, puis tirer sur un Humvee de Tsahal. Les terroristes ont ensuite couru vers le véhicule, retirant les corps des soldats de Tsahal et les ramenant au-delà de la frontière libanaise. Quelques secondes plus tard, un autre terroriste est vu s’enfuir du Humvee avec un corps supplémentaire, quelques secondes avant une explosion.

Vidéo du Hezbollah montrant l'enlèvement de deux soldats de Tsahal pendant la Seconde Guerre du Liban. (Crédit photo : AL-MANAR TV)Vidéo du Hezbollah montrant l’enlèvement de deux soldats de Tsahal pendant la Seconde Guerre du Liban. (Crédit photo : AL-MANAR TV)

Le dégoût de voir la tragédie nationale rejouée et le moment choisi pour sa sortie sont un rappel qui donne à réfléchir du péril auquel Israël est toujours confronté depuis le Nord, 15 ans après le conflit déchirant qui divise toujours les Israéliens quant à ce qui a été réalisé et à quel prix.
Au cours de la guerre de 34 jours en 2006, 164 Israéliens ont été tués – 119 soldats et 45 civils. Environ 4 000 roquettes ont été tirées du sud du Liban en direction d’Israël pendant les combats.
Selon l’ancien dirigeant du Meretz Zahav Gal-On, écrivant dans Haaretz cette semaine, la Seconde Guerre du Liban « est devenue un symbole de la folie et de l’irresponsabilité du gouvernement et de l’armée, qui ont entraîné l’État dans une guerre inutile tout en cachant leurs échecs derrière des mensonges. . « 
D’un autre côté, ceux qui sont à l’origine de la décision de lancer l’offensive au Liban, y compris le Premier ministre de l’époque Ehud Olmert et le chef d’état-major de l’époque, Dan Halutz, ont fermement soutenu les efforts rétrospectivement.
« Cela a entraîné une dissuasion qui n’avait jamais existé auparavant à la frontière libanaise », a déclaré Olmert, tandis que Halutz a déclaré publiquement que « la décision de faire la guerre était correcte, justifiée et appropriée ».
La Commission Winograd nommée par l’État, dirigée par le juge à la retraite de la Cour suprême Eliahu Winograd, a découvert de « graves défaillances dans la prise de décision… tant au niveau militaire que politique » dans son rapport final, qui était particulièrement sévère quant à la conduite du terrain. guerre au cours des derniers jours du conflit, au cours de laquelle Israël a perdu de nombreux soldats pour des gains discutables.
Sans blâmer un individu ou une institution, le rapport a déclaré : « Les opérations terrestres à la fin de la guerre n’ont pas apporté de résultats clairs… ni arrêté le lancement de roquettes Katyusha. Après la décision d’un cessez-le-feu, il n’y a pas eu de discussion intelligente sur la manière d’arrêter la guerre terrestre.
Malgré ses lacunes, la conduite d’Israël pendant la guerre a porté un coup sévère au Hezbollah, poussant son chef Hassan Nasrallah à la clandestinité dont il est rarement sorti depuis, et créant une frontière relativement calme dans le Nord.
Cela ne veut pas dire que le Hezbollah ne constitue toujours pas une menace mortelle pour Israël. Il a continué à construire son arsenal depuis 2006 et on estime maintenant qu’il possède des centaines de milliers de roquettes à courte portée et plusieurs milliers de missiles qui peuvent atteindre plus profondément Israël.
On pense que lors de la prochaine guerre, le groupe terroriste tentera de tirer entre 1 500 et 2 000 roquettes par jour jusqu’au dernier jour du conflit. Avec 15 ans de recul, la Seconde Guerre du Liban n’a pas été un KO pour Israël contre le Hezbollah, ni une victoire pour les terroristes. Au contraire, comme dans les conflits depuis lors avec le Hamas à Gaza, il n’y a souvent plus de vainqueur clair dans la guerre moderne.
Certains objectifs stratégiques sont atteints et les gains doivent être mis en balance avec les sacrifices. Garder la frontière silencieuse, cependant, est un accomplissement qui ne doit pas être sous-estimé.
Que la guerre ait été une victoire ou un désastre pour Israël continuera d’être débattu dans les années à venir. Et les familles qui ont perdu leurs fils continueront de pleurer.
Une chose qui restera la même est qu’Israël continuera à se préparer pour le prochain cycle de conflit avec ceux qui lui font du mal, que ce soit le Hezbollah ou le Hamas.

Jforum avec i24NEWS et www.jpost.com/opinion

Des membres du Hezbollah défilent avec les drapeaux du parti lors d’un rassemblement marquant la Journée d’al-Qods (Journée de Jérusalem) à Beyrouth (crédit photo : REUTERS)

 

3 Commentaires

  1. Cela ne fait aucun doute qu’il y a eu des erreurs aussi bien politiques que militaires à haut niveau, mais en revanche on constate qu’au niveau du petit échelon militaire ( du soldat de base), la conduite des soldats a été exemplaire ce qui a conduit a faire de cette guerre une grande réussite et la dissuasion envers le Hezbollah en est une preuve flagrante encore aujourd’hui. Il faut arrêter de s’auto-flageller et regarder la réalité en face. Il y a eu des échecs au niveau politique et du commandement militaire, c’est évident mais de nos jours, Israël bombarde le Hezbollah en Syrie sans presque aucune réaction. Cela, c’est plus que de la dissuasion.

    • Les erreurs, tout le monde en fait et tout le monde en a fait, dans toutes les guerres et dans tous les camps. C’est inhérent à la nature humaine. J’ai ouie dire que la dernière guerre du Liban fut très mal préparée côté Israelien. Israel en a tiré& des leçons ce qui est une très bonne chose. Par contre, dire qu’Israel a porté un coup sévère au Hezbollah me rend perplexe.
      Oui, il y a eu une dissuasion, mais pour combien de temps? Ca reste une épee de damocles tout cela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.